Nouvelles recettes

Regardez ce que Robin Williams a fait avec la nourriture

Regardez ce que Robin Williams a fait avec la nourriture

Certains des moments les plus délicieux à l'écran du défunt acteur tournaient autour de manger et de jouer avec le dîner

Merci pour les rires !

Pour certains d'entre nous, l'énorme personnalité de Robin Williams a fait irruption sur la scène sous la forme d'un œuf extraterrestre dans la sitcom Mork et Mindy. Pour d'autres, il était le grand génie bleu qui s'est réveillé dans l'animation bien-aimée de Disney Aladin. Peu importe comment cet homme est entré dans nos vies, il est tout de même parti, emportant avec lui une grande partie de nos souvenirs cinématographiques les plus heureux.

Mais plutôt que de nous concentrer sur son décès tragique, nous aimerions prendre un moment pour nous souvenir de toute la chaleur et le rire que cet acteur a apportés dans nos vies. Pour, espérons-le, vous apporter un sourire en cette journée plutôt tragique, voici quelques-unes des scènes culinaires drôles et sincères tout au long de la carrière de Williams.

Mork et Mindy

Dans le premier rôle de Robin William, il a joué un extraterrestre adorable et toujours affamé...

(Youtube/Jerry Muratalla)

Piscine de nouilles

Souvenez-vous du temps où Robin Williams nous a fait rire et sangloter avec son adorable bassin de nouilles pour un patient excentrique dans Patch Adams?

(Youtube/Dblackmon0105)

Accrocher Dîner insultes

Bangarang, Robin Williams, Bangarang.

(Youtube/Clips de film)

La cage à oiseaux Scène de dîner

"On dirait que des jeunes hommes jouent à saute-mouton..."

(Youtube/Sanell FR)

Mme Doubtfire

Il y avait d'innombrables scènes culinaires dignes d'être mentionnées dans Mme Doubtfire. De la chanson des dinosaures sur les habitudes alimentaires de la préhistoire (pas de viande, gros pieds !), Mme Doubtfire plantant ses dents dans le verre à vin au dîner, à une « fugue fruitière » à la piscine, ces scènes emblématiques nous ont fait tomber amoureux du nouveau père célibataire. Mais le meilleur de tous est le masque crème rapide d'une tarte au réfrigérateur...

(Youtube/Danny Wink)


Will Smith laisse le génie sortir de la bouteille à propos d'Aladdin

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu l'inimitable Will Smith dans un nouveau film. Maintenant, il est de retour en force – en tant que Génie dans l'adaptation en direct du classique de Disney, Aladdin.

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu l'inimitable Will Smith dans un nouveau film. Maintenant, il est de retour en force – en tant que Génie dans l'adaptation en direct du classique de Disney, Aladdin. Mais le joueur de 50 ans est heureux d'avoir fait une pause dans sa carrière d'acteur.

"J'ai passé ces deux années à vraiment apprendre, grandir et grandir", note la star née à Philadelphie, dont le rôle phare était la sitcom des années 90 The Fresh Prince Of Bel-Air.

"J'ai vraiment l'impression d'avoir atteint le plafond de ce que je pourrais avoir, être et faire dans ma vie. Ma vie avait atteint ce que mon esprit, mon éducation et mon intelligence émotionnelle pouvaient gérer, alors j'ai eu l'impression que je devais vraiment me retirer pendant une minute et grandir et maintenant j'ai de nouvelles idées et de nouvelles croyances et j'ai hâte de créer de nouvelles expériences. "

L'une de ces expériences est l'Aladdin magique et vibrant, réalisé par Guy Ritchie. Jouer le célèbre Génie bleu qui change de forme, confiné à une lampe à huile, est venu avec une pression sérieuse. D'autant plus que, dans l'animation originale de 1992, il a été exprimé de manière si mémorable par feu Robin Williams.

Smith confie qu'il était "profondément stressant et troublant" de penser à suivre les traces de Williams. L'acteur, qui est marié à Jada Pinkett Smith (ils ont deux enfants ensemble, Jaden et Willow, tandis que Will a également un fils Trey issu d'un précédent mariage), poursuit :

Ce que Robin Williams a fait avec le Génie était révolutionnaire dans l'animation

"Les acteurs ne savaient même pas que vous pouviez faire ça, il a présenté une idée et un moyen de venir à ces films.

« Alors j'ai regardé ça [l'animation de 1992] environ quatre ou cinq fois et c'est la musique qui m'a vraiment donné le coup.

"Ce que Robin Williams a fait, c'est essentiellement insuffler au personnage son personnage debout et quand j'ai pensé à faire le génie de cette manière, cela m'a fait penser:" Oh, je peux juste infuser le personnage que les gens ont connu dans le passé 20 ans dans un personnage exalté et capture une nostalgie, tout en créant en même temps quelque chose de nouveau ».

Smith a également trouvé des encouragements pour le rôle de Jaden (un acteur lui-même, il a joué dans The Karate Kid et aux côtés de son père dans The Pursuit Of Happyness). Après tout, il y avait certains thèmes qui résonnaient en lui grâce au fait d'avoir un fils de 20 ans.

"Quand un film est vraiment et profondément basé sur des idées qui me tiennent à cœur, c'est toujours utile", suggère-t-il.

"Les concepts autour d'Aladdin en tant que personnage devenant un homme, les concepts autour du Génie, donner et aider, ce sont des idées que je suis excité et fier de faire le tour du monde pour promouvoir."

Pendant ce temps, Smith a trouvé la variété dans la représentation du Génie – qu'il appelle avec amour à la fois un « filou et un mentor » – extrêmement attrayant aussi.

"C'était le premier projet depuis" The Fresh Prince of Bel-Air " qui a utilisé tant de choses que j'aime faire ", dit-il. "Dans ce film, je peux chanter, danser, rapper, jouer et faire de la comédie et du théâtre, donc c'était une excellente occasion de m'utiliser pleinement en tant qu'artiste."

