Nouvelles recettes

Attention aux ides de mars : 5 aliments considérés comme malchanceux dans le monde

Attention aux ides de mars : 5 aliments considérés comme malchanceux dans le monde

Plus tôt dans l'année, nous examiné certains aliments considérés comme porte-bonheur, dans l'espoir d'apporter de la chance pour 2016. D'un autre côté, il existe également de nombreux aliments considérés comme porte-bonheur dans le monde (dans certains pays ou simplement en général), et devraient donc être évités.

Bien que la nouvelle année ait déjà commencé, nous atteignons aujourd'hui notre premier jalon malchanceux, les Ides de mars (15 mars), qui est en fait une période de l'année connexe. Vous voyez, bien que mars soit le troisième mois du calendrier grégorien actuel et du calendrier julien précédent, le calendrier romain d'origine avait mars (Martius) comme le premier, et donc les superstitions traditionnelles sur la nouvelle année ont duré environ les deux premières semaines du mois.

En l'honneur (ou le respect, ou peut-être la peur) des Ides, voici cinq aliments à éviter si vous cherchez la chance en mars, pour l'année, ou tout simplement en général. Là encore, même si les choses tournent au vinaigre, vous ne l'aurez probablement pas aussi mal que Jules César en 44 avant notre ère. — à moins que vos collègues et amis ne décident aussi soudainement de vous assassiner et de vous renverser. Dans ce cas, je serais à l'affût des voyants ou diseurs de bonne aventure qui vous avertiraient du 15 mars. Mieux vaut être prudent, non?

Bananes

Il est de notoriété publique que les marins et les pêcheurs sont généralement assez superstitieux (vous le seriez aussi si vous passiez la majeure partie de votre vie à dériver au milieu de l'océan sur un petit navire). Les origines sont incertaines - il peut s'agir d'un chargement de bananes remplies de bactéries qui aurait tué un équipage entier une fois, ou simplement de malchance anecdotique lorsque l'on apporte des bananes à bord pour les repas - mais la légende s'est en quelque sorte répandue au fil du temps. Certaines chartes de pêche interdisent tout ce qui se rapproche de la banane : les muffins à la banane, les vêtements Banana Republic (pour le pêcheur à la mode) ou les sous-vêtements Fruit of the Loom (dont le logo n'inclut même pas de banane). Avec toute cette malchance entre les fruits maléfiques et les navires, il est étonnant que la marque Banana Boat n'ait pas complètement sombré.

Homard

Lorsque les homards sont confrontés à des prédateurs, ils utilisent leurs pattes d'araignée étranges et leurs queues charnues et délicieuses pour se propulser en arrière pour s'échapper. Comme la nouvelle année et la chance en général sont une question d'avenir, les homards sont considérés comme un aliment malchanceux et quelque chose qui représente des regrets ou une demeure dans le passé.

Persil

Le persil en lui-même ne porte pas malheur, mais ce que vous en faites pourrait l'être. Le persil n'est pas censé être apporté d'une maison à une autre ou d'un jardin à l'autre, car il ne se transplante généralement pas bien, et tenter de le faire, c'est demander le malheur. D'un autre côté, si le persil est planté et pousse avec succès, c'est de la chance pour le jardinier, surtout s'il s'agit d'une femme enceinte. (Bien que dans ce cas, elle devrait probablement se décharger, car c'est épuisant de jardiner pour deux.)

la volaille

Tout comme les homards et leur recul, les personnes superstitieuses évitent souvent de manger du poulet ou de la dinde, car ces animaux se grattent en arrière en cherchant de la nourriture. Cela signifie que toute personne qui consomme les animaux regardera derrière eux toute l'année ou sera obligée de chercher dans la terre sa nourriture ou son succès, mais ne se retrouvera qu'avec des égratignures de poulet. De plus, bien que pas très douée pour voler, le fait que les volailles puissent le faire un peu est toujours considéré comme un mauvais présage, car on ne veut pas non plus que leur chance s'envole.

