Nouvelles recettes

Vignerons en vedette : Hollywood et Vine

Vignerons en vedette : Hollywood et Vine

Si vous avez passé votre carrière à produire des émissions de télévision à Hollywood, que faites-vous pour un deuxième acte ? Faire du vin, bien sûr.

Plutôt que de se précipiter de Studio City à Sonoma, cependant, Joanne et Bruce Kerner se sont installés à Marlborough, en Nouvelle-Zélande (son curriculum vitae de production comprend Cosby et Un monde différent; le sien contient Juge Judy, Sabrina la sorcière adolescente et plusieurs années en tant que chef de production pour Viacom). Et tout comme dans leurs carrières précédentes, les Kerner misent sur la créativité pour assurer leur succès.

Tout a commencé lorsque les Kerner ont pris des vacances en famille en Nouvelle-Zélande au début des années 90 et ont décidé que c'était là qu'ils planteraient leurs vignes, en particulier dans un endroit de la région d'Upper Wairau qu'aucun des habitants ne croyait être viticole. sonner. Aujourd'hui, Kerner Estate est complètement entouré d'autres vignobles (leurs enfants Will et Lizzie ont également rejoint l'entreprise familiale), ce qui prouve que leur pari était bon.

Les Kerner n'ont pas non plus misé la ferme sur le sauvignon blanc et ont plutôt divisé leurs plantations en cette variété et quatre autres : chardonnay, pinot gris, pinot noir et — le préféré de Joanne — pinot blanc. Bien qu'il s'agisse d'un cépage inhabituel pour la Nouvelle-Zélande, le Pinot Blanc a fait tourner même les têtes les plus sceptiques. Et le sauvignon blanc de Kerners, disponible aux États-Unis, n'est pas non plus votre blanc typique de Marlborough : il est fait à moitié en acier inoxydable et à moitié dans de vieux fûts, ce qui donne un vin très doux et buvable.

Bien sûr, l'histoire suggère que prospérer dans une industrie indépendante ne se traduit pas toujours par le succès dans le secteur du vin. Mais il s'avère que produire des émissions de télévision à succès et du vin de haute qualité ne sont pas des compétences très différentes. Pour savoir pourquoi, lisez notre interview complète avec Bruce Kerner ci-dessous.

(Oh, et pouvez-vous repérer Bruce dans cette célèbre scène de Le Terminateur? Indice : ce n'est pas le gars qui dit "Je reviens.")

Notes de bouteille : À quel moment avez-vous réalisé que vous vouliez sortir d'Hollywood et faire du vin, et comment avez-vous choisi la Nouvelle-Zélande ?

Bruce Kerner : Nous sommes venus ici en famille pour des vacances de randonnée en 1992. C'était un endroit très rafraîchissant. Nous avions parlé d'établir un vignoble et de produire du vin, mais nous ne pouvions même pas nous permettre Temecula, encore moins Napa ou Sonoma. Mais nous pouvions nous permettre d'acheter un terrain ici, et nous avons entrepris une quête de plusieurs années pour trouver la bonne propriété. Joanne et moi étions au sommet de nos revenus dans le programme télévisuel - c'était encore principalement des émissions scénarisées sur lesquelles nous travaillions, par opposition à ce que la télévision est devenue, qui est principalement des émissions non scénarisées - et nous faisions très bien.

Nous avons acheté de très beaux terrains à la périphérie de Marlborough. Nous l'avons finalement développé en 55 acres producteurs de raisins et 25 acres d'olives. La plupart des olives sortiront et nous planterons des raisins. À un moment donné, [le terrain] était une piste d'atterrissage de l'US Air Force, puis il est devenu un pâturage - nous l'avons acheté quand c'était un pâturage. Nous sommes au confluent de deux rivières, et notre terrain était à l'origine une terrasse fluviale. C'est donc un sol très drainant, très rocheux et chaud. Il produit juste comme l'affaire de personne. Nous vendons la majorité de notre production et nous en gardons une petite partie pour nous-mêmes pour notre propre label.

Votre terrain se trouve dans la région d'Upper Wairau, que personne d'autre n'avait plantée de vignes lorsque vous vous y êtes installé. Les habitants pensaient-ils que vous étiez fou ? Vous l'ont-ils dit régulièrement ?

Oui, ils ont. Ils pensaient aussi que nous étions fous de payer ce que nous faisions pour la terre, ce que nous pensions et pensons toujours être très raisonnable. Même avec la récession et la chute vertigineuse de la valeur des propriétés, nous avons toujours une longueur d'avance sur le plan économique. La règle était d'aller à la périphérie de la ville, puis d'aller un peu plus loin, et c'est la règle que nous avons suivie. Il est complètement déposé depuis que nous avons planté. L'attitude classique de la Nouvelle-Zélande était : « Vous ne pouvez pas faire pousser du raisin là-bas. » Eh bien, quatre ans plus tard, toutes les terres autour de nous ont été plantées. Au moment où nous avons commencé à produire nos propres raisins et vins en 2000, c'était en plein essor ici.

Si on fait 5 000 caisses en deux ou trois ans, on sera très content. Historiquement, nous avons fait moins de 1 000 caisses ; cette année, ce seront 2 500 cas. Nous faisons des choses qui sortent un peu de l'ordinaire. Nous avons fait [notre Sauvignon Blanc en] 50% en inox et 50% en vieux chêne. C'est une très belle sensation en bouche et un savy très doux. Il n'a rien de la qualité verte effervescente du Marlborough Sauvignon Blanc historique et classique. Nous constatons que les habitants de New York, qui est notre marché principal, en profitent énormément.

Pourquoi le pinot blanc ?

Joanne voulait produire du pinot blanc parce qu'elle avait commencé à en boire comme alternative au chardonnay californien. Nous en avons donc mis cinq acres. Bon vin, vente difficile. Mais finalement, ces cinq acres produisent maintenant généreusement, et ils sont maintenant un bloc biologique avec notre Pinot Gris.

La plus grosse production que nous ayons faite de Pinot Blanc est de 1 000 caisses (nous n'en produisons plus que 200 à 300 caisses maintenant). Si vous mettez le nôtre à côté d'un pinot blanc alsacien, vous pouvez goûter le cépage, et vous pouvez également goûter le sol - la contribution néo-zélandaise. Nous avons créé un très bon vin, j'en suis très satisfait. Nous louions des rangées au [winemaker] Mike Weersing, qui a sorti un pinot blanc sous son label Pyramid Valley. C'est finalement le meilleur fruit de notre vignoble.

J'ai fait plusieurs appels de vente à des bars à vin, des bistrots et des restaurants à New York, et chacun d'eux a trouvé notre vin très distinctif. Plusieurs ont commandé et réordonné - ils ont des clients qui apprécient un bon vin à un prix très raisonnable.