Aladdin est le dernier d'une longue lignée de contes animés très appréciés de Disney à subir une nouvelle narration moderne pour le cinéma (le suivant est Le Roi Lion de juillet, avec Beyonce, Donald Glover et Chiwetel Ejiofor).


Dix Sur Netflix: Crochet (1991)

Williams assume l'un des rôles principaux en tant que Peter Banning, un Peter Pan adulte qui doit retrouver son esprit de jeunesse et retourner à Neverland. Le film suit la quête de Banning pour sauver ses enfants, qui ont été kidnappés par le capitaine Hook, joué par Dustin Hoffman.

Cette adaptation dirigée par Steven Spielberg des œuvres de J.M. Barrie a divisé les critiques mais reste toujours une montre solide. Le plaisir familial est le nom du jeu dans ce conte aventureux. Hoffman et Williams valent bien la montre.


Regardez dans les jours avant la mort de Robin Williams dans ‘Robin’s Wish’

Il est difficile de croire que cela fait 6 ans depuis la mort tragique de Robin Williams. Le comédien bien-aimé s'est suicidé le 11 août 2014. Mais un nouveau documentaire ne s'intéresse pas à sa mort, mais aux jours qui l'ont précédée.

Le souhait de Robin , réalisé par Tylor Norwood, devrait jeter un œil au combat de Williams contre la démence à corps de Lewy, la maladie qui l'a inévitablement poussé à bout pour se suicider. Selon la ligne de connexion officielle, le documentaire est sur le point de faire briller "une toute nouvelle lumière sur la tragédie, la beauté et le pouvoir derrière l'esprit de l'un des plus grands artistes de tous les temps".

Affronter la tragédie

Tant de gens lorsqu'ils discutent de la mort de Robin Williams oublient d'aborder le diagnostic qui l'a poussé à bout. S'exprimant sur le film, la veuve de Williams, Susan, a déclaré que c'était "le dernier souhait de Robin" d'aider tout le monde à avoir un peu moins peur, et faire ce voyage avec Norwood l'a aidée à obtenir des réponses à la maladie à laquelle Robin était confronté.

Des entretiens avec Susan et d'autres amis proches de Robin comme Shawn Levy, David E. Kelly et John R. Montgomery, ainsi que des clips plus anciens du comédien, se réunissent pour brosser un tableau de la douleur à laquelle Williams était confronté.

Essayer d'obtenir des réponses

Après la maladie d'Alzheimer, la démence à corps de Lewy est la deuxième maladie de détérioration mentale la plus courante chez les Américains. Mais de la même manière que pour la maladie d'Alzheimer, on sait très peu de choses sur le LBD et sur son développement, ainsi que sur les dommages qu'il cause à ses victimes.

Ainsi, lorsque Williams a été diagnostiqué, Susan et lui-même essayaient de trouver des réponses. Même après la mort de Robin Williams, Susan a continué à chercher des réponses pour mieux comprendre pourquoi son mari a fait ce qu'il a fait.

Aider les gens à trouver la vérité et l'absence de peur

En repensant à une conversation qu'elle a eue avec Williams, Susan s'est souvenue de ce que Robin avait dit qu'il voulait que son héritage soit. «Nous avions discuté de ce que nous voulions que nos héritages soient dans la vie quand il était temps de partir, de ce que nous voulions faire ressentir aux gens. Sans perdre de temps, Robin a déclaré : « Je veux aider les gens à avoir moins peur. »

Sans le vouloir, Susan aide à donner vie à cet héritage en devenant une défenseure du LBD et de ses effets.

«Avec l'aide inestimable d'experts médicaux de premier plan, j'ai vu que ce que Robin et moi avions traversé avait enfin un sens – notre expérience correspondait à la science. Et ce que j'ai découvert en cours de route était plus grand que moi, et plus grand que Robin. L'histoire complète a été révélée lors de la réalisation de ce film et elle contient la vérité que Robin et moi recherchions. dit Suzanne.

Regardez son héritage continuer sur

Si vous voulez voir comment Williams inspire toujours les gens après la mort grâce au travail de Susan, vous pouvez consulter Le souhait de Robin le 1er septembre. Le film sortira alors sur les marchés de la VOD et du numérique.

Partenaire: Béthanie Wade Bethany rêve de faire son propre film primé, mais écrit pour l'instant sur d'autres médias et sur l'actualité. C'est une enfant dans l'âme spécialisée dans les prises de vues à chaud de films d'animation familiaux, ainsi qu'une obsession malsaine pour 'The Good Place'.

Un nouveau documentaire explore la vie et la carrière de Robin Williams

Schneider Williams, qui partage l'histoire de son mari dans le documentaire "Robin's Wish", disponible le 1er septembre sur demande et sur les plateformes numériques, dit que son mari est décédé de la démence à corps de Lewy, une maladie neurologique qui "peut entraîner des problèmes de pensée, de mouvement, comportement et humeur », selon le National Institute on Aging. C'est également la deuxième forme la plus courante de démence dégénérative après la maladie d'Alzheimer, rapporte la Lewy Body Dementia Association.

« J’ai été appelé pour m’asseoir pour passer en revue le rapport du coroner. Ils m'ont assis et m'ont dit qu'il était essentiellement mort de démence à corps de Lewy. Ils ont commencé à parler de la neurodégénérescence. Il n'était pas dans son état d'esprit », a déclaré Schneider Williams.

« La démence à corps de Lewy est une maladie dévastatrice. C'est un tueur. C'est rapide, c'est progressif », a déclaré le Dr Bruce Miller, directeur de la mémoire et du vieillissement à l'Université de Californie à San Francisco. « C'était à peu près une forme de démence à corps de Lewy aussi dévastatrice que je n'en avais jamais vue. Cela m'a vraiment étonné que Robin puisse marcher ou bouger du tout.

Schneider Williams a déclaré que découvrir ce qui avait conduit à la mort de son mari avait aidé à assembler certaines pièces d'un puzzle.