Raisins aigres

Personne n'aime les raisins aigres (la nourriture ou l'attitude), mais cela est particulièrement vrai dans la culture espagnole, où il est de tradition pour les Espagnols de consommer 12 raisins dans les 12 premières secondes de la nouvelle année. Si la tâche est accomplie avec succès, la chance viendra au consommateur ; s'ils échouent, cela est considéré comme un signe de malchance. Bien que, même si le défi est accompli, tous les raisins consommés qui étaient acides représenteront un mauvais mois, en fonction de leur ordre respectif. Par exemple, si le troisième raisin est aigre, mars sera malchanceux. (Attention aux vignes de mars !) Cette superstition aurait été créée par les propriétaires de vignobles espagnols au début du XXe siècle, qui ont désormais de la chance au début de chaque année grâce à la tradition.


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de la chance et de la malchance, des amulettes et des talismans à protéger contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipédia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance a tourné le 15 mars 44 avant JC, lorsqu'il a été assassiné par un groupe de sénateurs indignés, dont son ami de confiance Brutus, menant à cette autre ligne célèbre, “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. Ils ont donc pris une route directe pour s'assurer que cela ne se produise pas. Malheureusement (pour eux), leurs efforts se sont retournés contre eux. Ils ont réussi à tuer César, mais ont déclenché une série de jeux de pouvoir qui ont finalement vu l'héritier de César Auguste couronné empereur. L'Empire romain est né, et le reste appartient à l'histoire.

Mais qu'est-ce que la malchance de César a à voir avec nous ? Pourquoi devrais-je nous méfiez-vous des Ides de mars ? Eh bien, à moins que vous ne viviez, comme nous le faisons, dans une région qui connaît souvent la pire tempête de neige de l'année à cette époque, il n'y a vraiment aucune raison. Mais on pourrait en dire autant du vendredi treize.

Le vendredi 13 a été identifié comme une date de malchance et de malheur le vendredi 13 octobre 1307, lorsque le roi immoral et rapace Philippe IV de France a démoli le puissant Ordre des Templiers en une seule journée. (Certes, il a fallu un certain temps pour détruire complètement les Templiers et saisir tous leurs biens pour la Couronne, mais en fait, l'ensemble de l'Ordre a été renversé ce jour-là.) À l'époque, les Templiers étaient immensément riches et puissants, connus sous le nom de & #8220les banquiers de l'Europe” parce qu'ils contrôlaient une grande partie de sa richesse et qu'ils opéraient avec la bénédiction du pape. Pour les anéantir, il fallait une combinaison de facteurs, y compris un pape très faible d'origine française - en l'occurrence, un ami d'enfance du roi - qui était également plus ou moins assigné à résidence à Avignon, en France, par opposition à retranché à Rome, et une série de manœuvres très sournoises, notamment attirer le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, entre les mains du roi en lui demandant d'être le porteur des funérailles de sa propre sœur de Philippe, puis l'arrêter le le lendemain (le 13).

Encore une fois, vous vous demandez peut-être ce que la chute des Templiers a à voir avec nous, et encore une fois, la réponse est rien. Oui, c'était dramatique et sans aucun doute semer la terreur et des sentiments de vulnérabilité à travers l'Europe. Mais l'assassinat de César était tout cela et plus encore, car à l'époque, Rome était à peu près le centre du monde.

Alors pourquoi considérons-nous encore le vendredi treize comme malchanceux et ignorons-nous les ides de mars ? À vous de me dire.

* Si vous pensez que prononcer Ides “EE-days” et Brute “BROO-tay” est mauvais, découvrez comment le jour des Romains de César se prononçait le sien nom : YOO-lee-OOS KY-sar. Mais ensuite, le nom du pauvre Léonard de Vinci a été prononcé par ses contemporains comme “da Winky.”


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de bonne et de mauvaise chance, les amulettes et les talismans à protéger. contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipédia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance s'est arrêtée le 15 mars 44 av. “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. Ils ont donc pris une route directe pour s'assurer que cela ne se produise pas. Malheureusement (pour eux), leurs efforts se sont retournés contre eux. Ils ont réussi à tuer César, mais ont déclenché une série de jeux de pouvoir qui ont finalement vu l'héritier de César Auguste couronné empereur. L'Empire romain est né, et le reste appartient à l'histoire.