[Le vigneron] Brent Marris [à l'origine] a fait le Pinot Blanc pour nous, et il a dit qu'il ne voulait pas que son nom soit connu comme le vigneron. Mais fondu enchaîné, fondu enchaîné, il était au Auckland Wine and Food Show pour servir notre Pinot Blanc parce que c'était un vin exceptionnel.

Y a-t-il des parallèles entre faire de la bonne télé ou des films et faire du bon vin ? Les défis se chevauchent-ils?

Oui. J'ai réalisé des réalisations épisodiques très limitées - j'ai passé mon temps à être producteur, et les sept ou huit dernières années de ma carrière, j'ai été vice-président directeur de la production chez Big Ticket et Viacom Productions. En termes d'organisation de la saison à la télévision, cette [compétence] était complètement transférable ici. Si vous comprenez les problèmes saisonniers et ce qui se passe lors de la floraison et de la fermeture des grappes, pour n'en nommer que deux dans l'épopée de la saison de croissance, alors vous savez comment répartir les actifs tels que la main-d'œuvre et l'équipement. Cela nécessite vraiment un ensemble de compétences que la plupart des cinéastes ont. Il est intéressant de constater que tant de cinéastes se lancent dans la production de vin - Francis Ford Coppola, Sam Neill, Roger Donaldson. La production de raisin est presque comme la production d'un film. Les gens pensent que je suis fou quand je dis cela, mais vous avez une date de début et une date d'arrêt, et vous devez obtenir certains résultats à chacun des moments critiques.

Quand nous faisons notre budget, je le fais comme si c'était une saison pour x nombre d'épisodes. Nous avons cinq variétés ici, et elles mûrissent et se développent toutes à des moments différents. C'est exactement comme avoir cent gars dans une émission télévisée multiplié par sept.

Vous voyez-vous à la même taille dans 10 ans, en gardant juste la qualité élevée et le volume bas ? Espérez-vous que nous aurons la même conversation dans dix ans ?

Espérons que nous produirons 15 000 caisses de vin dans une décennie. Nous n'allons pas en produire 40 000 ou 100 000. C'est juste une affaire totalement différente. Cela devient tout simplement incontrôlable. Vous ne pouvez pas faire du vin « fait main » à ces niveaux. 5 000 cas, c'est un gros résultat pour nous. En gros, c'est juste Joanne, moi-même et mon fils, qui allons au Chili en ce moment pour être assistant vigneron.

Je dois faire beaucoup de travail ici parce que la vente de raisins a baissé. [Mais] le style de vie ne peut pas être dépassé. Les gens pensent que je suis fou, mais j'aime mon travail de tracteur.

Parlez un peu de comment et pourquoi vous passez à l'agriculture biologique.

L'épiphanie sous-jacente pour moi est que lorsque mon fils est allé au Taruna College et a étudié l'agriculture biodynamique et biologique, nous avons fait un voyage en Californie et en Oregon, et nous sommes allés dans des vignobles. Nous sommes allés dans un endroit absolument magnifique, totalement en équilibre, et le vin était meilleur. J'ai donc commencé à goûter beaucoup de vins issus de vignobles biologiques et élaborés dans des caves certifiées, et ils avaient meilleur goût. Les fruits et légumes provenant de la même terre avaient également meilleur goût.

Mon fils travaillait pour Seresin Estate, qui est biologique, et ils sont juste en bas de la route, nous avons donc eu la chance de voir ce qui se passait. Nous avons donc décidé que nous ferions le Pinot Gris et le Pinot Blanc en utilisant des techniques biologiques. Le sol s'est rajeuni en deux saisons. Les vignes sont en meilleure santé. Et les fleurs et les herbes et le trèfle qui poussent entre les rangées, c'est juste agréable d'être dedans par opposition à un régime chimique de terre brûlée. Je le fais tous les jours et je remarque une différence complète et totale entre la santé inhérente et réelle des plantes, et je pense que cela se traduit dans le vin.


Heure de fermeture au club d'Hollywood

Les défenseurs de l'environnement qui espèrent sauver la façade d'un bâtiment conçu par Richard Neutra dans le coin le plus célèbre d'Hollywood se sont fait dire qu'il était 70 ans trop tard pour arrêter la démolition.

Les travailleurs enlèvent les restes de la boîte de nuit basque, qui a été ravagée il y a environ six mois par un mystérieux incendie avant l'aube à l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Le propriétaire du site a ordonné le démontage après avoir décidé que le bâtiment endommagé était un danger pour la sécurité et qu'un remodelage de l'endroit en 1939 avait effacé toute trace du style de Neutra.

Cette semaine, la démolition était presque terminée, il ne restait plus que la façade incurvée du lieu de rencontre des célébrités – où Lindsay Lohan a fêté son 21e anniversaire.

Mais les militants hollywoodiens qui considèrent le bâtiment historique ont exigé que les vestiges survivants soient sauvés et intégrés dans la conception de toute structure de remplacement.

Ils ont protesté devant la structure clôturée et ont fait pression sur les dirigeants étatiques et locaux pour aider à restaurer ce qu'ils prétendent être le lustre original de «l'âge d'or» d'Hollywood et de Vine.

La reconstitution du style moderniste original de granit, de verre et d'acier utilisé par Neutra pourrait facilement s'intégrer dans une structure contemporaine, a déclaré le conservateur Gregory Paul Williams, historien et auteur d'Hollywood.

Le bâtiment a été commandé en 1931 par le fondateur d'Universal Pictures, Carl Laemmle. Il avait initialement prévu un cinéma de 900 places au coin de la rue, mais la Grande Dépression a tué cette idée.

Dans son livre « L'histoire d'Hollywood : une histoire illustrée », Williams raconte comment Laemmle a plutôt transformé le bâtiment en une salle à manger à la mode appelée Coco Tree Cafe. La conception de Neutra le rendait ouvert et aéré, et il était rempli de clients malgré le ralentissement économique de la période.

Laemmle est décédé en 1939 et le restaurant a été transformé par le propriétaire de Pig 'n' Whistle, Sidney Hoedemaker, en restaurant Melody Lane. Selon le livre de Williams, « chaque trace de l'architecture de Richard Neutra » a été arrachée.

L'endroit a été transformé en restaurant Hody's dans les années 1950 et surmonté d'un panneau d'affichage géant mettant en vedette un clown dont le nez en forme de ballon de plage tournoyait.

La démolition de l'apparence de Neutra par Hoedemaker est ce qui a condamné le bâtiment en août lorsque les autorités municipales ont évalué une demande de permis de démolition pour la discothèque basque incendiée, selon une porte-parole du conseiller municipal de la région d'Hollywood, Eric Garcetti.