« J'étais soulagé qu'il ait un nom. Robin et moi avions vécu cette expérience ensemble, étant vraiment poursuivis par un monstre invisible. Et c'était comme une taupe avec les symptômes. Je suis partie de là avec un nom de la maladie, la chose que Robin et moi recherchions », a-t-elle déclaré.

La star de "Good Will Hunting" avait reçu un diagnostic de maladie de Parkinson, mais craignait de souffrir de démence ou de schizophrénie, et est devenue paranoïaque tout en perdant le contrôle de la réalité.

"J'ai vu un gars qui n'était pas lui-même et il pensait que c'était impardonnable", a déclaré le réalisateur de "Night at the Museum" Shawn Levy dans le documentaire.

Au fur et à mesure que son état progressait, les médecins ont dit à Williams et à sa femme de dormir dans des lits séparés, ce qui a dérouté l'acteur oscarisé.


Je n'avais jamais pensé au suicide. Je n'ai su ce qu'était le suicide que quelques années plus tard, lorsque mon oncle s'est suicidé.

Lorsque j'ai suivi les traces de Robin Williams et que j'ai déménagé à Los Angeles et commencé une carrière d'acteur professionnel, j'avais 22 ans. J'avais lutté contre la dépression pendant mon adolescence, ce qui serait plus tard diagnostiqué comme bipolaire de type deux. j'avais pensé à comment Je voudrais mourir si jamais je me suicide, mais c'était une pensée qui était loin de moi.

Au moment où Robin Williams s'est suicidé le 11 août 2014, la dépression que j'avais vécue à l'adolescence avait commencé à réapparaître. Son suicide m'a fait réaliser brutalement que quelqu'un qui avait ce que nous tous les acteurs qui couraient autour de Los Angeles travaillaient pour - une carrière réussie - avaient encore besoin d'une issue.

La pensée me terrifiait. Il m'est soudain venu à l'esprit que ce que je poursuivais pourrait ne jamais suffire à me retenir ici.

Peu de temps après, on m'a demandé dans une interview où je me voyais dans cinq ans. J'ai donné une réponse sur le fait de jouer des rôles plus sérieux par opposition aux strip-teaseuses et aux bimbos pour lesquels on m'envoyait à l'époque. Mais quand j'ai réfléchi sérieusement à la question ce soir-là, j'ai su que dans cinq ans je serais probablement mort, soit à cause du trouble de l'alimentation dont je souffrais, soit à cause de ma dépression.

Quatre ans plus tard, je sors de ce que mon thérapeute m'a dit être un accident inévitable. Je suis monté en spirale jusqu'à ce que je pensais être mon plus bas, seulement pour continuer à spiraler encore et encore.

J'ai passé une grande partie de mon temps activement suicidaire, et plus souvent passivement. J'ai fait des projets. Je me suis assuré d'avoir les moyens de suivre les plans jusqu'au bout. J'ai été hospitalisé et j'ai également vécu sur le canapé de mes parents pour plus de sécurité.

Mais surtout, à travers tout cela, j'ai appris. J'ai appris, fait des recherches et absorbé plus sur la dépression et le suicide que je ne l'aurais jamais cru possible.

J'ai appris que le suicide n'est le plus souvent pas un choix. Au moment où vous atteignez un certain seuil de suicide, votre cerveau traite le monde à travers une lentille qui vous convainc que c'est la seule solution. Les seul une.

La logique n'est plus à votre disposition pour penser et évaluer votre situation avec logique n'est pas une option. Chaque route mène au suicide offrant la seule solution raisonnable.

Être mort mentalement et émotionnellement est le seul résultat auquel vous pouvez donner un sens avec chaque cellule de votre corps, il se sent bien. J'ai vécu tellement de moments où mourir a simplement semblé être la bonne chose à faire, la prochaine étape raisonnable. C'est la lentille à travers laquelle votre cerveau voit lorsque vous êtes dans cet espace.

J'ai appris que le suicide n'est pas égoïste, comme le croit une écrasante majorité de la population qui ne comprend pas le suicide. L'un des membres de ma propre famille était dans ce camp jusqu'à ce qu'il vive l'expérience de membres de sa famille proche aux prises avec une grave dépression et des tendances suicidaires.

Appeler le suicide égoïste, c'est comme appeler la dépression un mauvais jour. Cela diminue et ne tient pas compte de la gravité et de la gravité de la douleur à laquelle la personne essayait désespérément de mettre fin et place une étiquette inappropriée sur elle et sur la situation.

Le suicide n'est pas un geste égoïste. Il n'est pas fait pour blesser les autres, il est fait pour mettre fin à l'immense douleur que l'on a vécue pendant trop longtemps. Pour mettre fin à la souffrance. Mettez fin au tourment. Vouloir mettre fin à la douleur est dans la nature humaine et, en tant que tel, est une réaction naturelle à vivre profondément dans la douleur. Le suicide, c'est beaucoup de choses – l'égoïsme n'en fait pas partie.

J'ai appris que le suicide affecte donc beaucoup, qui en parlent donc peu. Tout le monde connaît quelqu'un qui a été touché par le suicide, même s'il ne sait pas qu'il le connaît. La stigmatisation est toujours aussi forte et nous avons toujours si peur d'en parler.

De quoi avons-nous peur ? Peur d'en parler le rend réel? Le rend-il acceptable ? En sommes-nous gênés ? Honteux?

Parler du suicide met en lumière une prise de conscience et des ressources pour aider de plus en plus de personnes en difficulté et qui pensent au suicide à a) se sentir moins seules et b) avoir plus d'opportunités de demander de l'aide et de trouver de l'aide. Les statistiques du suicide prouvent à elles seules que cela se produit plus que nous ne le pensons et, par le simple nombre, cela arrive aux familles et aux amis des personnes que nous connaissons et avec lesquelles nous interagissons dans notre vie quotidienne.

J'ai appris ce que quelqu'un dans le domaine de la défense de la santé mentale que j'admire, Kevin Hines, appelle « l'effet d'entraînement ».