Mais qu'est-ce que la malchance de César a à voir avec nous ? Pourquoi devrais-je nous méfiez-vous des Ides de mars ? Eh bien, à moins que vous ne viviez, comme nous le faisons, dans une région qui connaît souvent la pire tempête de neige de l'année à cette époque, il n'y a vraiment aucune raison. Mais on pourrait en dire autant du vendredi treize.

Le vendredi 13 a été identifié comme une date de malchance et de malheur le vendredi 13 octobre 1307, lorsque le roi immoral et rapace Philippe IV de France a démoli le puissant Ordre des Templiers en une seule journée. (Certes, il a fallu un certain temps pour détruire complètement les Templiers et saisir tous leurs biens pour la Couronne, mais en fait, l'ensemble de l'Ordre a été renversé ce jour-là.) À l'époque, les Templiers étaient immensément riches et puissants, connus sous le nom de & #8220les banquiers de l'Europe” parce qu'ils contrôlaient une grande partie de sa richesse et qu'ils opéraient avec la bénédiction du pape. Pour les anéantir, il fallait une combinaison de facteurs, y compris un pape très faible d'origine française - en l'occurrence, un ami d'enfance du roi - qui était également plus ou moins assigné à résidence à Avignon, en France, par opposition à retranché à Rome, et une série de manœuvres très sournoises, notamment attirer le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, entre les mains du roi en lui demandant d'être le porteur des funérailles de sa propre sœur de Philippe, puis l'arrêter le le lendemain (le 13).

Encore une fois, vous vous demandez peut-être ce que la chute des Templiers a à voir avec nous, et encore une fois, la réponse est rien. Oui, c'était dramatique et sans aucun doute semer la terreur et des sentiments de vulnérabilité à travers l'Europe. Mais l'assassinat de César était tout cela et plus encore, car à l'époque, Rome était à peu près le centre du monde.

Alors pourquoi considérons-nous encore le vendredi treize comme malchanceux et ignorons-nous les ides de mars ? À vous de me dire.

* Si vous pensez que prononcer Ides “EE-days” et Brute “BROO-tay” est mauvais, découvrez comment le jour des Romains de César se prononçait le sien nom : YOO-lee-OOS KY-sar. Mais ensuite, le nom du pauvre Léonard de Vinci a été prononcé par ses contemporains comme “da Winky.”


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de la chance et de la malchance, des amulettes et des talismans à protéger contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipédia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance a tourné le 15 mars 44 avant JC, lorsqu'il a été assassiné par un groupe de sénateurs indignés, dont son ami de confiance Brutus, menant à cette autre ligne célèbre, “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. Ils ont donc pris une route directe pour s'assurer que cela ne se produise pas. Malheureusement (pour eux), leurs efforts se sont retournés contre eux. Ils ont réussi à tuer César, mais ont déclenché une série de jeux de pouvoir qui ont finalement vu l'héritier de César Auguste couronné empereur. L'Empire romain est né, et le reste appartient à l'histoire.

Mais qu'est-ce que la malchance de César a à voir avec nous ? Pourquoi devrais-je nous méfiez-vous des Ides de mars ? Eh bien, à moins que vous ne viviez, comme nous le faisons, dans une région qui connaît souvent la pire tempête de neige de l'année à cette époque, il n'y a vraiment aucune raison. Mais on pourrait en dire autant du vendredi treize.