Bien que le site fasse partie du registre national des lieux historiques, désigné quartier commercial et de divertissement de Hollywood Boulevard, la rénovation de 1939 a dépouillé le bâtiment de son importance historique, a déclaré l'assistante du conseil, Julie Wong.

Parce que plus de la moitié de la structure a survécu à l'incendie du 30 avril, la demande de démolition a déclenché un examen approfondi par trois agences de la ville, a déclaré Wong. Ils ont conclu que les vestiges de l'ancien bâtiment de Neutra n'étaient pas considérés comme importants sur le plan historique ou architectural.

Cependant, Garcetti « est prêt à parler de la protection de la façade », a déclaré Wong mercredi.

Un porte-parole du propriétaire du site, le groupe Clarett, basé à New York, a déclaré qu'il n'avait demandé la démolition qu'après que ses propres experts eurent convenu que la carcasse du bâtiment n'avait pas de valeur culturelle.

Mais des pressions économiques similaires à celles subies par Laemmle lors de la dépression des années 1930 ont amené l'entreprise à suspendre indéfiniment les plans de reconstruction du site, a déclaré le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié.

Les défenseurs de l'environnement, quant à eux, espéraient qu'un comité de l'Assemblée nationale sur les arts et le tourisme pourrait leur venir en aide. La présidente du comité, la députée Betty Karnette (D-Long Beach), "est curieuse de voir si c'est quelque chose dans lequel nous pourrions vouloir nous impliquer", a déclaré un membre du personnel du comité.

Les experts en incendie criminel du service d'incendie de Los Angeles n'ont pas déterminé la cause de l'incendie. "C'est une enquête en cours", a déclaré l'enquêteur Mario Newte.

Mais certains à Hollywood suggèrent que des incendies mystérieux précèdent fréquemment la démolition de bâtiments historiques près de l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Les responsables disent qu'ils n'ont aucune preuve que l'un des incendies était lié à un réaménagement. Mais Williams a déclaré avoir dénombré 10 bâtiments à proximité qui ont été démolis après avoir été endommagés par un incendie. L'un d'eux, le célèbre restaurant Brown Derby sur Vine Street, a été incendié 16 fois, a-t-il déclaré.

"C'est la capitale mondiale des incendies criminels non résolue", a déclaré le militant de longue date d'Hollywood, John Walsh.


Heure de fermeture au club d'Hollywood

Les défenseurs de l'environnement qui espèrent sauver la façade d'un bâtiment conçu par Richard Neutra dans le coin le plus célèbre d'Hollywood se sont fait dire qu'il était 70 ans trop tard pour arrêter la démolition.

Les travailleurs enlèvent les restes de la boîte de nuit basque, qui a été ravagée il y a environ six mois par un mystérieux incendie avant l'aube à l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Le propriétaire du site a ordonné le démontage après avoir décidé que le bâtiment endommagé était un danger pour la sécurité et qu'un remodelage de l'endroit en 1939 avait effacé toute trace du style de Neutra.

Cette semaine, la démolition était presque terminée, il ne restait plus que la façade incurvée du lieu de rencontre des célébrités – où Lindsay Lohan a fêté son 21e anniversaire.

Mais les militants hollywoodiens qui considèrent le bâtiment historique ont exigé que les vestiges survivants soient sauvés et intégrés dans la conception de toute structure de remplacement.

Ils ont protesté devant la structure clôturée et ont fait pression sur les dirigeants étatiques et locaux pour aider à restaurer ce qu'ils prétendent être le lustre original de «l'âge d'or» d'Hollywood et de Vine.

La reconstitution du style moderniste original de granit, de verre et d'acier utilisé par Neutra pourrait facilement s'intégrer dans une structure contemporaine, a déclaré le conservateur Gregory Paul Williams, historien et auteur d'Hollywood.

Le bâtiment a été commandé en 1931 par le fondateur d'Universal Pictures, Carl Laemmle. Il avait initialement prévu un cinéma de 900 places au coin de la rue, mais la Grande Dépression a tué cette idée.

Dans son livre « L'histoire d'Hollywood : une histoire illustrée », Williams raconte comment Laemmle a plutôt transformé le bâtiment en une salle à manger à la mode appelée Coco Tree Cafe. La conception de Neutra le rendait ouvert et aéré, et il était rempli de clients malgré le ralentissement économique de la période.

Laemmle est décédé en 1939 et le restaurant a été transformé par le propriétaire de Pig 'n' Whistle, Sidney Hoedemaker, en restaurant Melody Lane. Selon le livre de Williams, « chaque trace de l'architecture de Richard Neutra » a été arrachée.

L'endroit a été transformé en restaurant Hody's dans les années 1950 et surmonté d'un panneau d'affichage géant mettant en vedette un clown dont le nez en forme de ballon de plage tournoyait.

La démolition de l'apparence de Neutra par Hoedemaker est ce qui a condamné le bâtiment en août lorsque les autorités municipales ont évalué une demande de permis de démolition pour la discothèque basque incendiée, selon une porte-parole du conseiller municipal de la région d'Hollywood, Eric Garcetti.

Bien que le site fasse partie du registre national des lieux historiques, désigné quartier commercial et de divertissement de Hollywood Boulevard, la rénovation de 1939 a dépouillé le bâtiment de son importance historique, a déclaré Julie Wong, assistante du conseil.

Parce que plus de la moitié de la structure a survécu à l'incendie du 30 avril, la demande de démolition a déclenché un examen approfondi par trois agences de la ville, a déclaré Wong. Ils ont conclu que les vestiges de l'ancien bâtiment de Neutra n'étaient pas considérés comme importants sur le plan historique ou architectural.

Cependant, Garcetti « est prêt à parler de la protection de la façade », a déclaré Wong mercredi.

Un porte-parole du propriétaire du site, le Clarett Group, basé à New York, a déclaré qu'il n'avait demandé la démolition qu'après que ses propres experts eurent convenu que la carcasse du bâtiment n'avait pas de valeur culturelle.

Mais des pressions économiques similaires à celles subies par Laemmle lors de la dépression des années 1930 ont amené l'entreprise à suspendre indéfiniment les plans de reconstruction du site, a déclaré le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié.

Les défenseurs de l'environnement, quant à eux, espéraient qu'un comité de l'Assemblée nationale sur les arts et le tourisme pourrait leur venir en aide. La présidente du comité, la députée Betty Karnette (D-Long Beach), "est curieuse de voir si c'est quelque chose dans lequel nous pourrions vouloir nous impliquer", a déclaré un membre du personnel du comité.