La force de l'effet d'entraînement m'a frappé de plein fouet lorsqu'un de mes collègues s'est suicidé en 2016. Nous n'étions pas particulièrement proches, mais sa mort m'a gravement affecté. À l'époque, je luttais sous la surface d'un sourire avec une dépression implacable et le début de pensées suicidaires.

Quand Byron s'est suicidé, je me suis tellement vu en lui que j'ai eu peur d'obtenir enfin de l'aide, une manifestation positive de l'effet d'entraînement.

Mais peut-être, surtout, avec les recherches que j'ai faites et les statistiques que j'ai trouvées et les articles que j'ai lus, j'ai appris la dure leçon personnelle que le suicide et les pensées suicidaires peuvent arriver à n'importe qui. Personne n'est à l'abri.

Ayant vécu à quel point il y a eu peu entre moi et la mort (parfois, c'était mon chien qui me gardait ici, parfois le canapé de mes parents, parfois rien d'autre que de dormir pour éviter les pensées me disant de me tuer), je sais ce que cela signifie de passer d'une personne généralement stable mentalement au désespoir qu'est la suicidabilité.

Cela peut arriver à n'importe qui, quelle que soit la façon dont ils et leur vie semblent être ensemble.

Vivre avec des pensées et des envies suicidaires est déjà assez difficile de lutter contre un esprit qui veut mourir tous les jours et vivre dans la honte est presque impossible.

Faire notre part pour nous éduquer peut réduire la stigmatisation et le jugement entourant le sujet du suicide et donner aux centaines de milliers de personnes qui font partie des statistiques croissantes de suicide la possibilité de tendre la main sans honte.


Robin Williams nous a appris à ressentir.

Je ne l'ai découvert que parce que j'éteignais mon ordinateur pour la journée, une dernière notification a été envoyée et je l'ai vérifiée. C'était de mon éditeur, qui a écrit que Robin était décédé.

“Quoi ?!” Je me suis dit. Et aussitôt fondu en larmes.

Les hommages à M. Williams affluent de partout & ce site ne fait pas exception. Les gens pleurent et font l'éloge de manière parfois belle, parfois déchirante : « Je l'ai rencontré une fois », raconte une histoire populaire, « et il était tellement gentil avec moi. À tout le monde.”

Cette histoire semble avoir été beaucoup racontée. Robin Williams semblait être gentil avec tout le monde.

Il y a une chose particulièrement étrange qui se produit lorsqu'un acteur - une célébrité aussi universellement adoré que Robin Williams décède. Comme l'a souligné un ami sur les réseaux sociaux hier soir, « Facebook n'est jamais plus insupportable lorsqu'une célébrité meurt. » C'est vrai, jusqu'à un certain point.

Les statuts inondent nos écrans sur la façon dont ils vont nous manquer, comment leur travail a eu un impact sur tant de gens, comment c'était trop tôt et nous le ferons, et c'est arrivé, et c'était le cas, mais cela peut sonner creux pour les gens qui savent que la personne qui décédé n'était vraiment connu que de quelques amis et membres de la famille proche.

Pour le reste d'entre nous, ils n'étaient qu'un visage sur un écran.

Pourquoi alors, le prenons-nous parfois si personnellement, quand une célébrité meurt ? Quelle part d'eux-mêmes nous offraient-ils pour nous faire croire qu'ils nous appartenaient en quelque sorte ?

Ma propre histoire, ma propre raison pour laquelle j'ai le cœur brisé à propos de la mort de Robin Williams, c'est que d'une certaine manière, il m'a élevé.

Mon propre père n'a été vraiment présent que pendant la première partie de mon enfance. Après le divorce de mes parents, il semblait être comme une boule sur une corde qui s'étirait de plus en plus et il tournait autour de ma sœur et moi, nous savions qu'il était là, mais nous le voyions rarement.

Le beau-père qui l'a remplacé dans notre maison était un professeur de gym et un sportif qui ne pouvait pas vraiment me comprendre, même s'il a fait de son mieux. Pendant un certain temps, en grandissant, j'ai eu l'impression de n'avoir pas vraiment d'homme dans ma vie qui puisse remplir ce rôle paternel.

J'ai toujours été le genre de personne à s'évader dans un bon livre ou un bon film. J'adore les histoires. J'aime les cœurs qui brillent sur les pages et sur les écrans, parfois plus grands et meilleurs que la vraie vie parce que leur véritable intention est dépouillé, pour que le monde entier puisse les voir. Les films et les livres présentent souvent des émotions beaucoup plus simples que les vrais humains.

Quand je suis triste, je me tourne souvent vers le confort d'un film que j'ai vu d'innombrables fois auparavant, car à ce moment-là, le film est comme un vieil ami. Je sais quand je vais pleurer, quand je vais rire et le genre de sourire qui sera gravé dans mon cœur par la suite.

Robin Williams m'a donné quelques-uns des films qui m'ont façonné.

En tant que John Keating dans “Dead Poets’ Society”, il m'a appris à me réveiller et à me passionner pour la vie—que la poésie était excitante et pouvait avoir le goût du sang dans ma bouche. “Carpe diem, les gars !” cria-t-il, donnant à la fille de l'autre côté de l'écran envie de vivre et de goûter aussi pleinement que lui.

En tant qu'Adrian Cronauer dans “Good Morning Vietnam”, il m'a étonné en transformant le fait d'être un fauteur de troubles en un élément important de la dissidence politique. (Pendant un moment, j'ai été tellement inspiré par ce film que j'ai mémorisé tout le monologue d'ouverture.)

Il était l'adorable Génie qui a essentiellement aidé Aladdin à faire grandir le f ** k.

C'était un mari tragiquement tué dans un accident de voiture qui a fait tout ce qu'il pouvait d'outre-tombe pour réconforter sa femme endeuillée.

Dans Mme Doubtfire, il a joué un père qui manquait tellement à ses enfants qu'il a fait tout ce qu'il fallait pour passer ses journées avec eux.