Le vendredi 13 a été identifié comme une date de malchance et de malheur le vendredi 13 octobre 1307, lorsque le roi immoral et rapace Philippe IV de France a démoli le puissant Ordre des Templiers en une seule journée. (Certes, il a fallu un certain temps pour détruire complètement les Templiers et saisir tous leurs biens pour la Couronne, mais en fait, l'ensemble de l'Ordre a basculé ce seul jour.) À l'époque, les Templiers étaient immensément riches et puissants, connus sous le nom de & #8220les banquiers de l'Europe” parce qu'ils contrôlaient une grande partie de sa richesse et qu'ils opéraient avec la bénédiction du pape. Pour les anéantir, il fallait une combinaison de facteurs, y compris un pape très faible d'origine française - en l'occurrence, un ami d'enfance du roi - qui était également plus ou moins assigné à résidence à Avignon, en France, par opposition à retranché à Rome, et une série de manœuvres très sournoises, notamment attirer le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, entre les mains du roi en lui demandant d'être le porteur de ses propres funérailles, Philippe, sa propre sœur, puis l'arrêter le le lendemain (le 13).

Encore une fois, vous vous demandez peut-être ce que la chute des Templiers a à voir avec nous, et encore une fois, la réponse est rien. Oui, c'était dramatique et sans aucun doute semer la terreur et des sentiments de vulnérabilité à travers l'Europe. Mais l'assassinat de César était tout cela et plus encore, car à l'époque, Rome était à peu près le centre du monde.

Alors pourquoi considérons-nous encore le vendredi treize comme malchanceux et ignorons-nous les ides de mars ? À vous de me dire.

* Si vous pensez que prononcer Ides “EE-days” et Brute “BROO-tay” est mauvais, découvrez comment le jour des Romains de César se prononçait le sien nom : YOO-lee-OOS KY-sar. Mais ensuite, le nom du pauvre Léonard de Vinci a été prononcé par ses contemporains comme “da Winky.”


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de la chance et de la malchance, des amulettes et des talismans à protéger contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipedia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance a tourné le 15 mars 44 avant JC, lorsqu'il a été assassiné par un groupe de sénateurs indignés, dont son ami de confiance Brutus, menant à cette autre ligne célèbre, “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. Ils ont donc pris une route directe pour s'assurer que cela ne se produise pas. Malheureusement (pour eux), leurs efforts se sont retournés contre eux. Ils ont réussi à tuer César, mais ont déclenché une série de jeux de pouvoir qui ont finalement vu l'héritier de César Auguste couronné empereur. L'Empire romain est né, et le reste appartient à l'histoire.

Mais qu'est-ce que la malchance de César a à voir avec nous ? Pourquoi devrais-je nous méfiez-vous des Ides de mars ? Eh bien, à moins que vous ne viviez, comme nous le faisons, dans une région qui connaît souvent la pire tempête de neige de l'année à cette époque, il n'y a vraiment aucune raison. Mais on pourrait en dire autant du vendredi treize.

Le vendredi 13 a été identifié comme une date de malchance et de malheur le vendredi 13 octobre 1307, lorsque le roi immoral et rapace Philippe IV de France a démoli le puissant Ordre des Templiers en une seule journée. (Certes, il a fallu un certain temps pour détruire complètement les Templiers et saisir tous leurs biens pour la Couronne, mais en fait, l'ensemble de l'Ordre a été renversé ce jour-là.) À l'époque, les Templiers étaient immensément riches et puissants, connus sous le nom de & #8220les banquiers de l'Europe” parce qu'ils contrôlaient une grande partie de sa richesse et qu'ils opéraient avec la bénédiction du pape. Pour les anéantir, il fallait une combinaison de facteurs, y compris un pape très faible d'origine française - en l'occurrence, un ami d'enfance du roi - qui était également plus ou moins assigné à résidence à Avignon, en France, par opposition à retranché à Rome, et une série de manœuvres très sournoises, notamment attirer le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, entre les mains du roi en lui demandant d'être le porteur de ses propres funérailles, Philippe, sa propre sœur, puis l'arrêter le le lendemain (le 13).

Encore une fois, vous vous demandez peut-être ce que la chute des Templiers a à voir avec nous, et encore une fois, la réponse est rien. Oui, c'était dramatique et sans aucun doute semer la terreur et des sentiments de vulnérabilité à travers l'Europe. Mais l'assassinat de César était tout cela et plus encore, car à l'époque, Rome était à peu près le centre du monde.

Alors pourquoi considérons-nous encore le vendredi treize comme malchanceux et ignorons-nous les ides de mars ? À vous de me dire.