Les experts en incendie criminel du service d'incendie de Los Angeles n'ont pas déterminé la cause de l'incendie. "C'est une enquête en cours", a déclaré l'enquêteur Mario Newte.

Mais certains à Hollywood suggèrent que des incendies mystérieux précèdent fréquemment la démolition de bâtiments historiques près de l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Les responsables disent qu'ils n'ont aucune preuve que l'un des incendies était lié à un réaménagement. Mais Williams a déclaré avoir dénombré 10 bâtiments à proximité qui ont été démolis après avoir été endommagés par un incendie. L'un d'eux, le célèbre restaurant Brown Derby sur Vine Street, a été incendié 16 fois, a-t-il déclaré.

"C'est la capitale mondiale des incendies criminels non résolue", a déclaré le militant hollywoodien de longue date John Walsh.


Heure de fermeture au club d'Hollywood

Les défenseurs de l'environnement qui espèrent sauver la façade d'un bâtiment conçu par Richard Neutra dans le coin le plus célèbre d'Hollywood se sont fait dire qu'il était 70 ans trop tard pour arrêter la démolition.

Les travailleurs enlèvent les restes de la boîte de nuit basque, qui a été ravagée il y a environ six mois par un mystérieux incendie avant l'aube à l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Le propriétaire du site a ordonné le démontage après avoir décidé que le bâtiment endommagé était un danger pour la sécurité et qu'un remodelage de l'endroit en 1939 avait effacé toute trace du style de Neutra.

Cette semaine, la démolition était presque terminée, il ne restait plus que la façade incurvée du lieu de rencontre des célébrités – où Lindsay Lohan a fêté son 21e anniversaire.

Mais les militants hollywoodiens qui considèrent le bâtiment historique ont exigé que les vestiges survivants soient sauvés et intégrés dans la conception de toute structure de remplacement.

Ils ont protesté devant la structure clôturée et ont fait pression sur l'État et les dirigeants locaux pour aider à restaurer ce qu'ils prétendent être le lustre original de «l'âge d'or» d'Hollywood et de Vine.

La reconstitution du style moderniste original de granit, de verre et d'acier utilisé par Neutra pourrait facilement s'intégrer dans une structure contemporaine, a déclaré le conservateur Gregory Paul Williams, historien et auteur d'Hollywood.

Le bâtiment a été commandé en 1931 par le fondateur d'Universal Pictures, Carl Laemmle. Il avait initialement prévu un cinéma de 900 places au coin de la rue, mais la Grande Dépression a tué cette idée.

Dans son livre « L'histoire d'Hollywood : une histoire illustrée », Williams raconte comment Laemmle a plutôt transformé le bâtiment en une salle à manger à la mode appelée Coco Tree Cafe. La conception de Neutra le rendait ouvert et aéré, et il était rempli de clients malgré le ralentissement économique de la période.

Laemmle est décédé en 1939 et le restaurant a été transformé par le propriétaire de Pig 'n' Whistle, Sidney Hoedemaker, en restaurant Melody Lane. Selon le livre de Williams, « chaque trace de l'architecture de Richard Neutra » a été arrachée.

L'endroit a été transformé en restaurant Hody's dans les années 1950 et surmonté d'un panneau d'affichage géant mettant en vedette un clown dont le nez en forme de ballon de plage tournoyait.

La démolition de l'apparence de Neutra par Hoedemaker est ce qui a condamné le bâtiment en août lorsque les autorités municipales ont évalué une demande de permis de démolition pour la discothèque basque incendiée, selon une porte-parole du conseiller municipal de la région d'Hollywood, Eric Garcetti.

Bien que le site fasse partie du registre national des lieux historiques, désigné quartier commercial et de divertissement de Hollywood Boulevard, la rénovation de 1939 a dépouillé le bâtiment de son importance historique, a déclaré l'assistante du conseil, Julie Wong.

Parce que plus de la moitié de la structure a survécu à l'incendie du 30 avril, la demande de démolition a déclenché un examen approfondi par trois agences de la ville, a déclaré Wong. Ils ont conclu que les vestiges de l'ancien bâtiment de Neutra n'étaient pas considérés comme importants sur le plan historique ou architectural.

Cependant, Garcetti « est prêt à parler de la protection de la façade », a déclaré Wong mercredi.

Un porte-parole du propriétaire du site, le groupe Clarett, basé à New York, a déclaré qu'il n'avait demandé la démolition qu'après que ses propres experts eurent convenu que la carcasse du bâtiment n'avait pas de valeur culturelle.

Mais des pressions économiques similaires à celles subies par Laemmle lors de la dépression des années 1930 ont amené l'entreprise à suspendre indéfiniment les plans de reconstruction du site, a déclaré le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié.

Les défenseurs de l'environnement, quant à eux, espéraient qu'un comité de l'Assemblée nationale sur les arts et le tourisme pourrait leur venir en aide. La présidente du comité, la députée Betty Karnette (D-Long Beach), "est curieuse de voir si c'est quelque chose dans lequel nous pourrions vouloir nous impliquer", a déclaré un membre du personnel du comité.

Les experts en incendie criminel du service d'incendie de Los Angeles n'ont pas déterminé la cause de l'incendie. "C'est une enquête en cours", a déclaré l'enquêteur Mario Newte.

Mais certains à Hollywood suggèrent que des incendies mystérieux précèdent fréquemment la démolition de bâtiments historiques près de l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Les responsables disent qu'ils n'ont aucune preuve que l'un des incendies était lié à un réaménagement. Mais Williams a déclaré avoir dénombré 10 bâtiments à proximité qui ont été démolis après avoir été endommagés par un incendie. L'un d'eux, le célèbre restaurant Brown Derby sur Vine Street, a été incendié 16 fois, a-t-il déclaré.

"C'est la capitale mondiale des incendies criminels non résolue", a déclaré le militant de longue date d'Hollywood, John Walsh.


Heure de fermeture au club d'Hollywood

Les défenseurs de l'environnement qui espèrent sauver la façade d'un bâtiment conçu par Richard Neutra dans le coin le plus célèbre d'Hollywood se sont fait dire qu'il était 70 ans trop tard pour arrêter la démolition.

Les travailleurs enlèvent les restes de la boîte de nuit basque, qui a été ravagée il y a environ six mois par un mystérieux incendie avant l'aube à l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Le propriétaire du site a ordonné le démontage après avoir décidé que le bâtiment endommagé était un danger pour la sécurité et qu'un remodelage de l'endroit en 1939 avait effacé toute trace du style de Neutra.

Cette semaine, la démolition était presque terminée, il ne restait plus que la façade incurvée du lieu de rencontre des célébrités – où Lindsay Lohan a fêté son 21e anniversaire.