Et Sean McGuire, son rôle phare dans "Good Will Hunting" nous a montré que le grand amour et le grand chagrin vont de pair. Dans ce film, il a exposé un sentiment si brut que cela m'a fait mal pendant des mois.

Sa comédie aussi m'a beaucoup appris.

La façon dont il a abordé ses divers problèmes de toxicomanie et sa dépendance à la cocaïne, ils l'appellent freebasing. Ce n'est pas gratuit, cela vous coûte votre maison ! Cela devrait s'appeler homebasing!”, ou alcool, “ je suis allé en cure de désintoxication [pour alcoolisme] dans le pays du vin, juste pour garder mes options ouvertes.”—ou comment il a fait référence ouvertement à sa dépression et n'a pas obtenu seulement des rires, mais le genre de rires qui frappent les genoux et font mal au ventre qui ne peuvent être décrits que comme purifiants m'ont montré que dans l'humour se trouve la catharsis.

En tant que personne ayant reçu un diagnostic de dépression clinique et aux prises avec des problèmes de toxicomanie, cela signifiait beaucoup pour moi.

En disant que Robin Williams m'a élevé, je ne veux pas me mettre dans la même classe que sa famille ou que ses enfants biologiques vivent un chagrin qui m'est insondable.

Mais pourtant, à travers ses films, vers lesquels je me tournais toujours quand j'avais besoin de réconfort, il m'a tellement appris sur la façon de vivre la vie à la fois avec le chagrin, et à travers elle, absolument à plein régime.

Pas de regrets. Rien n'a été retenu. Coeur épinglé à nos manches.

Je pense que je ne suis pas le seul à ressentir ce sentiment. Je m'attends à ce que beaucoup d'entre nous sentent que Robin, dans toutes ses imperfections et son hilarité, avec ce grand cœur plein qui palpitait et faisait mal juste sous la surface, nous a aidés à être de meilleures personnes.

Je pense que c'est pourquoi Facebook pourrait être un peu insupportable pour certaines personnes en ce moment, car beaucoup d'entre nous essaient de se souvenir d'un homme que nous ne connaissions pas vraiment, mais dont l'art nous a ancrés en nous-mêmes et dans notre expérience. Qui incarnait la gentillesse et le génie.

Qui, en faisant exactement ce qu'il savait le mieux, nous a donné un aperçu de la beauté de la condition humaine.

Je veux dire ici que si vous pouvez demander de l'aide, alors faites-le. Je sais que ce n'est jamais aussi simple & pourtant. Et encore.

Ce clip, mettant en vedette Robin et Carol Burnett, est l'un de mes préférés depuis longtemps. Dans ce document, il l'aide à faire son deuil lors d'un enterrement un peu étrange, étant donné le contexte, mais une incroyable comédie.

“Oh Susan, Susan, tu essaies d'éviter la tristesse. Je ne peux pas te laisser faire ça.

Merci d'être l'un des professeurs qui m'ont appris à ressentir.

Repose en paix Robin. Merci beaucoup pour tout ce que vous avez fait pour moi, pour tous les autres. Tu vas nous manquer terriblement.


Vous devriez regarder ce film de Robin Williams

Robin Williams restera dans les mémoires comme l'un des plus grands. Après avoir joué dans tant de films classiques et mémorables, son talent a continué à vivre depuis son décès il y a presque deux ans, le 11 août 2014. Comédien naturel, ainsi qu'acteur sérieux, Williams a un incroyable catalogue de films. , et c'est super difficile de n'en choisir qu'un. Mais comme c'est l'anniversaire de l'oscarisé le 21 juillet, il semble approprié de sélectionner l'un de ses films qui est parfait à regarder quand il vous manque le plus. Alors, quel est le film de Robin Williams que vous devriez regarder en ce moment ?

Des films multi-primés comme Chasse de bonne volonté, à des films familiaux sans fin comme Mme Doubtfire, Williams a constamment présenté son impressionnante gamme d'acteurs et sa capacité à se connecter avec le public du monde entier. Il y a plusieurs films populaires de lui que je pourrais choisir, que j'aime regarder encore et encore, mais certains de ses travaux sont sérieusement sous-estimés et méritent plus d'attention. C'est pourquoi le film de Robin Williams que vous devriez regarder quand il vous manque le plus est le chef-d'œuvre de Terry Gilliam Le roi pêcheur. Sorti en 1991, non seulement Williams a été nominé pour l'Oscar du meilleur acteur pour sa performance, il a également remporté un Golden Globe pour cela.

Dans le plus pur style Terry Gilliam, Le roi pêcheur est un conte de fées sombre, dans lequel Williams incarne un sans-abri en quête du Saint Graal. Croyant qu'il est un chevalier, Williams demande l'aide de Jeff Bridges, un ancien animateur de radio presque suicidaire dont les actions ont provoqué sans le savoir une fusillade de masse. Cet étrange appariement en fait une comédie dramatique alternative, dans laquelle la magie est (presque) réelle, et la rédemption pourrait bien être possible.

Sans donner de spoilers, le personnage de Robin Williams, Parry, a vu sa vie changée de manière immuable par une récente tragédie et, bien que sa quête soit de trouver le Saint Graal, il est également tombé amoureux d'une femme. Voulant apporter un changement positif, l'animateur de radio Jack (Jeff Bridges) décide d'aider Parry à trouver l'amour, espérant secrètement que ses bonnes actions annuleront tous les torts qu'il a commis dans sa vie.

Le roi pêcheur est rempli du genre de magie que seul Robin Williams pouvait créer à l'écran, enfantin dans la naïveté et plein d'espoir. Parfois, la performance de Williams est déchirante, car il est clair qu'il joue un homme qui a tant perdu. Même si Parry n'est peut-être pas un vrai chevalier, Williams aide à évoquer un personnage à la fois original, brisé, charmant, gentil et compliqué. Si vous n'avez pas vu Le roi pêcheur, mais j'adore Robin Williams, vous devriez vraiment le regarder immédiatement car c'est l'un de ses meilleurs.