* Si vous pensez que prononcer Ides “EE-days” et Brute “BROO-tay” est mauvais, découvrez comment le jour des Romains de César se prononçait le sien nom : YOO-lee-OOS KY-sar. Mais ensuite, le nom du pauvre Léonard de Vinci a été prononcé par ses contemporains comme “da Winky.”


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de la chance et de la malchance, des amulettes et des talismans à protéger contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipédia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance s'est arrêtée le 15 mars 44 av. “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. Ils ont donc pris une route directe pour s'assurer que cela ne se produise pas. Malheureusement (pour eux), leurs efforts se sont retournés contre eux. Ils ont réussi à tuer César, mais ont déclenché une série de jeux de pouvoir qui ont finalement vu l'héritier de César Auguste couronné empereur. L'Empire romain est né, et le reste appartient à l'histoire.

Mais qu'est-ce que la malchance de César a à voir avec nous ? Pourquoi devrais-je nous méfiez-vous des Ides de mars ? Eh bien, à moins que vous ne viviez, comme nous le faisons, dans une région qui connaît souvent la pire tempête de neige de l'année à cette époque, il n'y a vraiment aucune raison. Mais on pourrait en dire autant du vendredi treize.

Le vendredi 13 a été identifié comme une date de malchance et de malheur le vendredi 13 octobre 1307, lorsque le roi immoral et rapace Philippe IV de France a démoli le puissant Ordre des Templiers en une seule journée. (Certes, il a fallu un certain temps pour détruire complètement les Templiers et saisir tous leurs biens pour la Couronne, mais en fait, l'ensemble de l'Ordre a basculé ce seul jour.) À l'époque, les Templiers étaient immensément riches et puissants, connus sous le nom de & #8220les banquiers de l'Europe” parce qu'ils contrôlaient une grande partie de sa richesse et qu'ils opéraient avec la bénédiction du pape. Pour les anéantir, il fallait une combinaison de facteurs, y compris un pape très faible d'origine française - en l'occurrence, un ami d'enfance du roi - qui était également plus ou moins assigné à résidence à Avignon, en France, par opposition à retranché à Rome, et une série de manœuvres très sournoises, notamment attirer le Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, entre les mains du roi en lui demandant d'être le porteur de ses propres funérailles, Philippe, sa propre sœur, puis l'arrêter le le lendemain (le 13).

Encore une fois, vous vous demandez peut-être ce que la chute des Templiers a à voir avec nous, et encore une fois, la réponse est rien. Oui, c'était dramatique et sans aucun doute semer la terreur et des sentiments de vulnérabilité à travers l'Europe. Mais l'assassinat de César était tout cela et plus encore, car à l'époque, Rome était à peu près le centre du monde.

Alors pourquoi considérons-nous encore le vendredi treize comme malchanceux et ignorons-nous les ides de mars ? À vous de me dire.

* Si vous pensez que prononcer Ides “EE-days” et Brute “BROO-tay” est mauvais, découvrez comment le jour des Romains de César se prononçait le sien nom : YOO-lee-OOS KY-sar. Mais ensuite, le nom du pauvre Léonard de Vinci a été prononcé par ses contemporains comme “da Winky.”


Le message d'aujourd'hui donne le coup d'envoi d'une semaine de messages chanceux ici à l'almanach de Poor Richard en l'honneur des Ides de mars, un jour malchanceux pour Jules César et la République romaine, et le jour de la Saint-Patrick, traditionnellement associé aux trèfles, aux porte-bonheur, aux arcs-en-ciel, aux pots d'or et à la chance des Irlandais. Au fil de la semaine, vous trouverez des articles sur les symboles de bonne et de mauvaise chance, les amulettes et les talismans à protéger. contre la malchance, les actions considérées comme porteuses de chance ou de malchance dans le monde entier, même les aliments considérés comme porte-bonheur et malchanceux. Aujourd'hui, nous commencerons avec l'historien officiel de PRA, Richard Saunders, qui publiera quelques jours particulièrement malchanceux.