Mais les militants hollywoodiens qui considèrent le bâtiment historique ont exigé que les vestiges survivants soient sauvés et intégrés dans la conception de toute structure de remplacement.

Ils ont protesté devant la structure clôturée et ont fait pression sur les dirigeants étatiques et locaux pour aider à restaurer ce qu'ils prétendent être le lustre original de «l'âge d'or» d'Hollywood et de Vine.

La reconstitution du style moderniste original de granit, de verre et d'acier utilisé par Neutra pourrait facilement s'intégrer dans une structure contemporaine, a déclaré le conservateur Gregory Paul Williams, historien et auteur d'Hollywood.

Le bâtiment a été commandé en 1931 par le fondateur d'Universal Pictures, Carl Laemmle. Il avait initialement prévu un cinéma de 900 places au coin de la rue, mais la Grande Dépression a tué cette idée.

Dans son livre « L'histoire d'Hollywood : une histoire illustrée », Williams raconte comment Laemmle a plutôt transformé le bâtiment en une salle à manger à la mode appelée Coco Tree Cafe. La conception de Neutra le rendait ouvert et aéré, et il était rempli de clients malgré le ralentissement économique de la période.

Laemmle est décédé en 1939 et le restaurant a été transformé par le propriétaire de Pig 'n' Whistle, Sidney Hoedemaker, en restaurant Melody Lane. Selon le livre de Williams, « chaque trace de l'architecture de Richard Neutra » a été arrachée.

L'endroit a été transformé en restaurant Hody's dans les années 1950 et surmonté d'un panneau d'affichage géant mettant en vedette un clown dont le nez en forme de ballon de plage tournoyait.

La démolition de l'apparence de Neutra par Hoedemaker est ce qui a condamné le bâtiment en août lorsque les autorités municipales ont évalué une demande de permis de démolition pour la discothèque basque incendiée, selon une porte-parole du conseiller municipal de la région d'Hollywood, Eric Garcetti.

Bien que le site fasse partie du registre national des lieux historiques, désigné quartier commercial et de divertissement de Hollywood Boulevard, la rénovation de 1939 a dépouillé le bâtiment de son importance historique, a déclaré Julie Wong, assistante du conseil.

Parce que plus de la moitié de la structure a survécu à l'incendie du 30 avril, la demande de démolition a déclenché un examen approfondi par trois agences de la ville, a déclaré Wong. Ils ont conclu que les vestiges de l'ancien bâtiment de Neutra n'étaient pas considérés comme importants sur le plan historique ou architectural.

Cependant, Garcetti « est prêt à parler de la protection de la façade », a déclaré Wong mercredi.

Un porte-parole du propriétaire du site, le Clarett Group, basé à New York, a déclaré qu'il n'avait demandé la démolition qu'après que ses propres experts eurent convenu que la carcasse du bâtiment n'avait pas de valeur culturelle.

Mais des pressions économiques similaires à celles subies par Laemmle lors de la dépression des années 1930 ont amené l'entreprise à suspendre indéfiniment les plans de reconstruction du site, a déclaré le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié.

Les défenseurs de l'environnement, quant à eux, espéraient qu'un comité de l'Assemblée nationale sur les arts et le tourisme pourrait leur venir en aide. La présidente du comité, la députée Betty Karnette (D-Long Beach), "est curieuse de voir si c'est quelque chose dans lequel nous pourrions vouloir nous impliquer", a déclaré un membre du personnel du comité.

Les experts en incendie criminel du service d'incendie de Los Angeles n'ont pas déterminé la cause de l'incendie. "C'est une enquête en cours", a déclaré l'enquêteur Mario Newte.

Mais certains à Hollywood suggèrent que des incendies mystérieux précèdent fréquemment la démolition de bâtiments historiques près de l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Les responsables disent qu'ils n'ont aucune preuve que l'un des incendies était lié à un réaménagement. Mais Williams a déclaré avoir dénombré 10 bâtiments à proximité qui ont été démolis après avoir été endommagés par un incendie. L'un d'eux, le célèbre restaurant Brown Derby sur Vine Street, a été incendié 16 fois, a-t-il déclaré.

"C'est la capitale mondiale des incendies criminels non résolue", a déclaré le militant hollywoodien de longue date John Walsh.


Heure de fermeture au club d'Hollywood

Les défenseurs de l'environnement qui espèrent sauver la façade d'un bâtiment conçu par Richard Neutra dans le coin le plus célèbre d'Hollywood se sont fait dire qu'il était 70 ans trop tard pour arrêter la démolition.

Les travailleurs enlèvent les restes de la boîte de nuit basque, qui a été ravagée il y a environ six mois par un mystérieux incendie avant l'aube à l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Le propriétaire du site a ordonné le démontage après avoir décidé que le bâtiment endommagé était un danger pour la sécurité et qu'un remodelage de l'endroit en 1939 avait effacé toute trace du style de Neutra.

Cette semaine, la démolition était presque terminée, il ne restait plus que la façade incurvée du lieu de rencontre des célébrités – où Lindsay Lohan a fêté son 21e anniversaire.

Mais les militants hollywoodiens qui considèrent le bâtiment historique ont exigé que les vestiges survivants soient sauvés et intégrés dans la conception de toute structure de remplacement.

Ils ont protesté devant la structure clôturée et ont fait pression sur les dirigeants étatiques et locaux pour aider à restaurer ce qu'ils prétendent être le lustre original de «l'âge d'or» d'Hollywood et de Vine.

La reconstitution du style moderniste original de granit, de verre et d'acier utilisé par Neutra pourrait facilement s'intégrer dans une structure contemporaine, a déclaré le conservateur Gregory Paul Williams, historien et auteur d'Hollywood.

Le bâtiment a été commandé en 1931 par le fondateur d'Universal Pictures, Carl Laemmle. Il avait initialement prévu un cinéma de 900 places au coin de la rue, mais la Grande Dépression a tué cette idée.

Dans son livre « L'histoire d'Hollywood : une histoire illustrée », Williams raconte comment Laemmle a plutôt transformé le bâtiment en une salle à manger à la mode appelée Coco Tree Cafe. La conception de Neutra le rendait ouvert et aéré, et il était rempli de clients malgré le ralentissement économique de la période.

Laemmle est décédé en 1939 et le restaurant a été transformé par le propriétaire de Pig 'n' Whistle, Sidney Hoedemaker, en restaurant Melody Lane. Selon le livre de Williams, « chaque trace de l'architecture de Richard Neutra » a été arrachée.

L'endroit a été transformé en restaurant Hody's dans les années 1950 et surmonté d'un panneau d'affichage géant mettant en vedette un clown dont le nez en forme de ballon de plage tournoyait.