Robin Williams nous manque beaucoup, mais ses films sont son héritage et nous avons la chance de pouvoir découvrir ses talents en les regardant encore et encore.


Quels rêves peuvent venir: ce que le suicide de Robin Williams nous apprend sur la façon de sauver des vies

Cela fait deux ans que Robin Williams est décédé, et je ne peux toujours pas regarder quoi que ce soit dans lequel il a été sans ressentir une profonde tristesse. Pendant des décennies, nous l'avons vu jouer des personnages qui ont touché différentes parties de nous. La gamme d'émotions qu'il a magistralement dépeinte au fil des ans - et dans tant de genres, même s'il était principalement un comédien - est sans aucun doute la raison pour laquelle nous nous sommes sentis si attachés à lui. Robin, à travers son travail, nous reflétait nos divers êtres – hilarant et vulnérable, un peu décalé, confus, sauvage, plein d'espoir.

Maintenant qu'il est parti, il est clair à quel point son travail est omniprésent, comment il s'est infiltré dans nos cœurs. Parcourez Netflix dès maintenant. Les fous. Insomnie. Chasse de bonne volonté. Le meilleur papa du monde.

Il s'est certainement frayé un chemin dans mon cœur. J'ai nommé ma voiture Euphegenia, et je me surprends souvent à crier : « Hellooooo ! comme il l'a fait dans Mme Doubtfire après s'être fourré le visage dans un gâteau pour tromper l'assistante sociale alors qu'il avait failli être surpris en train de se faire passer pour la nounou fictive. Je pourrais regarder ce film en boucle.

Je doute que je sois le seul encore sous le choc. Robin Williams avait tout. Il avait de l'argent, de la renommée, du pouvoir, des fans adorateurs et un accès à toutes les ressources imaginables. Pourquoi devait-il y aller ? Et où cela nous laisse-t-il ?

C'est le problème avec le suicide : il ne fait pas de discrimination. Peu importe qui vous êtes ou ce que vous avez. Peu importe à quel point vous êtes aimé. La douleur et les sentiments d'isolement peuvent s'accumuler et s'accumuler avec le temps, et si quelque chose ou quelqu'un ne vous remet pas sur votre chemin, vous risquez d'être piégé dans la boîte. La boîte est remplie de dégoût de soi, de doute de soi, de désespoir, de futilité, de la pensée que vous et votre douleur êtes un fardeau pour chaque personne autour de vous, et qu'ils seraient mieux si vous vous effaciez de leur vie. La boîte ment. Et lorsque vous êtes piégé dans cette boîte, il peut sembler impossible d'en sortir. Des fois ça l'est. C'est à ce moment-là que nous pouvons perdre les gens que nous aimons.

Si perdre Robin Williams – indéniablement l'un des artistes les plus aimés et les plus grands de notre époque – nous apprend quelque chose, cela devrait être qu'aucun de nous n'est à l'abri du suicide. Il faudrait que nous soyons chacun responsable et que nous ayons le pouvoir de renforcer le bien-être de ceux qui nous entourent. Que nous pouvons former un filet pour attraper ceux qui pourraient être en difficulté.

Les différences en matière de santé mentale et le suicide ne sont pas des problèmes qu'il vaut mieux déléguer uniquement aux professionnels de la santé mentale. On nous a vendu un mensonge. Seuls deux de nos cinquante grands États ont une formation obligatoire en intervention de crise pour les futurs cliniciens en santé comportementale. Parfois, les personnes que nous attendons de nos experts ne sont pas des experts, sans que ce soit de leur faute. Le problème est aggravé par la peur de la responsabilité, le manque de ressources, la difficulté d'accéder à celles qui existent et un manque général de financement pour les soins de santé mentale. Nous sommes dans un état désastreux.

D'un autre côté, cela nous laisse une opportunité unique et une énorme quantité de pouvoir. Chacun d'entre nous peut sauver une vie. Nous possédons tous la capacité de tendre la main, d'écouter, de faire preuve d'empathie et d'être présent pour ceux que nous aimons (et même pour les étrangers dans le besoin), et l'utilisation de ces compétences peut faire la différence entre la vie et la mort. Mais c'est si simple que cela semble contre-intuitif. Alors comment faites-vous ?

  • Interroger: Si vous craignez que quelqu'un soit suicidaire, demandez directement : « Pensez-vous au suicide ? » Il vaut la peine de garder à l'esprit que poser la question ne plantera pas l'idée dans leur tête (un mythe courant), et que « Pensez-vous à vous faire du mal ? » est une question complètement différente qui laisse beaucoup à l'interprétation. Bonus : l'utilisation de ce mot effrayant (« suicide ») peut subvertir la peur et soulever l'éléphant de sa poitrine, permettant ainsi une véritable conversation.
  • Ecoutez: S'ils confirment qu'ils pensent au suicide, demandez ce qui se passe. Ne donnez pas de conseils. Ne leur dites pas pourquoi ils doivent vivre. Écoutez simplement, et écoutez attentivement. Validez leurs sentiments. Dites-leur que vous les aimez. Dites-leur que vous les aiderez et que, si vous ne le pouvez pas, vous trouverez quelqu'un qui le pourra.
  • Protège-les: Demandez-leur ce qui les fait se sentir en sécurité et comment vous pouvez faciliter cela jusqu'à ce que vous sachiez tous les deux ce qu'il faut faire ensuite. Supprimez l'accès à tout ce avec quoi ils pourraient se blesser. Ceci est particulièrement pertinent pour les propriétaires d'armes à feu – proposez de conserver leur(s) arme(s) jusqu'à ce qu'ils se sentent mieux.
  • Soyez là pour eux : Demandez-leur ce dont ils ont besoin. Est-ce un ami avec qui regarder la mauvaise télévision, de l'aide pour prendre rendez-vous avec un thérapeute, un appartement propre, une semaine de repas, une séance de yoga, un ami pour passer la nuit et leur tenir compagnie ?
  • Restez connecté et suivez : Enregistrez-vous régulièrement. Envoyez des gifs de chat, des signaux de fumée, des pigeons voyageurs, des hiboux. Passer. Sortez-les. Coordonnez-vous avec d'autres personnes qu'ils connaissent afin que quelqu'un soit toujours en contact. Faites de votre mieux pour vous assurer qu'ils ne se sentent pas seuls. La recherche montre que rester en contact après une crise fait une énorme différence.