La démolition de l'apparence de Neutra par Hoedemaker est ce qui a condamné le bâtiment en août lorsque les autorités municipales ont évalué une demande de permis de démolition pour la discothèque basque incendiée, selon une porte-parole du conseiller municipal de la région d'Hollywood, Eric Garcetti.

Bien que le site fasse partie du registre national des lieux historiques, désigné quartier commercial et de divertissement de Hollywood Boulevard, la rénovation de 1939 a dépouillé le bâtiment de son importance historique, a déclaré Julie Wong, assistante du conseil.

Parce que plus de la moitié de la structure a survécu à l'incendie du 30 avril, la demande de démolition a déclenché un examen approfondi par trois agences de la ville, a déclaré Wong. Ils ont conclu que les vestiges de l'ancien bâtiment de Neutra n'étaient pas considérés comme importants sur le plan historique ou architectural.

Cependant, Garcetti « est prêt à parler de la protection de la façade », a déclaré Wong mercredi.

Un porte-parole du propriétaire du site, le Clarett Group, basé à New York, a déclaré qu'il n'avait demandé la démolition qu'après que ses propres experts eurent convenu que la carcasse du bâtiment n'avait pas de valeur culturelle.

Mais des pressions économiques similaires à celles subies par Laemmle lors de la dépression des années 1930 ont amené l'entreprise à suspendre indéfiniment les plans de reconstruction du site, a déclaré le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié.

Les défenseurs de l'environnement, quant à eux, espéraient qu'un comité de l'Assemblée nationale sur les arts et le tourisme pourrait leur venir en aide. La présidente du comité, la députée Betty Karnette (D-Long Beach), "est curieuse de voir si c'est quelque chose dans lequel nous pourrions vouloir nous impliquer", a déclaré un membre du personnel du comité.

Les experts en incendie criminel du service d'incendie de Los Angeles n'ont pas déterminé la cause de l'incendie. "C'est une enquête en cours", a déclaré l'enquêteur Mario Newte.

Mais certains à Hollywood suggèrent que des incendies mystérieux précèdent fréquemment la démolition de bâtiments historiques près de l'intersection d'Hollywood et de Vine.

Les responsables disent qu'ils n'ont aucune preuve que l'un des incendies était lié à un réaménagement. Mais Williams a déclaré avoir dénombré 10 bâtiments à proximité qui ont été démolis après avoir été endommagés par un incendie. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Closing time at Hollywood club

Preservationists hoping to save the facade of a Richard Neutra-designed building at Hollywood’s most famous corner have been told they are 70 years too late to stop demolition.

Workers are removing the remains of the Basque nightclub, which was gutted about six months ago by a mysterious predawn fire at the intersection of Hollywood and Vine.

The owner of the site ordered the tear-down after deciding that the damaged building was a safety hazard and that a 1939 remodel of the place had erased all evidence of Neutra’s styling.

This week the demolition was almost complete, with only the curving front of the celebrity hangout -- where Lindsay Lohan celebrated her 21st birthday -- remaining.

But Hollywood activists who consider the building historic have demanded that surviving remnants be saved and incorporated into the design of any replacement structure.

They have protested in front of the fenced-off structure and lobbied state and local leaders to help restore what they claim is Hollywood and Vine’s original “golden era” luster.

Recreation of the original modernist granite, glass and steel styling that Neutra used could easily fit into a contemporary structure, said preservationist Gregory Paul Williams, a Hollywood historian and author.

The building was commissioned in 1931 by Universal Pictures founder Carl Laemmle. He had originally planned a 900-seat movie theater at the corner, but the Great Depression killed that idea.

In his book “The Story of Hollywood: an Illustrated History,” Williams recounts how Laemmle instead turned the building into a fashionable lunchroom called the Coco Tree Cafe. Neutra’s design made it open and airy, and it was filled with customers despite the period’s economic downturn.

Laemmle died in 1939 and the restaurant was converted by Pig ‘n’ Whistle owner Sidney Hoedemaker into the Melody Lane restaurant. According to Williams’ book, “every trace of Richard Neutra’s architecture” was ripped out.

The place was turned into Hody’s Restaurant in the 1950s and topped by a giant billboard that featured a clown whose beach-ball-shaped nose twirled.

Hoedemaker’s junking of Neutra’s look is what doomed the building in August when city officials evaluated a request for a demolition permit for the burned Basque nightclub, according to a spokeswoman for Hollywood-area City Councilman Eric Garcetti.

Although the site is within the National Register of Historic Places-designated Hollywood Boulevard Commercial and Entertainment District, the 1939 renovation stripped the building of its historic importance, council aide Julie Wong said.

Because more than half of the structure survived the April 30 fire, the demolition application triggered a close review by three city agencies, Wong said. They concluded the remnants of Neutra’s old building did not qualify as historic or architecturally significant.

However, Garcetti “is willing to talk about the facade’s protection,” Wong said Wednesday.

A spokesman for the site’s owner, the New York-based Clarett Group, said it sought demolition only after its own experts agreed that the building’s hulk was not culturally valuable.

But economic pressures similar to those faced by Laemmle in the 1930s Depression have caused the company to indefinitely shelve rebuilding plans for the site, said the spokesman, who asked not to be identified.

Preservationists, meanwhile, held out hope that a state Assembly committee on arts and tourism may come to their aid. The committee chair, Assemblywoman Betty Karnette (D-Long Beach), “is curious to see if it’s something we might want to get involved in,” a committee staff member said.

Los Angeles Fire Department arson experts have not determined the cause of the blaze. “It is an ongoing investigation,” said Investigator Mario Newte.

But some in Hollywood suggest that mysterious fires frequently precede demolition of historic buildings near the Hollywood and Vine intersection.

Officials say they have no evidence that any of the blazes were tied to redevelopment. But Williams said he has counted 10 nearby buildings that were torn down after being damaged by fire. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Closing time at Hollywood club

Preservationists hoping to save the facade of a Richard Neutra-designed building at Hollywood’s most famous corner have been told they are 70 years too late to stop demolition.

Workers are removing the remains of the Basque nightclub, which was gutted about six months ago by a mysterious predawn fire at the intersection of Hollywood and Vine.

The owner of the site ordered the tear-down after deciding that the damaged building was a safety hazard and that a 1939 remodel of the place had erased all evidence of Neutra’s styling.

This week the demolition was almost complete, with only the curving front of the celebrity hangout -- where Lindsay Lohan celebrated her 21st birthday -- remaining.

But Hollywood activists who consider the building historic have demanded that surviving remnants be saved and incorporated into the design of any replacement structure.

They have protested in front of the fenced-off structure and lobbied state and local leaders to help restore what they claim is Hollywood and Vine’s original “golden era” luster.