Robin Williams a dit un jour : « Peu importe ce que les gens vous disent, les mots et les idées peuvent changer le monde. His words, his ideas, his characters created a number of entirely new worlds for us. He was our Genie. Our Mork from Ork. The English teacher we all wish we had.

Let’s change the world he left us with the idea that every single one of us has the power to save a life. Let’s make that idea a reality.

If you’re hurting, afraid, or need someone to talk to, please reach out to one of the resources below. Someone will reach back. Please stay. You are so deeply valued, so incomprehensibly loved — even when you can’t feel it — and you are worth your life.


Friday Finds

We shave our underarms, we shave our legs, and some of us even shave other unmentionable areas…so what about our face?

It is said that one of the reasons Japanese women look so youthful and have such beautiful skin is because they employ this technique in their daily grooming routine.

The shaving not only removes the fine hairs termed ‘peach fuzz’, but also provides exfoliation of dead cells off the skin surface, promotes more rapid turnover of the skin’s outer layers, and makes application of foundation and other makeup easier.

Termed ‘dermaplaning’ or ‘blading’ here in the U.S., women can pay hundreds of dollars to have this done in a salon, but a sharp razor and some patience can get the job done at home for far cheaper.

If you have a persistent problem with facial hair, you might also consider this handy tool (I personally own these and love them!).

2. Infrared Sauna Therapy

So, next to our house and vehicles, my husband and I just made the most expensive purchase of our life together.

FIR (far-infrared) sauna therapy is touted to be of help for myriad health conditions, including two of my most prominent ones: Lyme disease and heavy metal toxicity.

During my time at an allergy clinic in Dallas, Texas, I used an FIR sauna twice daily, and I felt great! My skin looked better, I felt more energetic, my allergies were better, and I felt happier.

It’s been years since I’ve used this treatment, but I’m hopeful our new investment can improve my day-to-day living.

If you have any questions about it, don’t hesitate to get in touch with me!

I’ve briefly mentioned in a couple of recent posts about some trouble I’ve been having with my teeth.

Though I’ve had everything checked out and X-rayed, I’ve still been experiencing some teeth sensitivity and bleeding gums, along with random nerve pain. After reading some info online, I began to worry that I might need a root canal, which has been giving me some pretty bad anxiety.

My mom grew up having a slew of dental issues, including cavities, crowns, and root canals, and after seeking her help, she turned me onto this product (I’m also coveting this facial oil from the same company.).

This stuff has been awesome.

If I begin to have pain, I go brush my teeth with this, and I feel the pain diminish within 10 minutes, so I had to mention it here.

I’ve also been upping my vitamin C (taking one teaspoon of vitamin C mixed with 1/2 teaspoon baking soda every few hours), which I think has been aiding my bleeding gums.

4. R.I.P. Robin Williams

Even though I have no idea what Robin Williams was like in his personal life, I think he was a great actor, and I was so sad to hear of his death.

Having struggled with depression for years myself, I have so much sympathy for him.

One of my favorite movies of his that may not be on your radar is One Hour Photo. He definitely has a different role, but it’s such a great watch, so I thought I’d mention it.

What do you think of shaving your face? What is your dental routine? Favorite Robin Williams movie?

MORE RECIPES YOU MIGHT ENJOY

Commentaires

I would never have even thought to shave my face. I guess I’m lucky in that all my peach fuzz is very fine and blonde so you can’t see it. I’m not sure how well my skin would take it either. My poor ledges can barely handle getting shaved (oh the razor burn) so I can’t even imagine the red mess my face would be.

I’ve been fortunate with my teeth too but whenever I have problems with sensitivity, I always bring back oil pulling with coconut oil into my routine, it helps sooooo much.

It’s hard to pick a favourite Robin Williams movies…I love so many – Good Will Hunting, Mrs. Doubtfire, Hook, Dead Poets Society…I could go on forever!

I actually do need to visit an infrared sauna – a local place has it near to my house and I’ve heard of the miracles it can perform! My fav Robin Williams movie was Mrs. Doubtfire – I know typical but it was so touching that a father would go so far to be with his children. RIP I loved him! I totally get you – I’ve suffered and still do suffer with depression and while I cannot feel all of his pain I do understand some of what he must have gone through.

On a lighter note, Totally afraid to shave my face!!

I need to come over asap and use your infrared sauna!! That sounds like it would be amazing! I don’t blame you for purchasing one! I’ve always been scared to shave anything off my face in fear that it will grown back darker and thicker and then I’ll really look like a man, haha! ps. did you guys just get all the crazy rain and hail. Cheeto is still hiding under the bed!

Lol, yes you do! Right now, I think I’m in the throes of detox, which isn’t fun, but I’m hoping to gradually feel better. The rain has been awesome! I didn’t see hail though, that’s nuts. Cheeto cracks me up, my dog just runs in circles like he’s gotten into something highly caffeinated. ??

I had forgotten about One Hour Photo… that is a great movie!

Mm, well, there are two oral irrigators that I would point you to. One is a stand alone apparatus and the other is one that you just attach to the bathroom faucet every time you use it. Both are highly rated on Amazon. Shop around, though, and see which ones appeal to you. Right now, I use the faucet attachment. I’m thinking of investing in the stand alone one, as it is no doubt more powerful, but I have a small bathroom and HATE having things on my counter. If I had room under the sink, I’d just stow it there, but, right now, it’s full. Also, the stand alone is much noisier than the attachment, which is a factor for me, too.
http://smile.amazon.com/Breeze-QB-QuickBreeze-Dental-Irrigator/dp/B000H68J2S/ref=sr_1_10?s=hpc&ie=UTF8&qid=1408146746&sr=1-10&keywords=oral+irrigator I have that one and have no real complaints about it.
http://smile.amazon.com/Waterpik-WP-100-Ultra-Water-Flosser/dp/B000GLRREU/ref=sr_1_1?s=hpc&ie=UTF8&qid=1408146970&sr=1-1&keywords=waterpik
DO some searching on the site and see what else is out there. Whicever one you get, I promise your gums will thank you. ??