Recreation of the original modernist granite, glass and steel styling that Neutra used could easily fit into a contemporary structure, said preservationist Gregory Paul Williams, a Hollywood historian and author.

The building was commissioned in 1931 by Universal Pictures founder Carl Laemmle. He had originally planned a 900-seat movie theater at the corner, but the Great Depression killed that idea.

In his book “The Story of Hollywood: an Illustrated History,” Williams recounts how Laemmle instead turned the building into a fashionable lunchroom called the Coco Tree Cafe. Neutra’s design made it open and airy, and it was filled with customers despite the period’s economic downturn.

Laemmle died in 1939 and the restaurant was converted by Pig ‘n’ Whistle owner Sidney Hoedemaker into the Melody Lane restaurant. According to Williams’ book, “every trace of Richard Neutra’s architecture” was ripped out.

The place was turned into Hody’s Restaurant in the 1950s and topped by a giant billboard that featured a clown whose beach-ball-shaped nose twirled.

Hoedemaker’s junking of Neutra’s look is what doomed the building in August when city officials evaluated a request for a demolition permit for the burned Basque nightclub, according to a spokeswoman for Hollywood-area City Councilman Eric Garcetti.

Although the site is within the National Register of Historic Places-designated Hollywood Boulevard Commercial and Entertainment District, the 1939 renovation stripped the building of its historic importance, council aide Julie Wong said.

Because more than half of the structure survived the April 30 fire, the demolition application triggered a close review by three city agencies, Wong said. They concluded the remnants of Neutra’s old building did not qualify as historic or architecturally significant.

However, Garcetti “is willing to talk about the facade’s protection,” Wong said Wednesday.

A spokesman for the site’s owner, the New York-based Clarett Group, said it sought demolition only after its own experts agreed that the building’s hulk was not culturally valuable.

But economic pressures similar to those faced by Laemmle in the 1930s Depression have caused the company to indefinitely shelve rebuilding plans for the site, said the spokesman, who asked not to be identified.

Preservationists, meanwhile, held out hope that a state Assembly committee on arts and tourism may come to their aid. The committee chair, Assemblywoman Betty Karnette (D-Long Beach), “is curious to see if it’s something we might want to get involved in,” a committee staff member said.

Los Angeles Fire Department arson experts have not determined the cause of the blaze. “It is an ongoing investigation,” said Investigator Mario Newte.

But some in Hollywood suggest that mysterious fires frequently precede demolition of historic buildings near the Hollywood and Vine intersection.

Officials say they have no evidence that any of the blazes were tied to redevelopment. But Williams said he has counted 10 nearby buildings that were torn down after being damaged by fire. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Closing time at Hollywood club

Preservationists hoping to save the facade of a Richard Neutra-designed building at Hollywood’s most famous corner have been told they are 70 years too late to stop demolition.

Workers are removing the remains of the Basque nightclub, which was gutted about six months ago by a mysterious predawn fire at the intersection of Hollywood and Vine.

The owner of the site ordered the tear-down after deciding that the damaged building was a safety hazard and that a 1939 remodel of the place had erased all evidence of Neutra’s styling.

This week the demolition was almost complete, with only the curving front of the celebrity hangout -- where Lindsay Lohan celebrated her 21st birthday -- remaining.

But Hollywood activists who consider the building historic have demanded that surviving remnants be saved and incorporated into the design of any replacement structure.

They have protested in front of the fenced-off structure and lobbied state and local leaders to help restore what they claim is Hollywood and Vine’s original “golden era” luster.

Recreation of the original modernist granite, glass and steel styling that Neutra used could easily fit into a contemporary structure, said preservationist Gregory Paul Williams, a Hollywood historian and author.

The building was commissioned in 1931 by Universal Pictures founder Carl Laemmle. He had originally planned a 900-seat movie theater at the corner, but the Great Depression killed that idea.

In his book “The Story of Hollywood: an Illustrated History,” Williams recounts how Laemmle instead turned the building into a fashionable lunchroom called the Coco Tree Cafe. Neutra’s design made it open and airy, and it was filled with customers despite the period’s economic downturn.

Laemmle died in 1939 and the restaurant was converted by Pig ‘n’ Whistle owner Sidney Hoedemaker into the Melody Lane restaurant. According to Williams’ book, “every trace of Richard Neutra’s architecture” was ripped out.

The place was turned into Hody’s Restaurant in the 1950s and topped by a giant billboard that featured a clown whose beach-ball-shaped nose twirled.

Hoedemaker’s junking of Neutra’s look is what doomed the building in August when city officials evaluated a request for a demolition permit for the burned Basque nightclub, according to a spokeswoman for Hollywood-area City Councilman Eric Garcetti.

Although the site is within the National Register of Historic Places-designated Hollywood Boulevard Commercial and Entertainment District, the 1939 renovation stripped the building of its historic importance, council aide Julie Wong said.

Because more than half of the structure survived the April 30 fire, the demolition application triggered a close review by three city agencies, Wong said. They concluded the remnants of Neutra’s old building did not qualify as historic or architecturally significant.

However, Garcetti “is willing to talk about the facade’s protection,” Wong said Wednesday.

A spokesman for the site’s owner, the New York-based Clarett Group, said it sought demolition only after its own experts agreed that the building’s hulk was not culturally valuable.

But economic pressures similar to those faced by Laemmle in the 1930s Depression have caused the company to indefinitely shelve rebuilding plans for the site, said the spokesman, who asked not to be identified.

Preservationists, meanwhile, held out hope that a state Assembly committee on arts and tourism may come to their aid. The committee chair, Assemblywoman Betty Karnette (D-Long Beach), “is curious to see if it’s something we might want to get involved in,” a committee staff member said.

Los Angeles Fire Department arson experts have not determined the cause of the blaze. “It is an ongoing investigation,” said Investigator Mario Newte.

But some in Hollywood suggest that mysterious fires frequently precede demolition of historic buildings near the Hollywood and Vine intersection.

Officials say they have no evidence that any of the blazes were tied to redevelopment. But Williams said he has counted 10 nearby buildings that were torn down after being damaged by fire. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Closing time at Hollywood club

Preservationists hoping to save the facade of a Richard Neutra-designed building at Hollywood’s most famous corner have been told they are 70 years too late to stop demolition.

Workers are removing the remains of the Basque nightclub, which was gutted about six months ago by a mysterious predawn fire at the intersection of Hollywood and Vine.

The owner of the site ordered the tear-down after deciding that the damaged building was a safety hazard and that a 1939 remodel of the place had erased all evidence of Neutra’s styling.

This week the demolition was almost complete, with only the curving front of the celebrity hangout -- where Lindsay Lohan celebrated her 21st birthday -- remaining.

But Hollywood activists who consider the building historic have demanded that surviving remnants be saved and incorporated into the design of any replacement structure.

They have protested in front of the fenced-off structure and lobbied state and local leaders to help restore what they claim is Hollywood and Vine’s original “golden era” luster.

Recreation of the original modernist granite, glass and steel styling that Neutra used could easily fit into a contemporary structure, said preservationist Gregory Paul Williams, a Hollywood historian and author.

The building was commissioned in 1931 by Universal Pictures founder Carl Laemmle. He had originally planned a 900-seat movie theater at the corner, but the Great Depression killed that idea.

In his book “The Story of Hollywood: an Illustrated History,” Williams recounts how Laemmle instead turned the building into a fashionable lunchroom called the Coco Tree Cafe. Neutra’s design made it open and airy, and it was filled with customers despite the period’s economic downturn.

Laemmle died in 1939 and the restaurant was converted by Pig ‘n’ Whistle owner Sidney Hoedemaker into the Melody Lane restaurant. According to Williams’ book, “every trace of Richard Neutra’s architecture” was ripped out.

The place was turned into Hody’s Restaurant in the 1950s and topped by a giant billboard that featured a clown whose beach-ball-shaped nose twirled.

Hoedemaker’s junking of Neutra’s look is what doomed the building in August when city officials evaluated a request for a demolition permit for the burned Basque nightclub, according to a spokeswoman for Hollywood-area City Councilman Eric Garcetti.

Although the site is within the National Register of Historic Places-designated Hollywood Boulevard Commercial and Entertainment District, the 1939 renovation stripped the building of its historic importance, council aide Julie Wong said.

Because more than half of the structure survived the April 30 fire, the demolition application triggered a close review by three city agencies, Wong said. They concluded the remnants of Neutra’s old building did not qualify as historic or architecturally significant.

However, Garcetti “is willing to talk about the facade’s protection,” Wong said Wednesday.

A spokesman for the site’s owner, the New York-based Clarett Group, said it sought demolition only after its own experts agreed that the building’s hulk was not culturally valuable.

But economic pressures similar to those faced by Laemmle in the 1930s Depression have caused the company to indefinitely shelve rebuilding plans for the site, said the spokesman, who asked not to be identified.

Preservationists, meanwhile, held out hope that a state Assembly committee on arts and tourism may come to their aid. The committee chair, Assemblywoman Betty Karnette (D-Long Beach), “is curious to see if it’s something we might want to get involved in,” a committee staff member said.

Los Angeles Fire Department arson experts have not determined the cause of the blaze. “It is an ongoing investigation,” said Investigator Mario Newte.

But some in Hollywood suggest that mysterious fires frequently precede demolition of historic buildings near the Hollywood and Vine intersection.

Officials say they have no evidence that any of the blazes were tied to redevelopment. But Williams said he has counted 10 nearby buildings that were torn down after being damaged by fire. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Closing time at Hollywood club

Preservationists hoping to save the facade of a Richard Neutra-designed building at Hollywood’s most famous corner have been told they are 70 years too late to stop demolition.

Workers are removing the remains of the Basque nightclub, which was gutted about six months ago by a mysterious predawn fire at the intersection of Hollywood and Vine.

The owner of the site ordered the tear-down after deciding that the damaged building was a safety hazard and that a 1939 remodel of the place had erased all evidence of Neutra’s styling.

This week the demolition was almost complete, with only the curving front of the celebrity hangout -- where Lindsay Lohan celebrated her 21st birthday -- remaining.

But Hollywood activists who consider the building historic have demanded that surviving remnants be saved and incorporated into the design of any replacement structure.

They have protested in front of the fenced-off structure and lobbied state and local leaders to help restore what they claim is Hollywood and Vine’s original “golden era” luster.

Recreation of the original modernist granite, glass and steel styling that Neutra used could easily fit into a contemporary structure, said preservationist Gregory Paul Williams, a Hollywood historian and author.

The building was commissioned in 1931 by Universal Pictures founder Carl Laemmle. He had originally planned a 900-seat movie theater at the corner, but the Great Depression killed that idea.

In his book “The Story of Hollywood: an Illustrated History,” Williams recounts how Laemmle instead turned the building into a fashionable lunchroom called the Coco Tree Cafe. Neutra’s design made it open and airy, and it was filled with customers despite the period’s economic downturn.

Laemmle died in 1939 and the restaurant was converted by Pig ‘n’ Whistle owner Sidney Hoedemaker into the Melody Lane restaurant. According to Williams’ book, “every trace of Richard Neutra’s architecture” was ripped out.

The place was turned into Hody’s Restaurant in the 1950s and topped by a giant billboard that featured a clown whose beach-ball-shaped nose twirled.

Hoedemaker’s junking of Neutra’s look is what doomed the building in August when city officials evaluated a request for a demolition permit for the burned Basque nightclub, according to a spokeswoman for Hollywood-area City Councilman Eric Garcetti.

Although the site is within the National Register of Historic Places-designated Hollywood Boulevard Commercial and Entertainment District, the 1939 renovation stripped the building of its historic importance, council aide Julie Wong said.

Because more than half of the structure survived the April 30 fire, the demolition application triggered a close review by three city agencies, Wong said. They concluded the remnants of Neutra’s old building did not qualify as historic or architecturally significant.

However, Garcetti “is willing to talk about the facade’s protection,” Wong said Wednesday.

A spokesman for the site’s owner, the New York-based Clarett Group, said it sought demolition only after its own experts agreed that the building’s hulk was not culturally valuable.

But economic pressures similar to those faced by Laemmle in the 1930s Depression have caused the company to indefinitely shelve rebuilding plans for the site, said the spokesman, who asked not to be identified.

Preservationists, meanwhile, held out hope that a state Assembly committee on arts and tourism may come to their aid. The committee chair, Assemblywoman Betty Karnette (D-Long Beach), “is curious to see if it’s something we might want to get involved in,” a committee staff member said.

Los Angeles Fire Department arson experts have not determined the cause of the blaze. “It is an ongoing investigation,” said Investigator Mario Newte.

But some in Hollywood suggest that mysterious fires frequently precede demolition of historic buildings near the Hollywood and Vine intersection.

Officials say they have no evidence that any of the blazes were tied to redevelopment. But Williams said he has counted 10 nearby buildings that were torn down after being damaged by fire. One, the renowned Brown Derby restaurant on Vine Street, was set on fire 16 times, he said.

“This is the unsolved arson capital of the world,” said longtime Hollywood activist John Walsh.


Voir la vidéo: 1 Samedi 1 Vigneron - Champagne Michel Falmet (Décembre 2021).