As far as the mouthwashes, these are the ones that I use and work well for me. Shake both before using.
Mouthwash #1, I call it Salty Spearmint Xylitol Mouthwash:
1c water
TB xylitol
4 tsp baking soda
1/4 cuillère à café de sel
10 drops spearmint essential oil

For ease of use and to get a head start on dissolving the dry ingredients, I dump all the dries in my funnel, then slowly pour the liquids. Shake until the xylitol dissolves. I find that the salt never entirely dissolves, so I shake the bottle immediately before each use. With both the baking soda and salt, this one is a little salty, but it’s fine for both me and my SO (who was a conventional mouthwash junkie!). So, make it as is, test it out, and if it’s too salty, add more water to dilute or just start over, using half the salt and go from there.

Mouthwash #2, Clove & Myrrh Peroxide Mouthwash:
1 c water
1/2 c hydrogen peroxide
14 drops, EACH, clove EO, myrrh EO

I reuse my Nordic Naturals fish oil bottle to mix this mouthwash up it’s a beautiful blue bottle which is both aesthetically pleasing and functional as the dark hue protects the integrity of the EOs. The EOs can “clump” the longer this sits. I find this stays pretty smooth for up to two weeks. I’d also caution you that some in my family are quite averse to the taste of this mouthwash. While the flavor is not my favorite, I include both EOs for their antibacterial properties, and I can deal knowing the potential benefits I can get from it. If you just can’t get past the taste, just try it with the clove.

I came to those formulations after doing some web searching, trying to include as many antibacterial ingredients as possible without it being overkill, hence the two separate recipes. They’re good jumping off points if you want to experiment and do your own thing. ??

(I need to hire an editor to condense my comments, don’t I? LOL)

PS. IF you’re ever looking for alternative toothpaste products, the two I use (and recommend) are Toothsoap (basically liquid soap made from just oil which is dotted with sea salt) and Earthpaste, a clay-based toothpaste.

Thanks so much Liz, sorry that was so much effort for you, but I appreciate it! ??

Don’t be silly, no effort at all! Just hope some of it turns out to be useful/helpful. ??

Several things:
Can you believe I’ve NEVER been in a sauna?! I’ve always wanted to “take a steam”, but have never had the chance. My SO is from Eastern Europe, and groups there employ the use of saunas as part of their rejuvenation/invigoration routine. To keep the body and it’s blood and body temperature regulatory systems in primo condition, functioning at optimal levels, people around the region engage in hot and cold water therapy. They’re sort of like the Polar Bear Club but with steams in the sauna (or dips in hot tubs) in between dips in icy cold water. Whenever my SO is feeling “off” or sluggish, he practices his own makeshift therapy in the shower, switching between extreme hot and cold water for as long as he can stand it. He swears it makes him feel SO much better and encourages me to try it out, especially when I’m feeling cold in the house. I have not yet built up the courage to do so I’m a wimp when it comes to cold water. I can stomp through snow in shorts, but pouring freezing water all over my body? Can’t do it. ??

Have you ever tried oil pulling for your teeth? No studies have been conducted about the efficacy of the practice so there is only anecdotal evidence available, but it couldn’t hurt to try it out. Also, when dental problems are present, especially in the gums, controlling bacteria in the mouth is paramount. I find oral irrigation to be especially helpful in that regard. The benefits of using it are twofold — it gets rid of bacteria underneath the gumline and helps to tighten the gums. I make my own mouthwashes (I use two) to help keep bacteria undercontrol. I find this is another line of defense since it’s getting swished ALL over the mouth. One uses hydrogen peroxide and clove and myrrh EOs (antibacterials), the other xylitol, salt and baking soda. Let me know if you want the recipes.

And, #5!! I’m not often deeply affected by celebrity deaths, but Robin Williams’ was one that touched me I’m still reeling over it. Not only did I think he was EXTREMELY talented and gifted (he was an INCREDIBLE dramatic actor), but he seemed like such a genuinely kind, sweet human being. It’s horribly ironic and deeply sad that someone who was a source of so much love, humor and happiness to SO many people was in so much pain on the inside and suffering so deeply. Thanks for mentioning him. ??

(Whoa. Sorry for the way-too-long comment yikes! LOL)

PS CoQ10 is supposed to help with gum health ubiquinol is the kind you want.

Haha, I love your comments Liz! That’s so interesting about your SO. I read a book awhile back about a guy who would take 30 minute ice baths for his health, but the shower would be much easier.

I’ve tried the oil pulling, but I’m so sensitive, allergy-wise, that my mouth reacts to the oils I’ve tried, so I haven’t been really persistent with it. I’d love the recipes or just a link for the oral irrigation. That sounds promising! I actually just started CoQ10, so hopefully that will help too. ??

Thanks for all the valuable info! ??

Women should totally shave imo. It’s such a great thing to do in the morning, I feel like you’re deprived of such fun! ??

Have a great weekend Lauren!

great post! i’m going to check in on the Elixir. it’s worth it to take care NOW instead of spending booku bucks later on your mouth! Merci. ??

I totally agree, Dawn. The company also has a great probiotic! ??

Leave a Reply Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.

I make healthy, lower sugar recipes that also cater to my family’s allergies. I eat a little bit of everything, so you will find a vast variety of recipes to choose from. Merci pour votre visite! READ MORE…


Voir la vidéo: VERY FUNNY Robin Williams On American Idol Gives Back 2008 (Janvier 2022).