C'est moi, Richard Saunders de Pauvre Richard’s Almanach gloire, ici aujourd'hui pour parler des Ides de mars. Si vous ne vous souvenez de rien d'autre d'avoir été forcé de lire Shakespeare’s Jules César à un moment donné au cours de votre carrière éducative, vous vous souvenez probablement du devin criant « Attention aux ides de mars ! » à César une centaine de fois. (Au moins, ça avait l'air d'être ça.) Mais qu'est-ce que sommes les Ides de mars, et y a-t-il lieu de s'en méfier ?

En fait, les Ides de mars ne sont pas une eux mais un ce: 15 mars. “Ides” vient du latin Idus, et fait référence, selon Wikipédia, à une fête célébrant le dieu romain de la guerre, Mars, dont le mois de mars et la planète Mars tirent leurs noms. Vous pensez que cela aurait été un jour de chance pour César, l'un des plus grands généraux et bâtisseurs d'empire de l'histoire. Mais sa chance a tourné le 15 mars 44 avant JC, lorsqu'il a été assassiné par un groupe de sénateurs indignés, dont son ami de confiance Brutus, menant à cette autre ligne célèbre, “Et tu, Brute?” (C'est, hum, brootay, pas brutal, si jamais vous avez le malheur d'être dans la position de César et d'avoir besoin de dire la ligne vous-même.)

Pourquoi les Sénateurs ont-ils pris les armes (littéralement) contre César, demandez-vous ? En un mot, car avant l'Empire romain, il y avait la République romaine, un bastion supposé de vertu et d'honneur avec un Sénat au pouvoir. (Et oui, c'était l'idéal sur lequel nos pères fondateurs ici en Amérique fondaient leur propre gouvernement.) Les sénateurs craignaient que Jules César* n'ait trop de pouvoir et envisageaient de se déclarer empereur, mettant ainsi fin à la République. So they took a direct route to make sure that didn’t happen. Unfortunately (for them), their efforts backfired. They succeeded in killing off Caesar, but set off a series of power plays that ultimately saw Caesar’s heir Augustus crowned emperor. The Roman Empire was born, and the rest is history.

But what does Caesar’s bad luck have to do with us? Why should nous beware the Ides of March? Well, unless you live, as we do, in an area that often gets its worst snowstorm of the year about that time, there’s really no reason. But the same could be said of Friday the Thirteenth.

Friday the Thirteenth became identified as a date of ill-luck and misfortune back on Friday, October 13, 1307, when the immoral and rapacious King Phillipe IV of France demolished the powerful Order of the Knights Templar in a single day. (Admittedly, it took a while longer to completely destroy the Templars and seize all their assets for the Crown, but in effect the entire Order toppled on that single day.) At the time, the Templars were immensely wealthy and powerful, known as “the bankers of Europe” because they controlled so much of its wealth, and they operated with the blessings of the Pope. To annihilate them required a combination of factors, including a very weak Pope of French extraction—as it happened, a boyhood friend of the King—who was also more or less under house arrest in Avignon, France, as opposed to entrenched in Rome, and a series of very devious maneuvers including luring the Grand Master of the Templars, Jacques de Molay, into the King’s hands by asking him to be a pallbearer at his, Philippe’s, own sister’s funeral, then arresting him the following day (the 13th).

Now again, you may wonder what the fall of the Templars has to do with us, and again, the answer is nothing. Yes, it was dramatic and doubtless spread terror and feelings of vulnerability across Europe. But Caesar’s assassination was all that and more, since at the time, Rome was pretty much the center of the world.

So why do we still consider Friday the Thirteenth unlucky, and ignore the Ides of March? You tell me.

* If you think pronouncing Ides “EE-days” and Brute “BROO-tay” is bad, check out how the Romans of Caesar’s day pronounced le sien name: YOO-lee-OOS KY-sar. But then, poor Leonardo da Vinci’s name was pronounced by his contemporaries as “da Winky.”


Today’s post kicks off a week of “lucky posts” here at Poor Richard’s Almanac in honor of the Ides of March, an unlucky day for both Julius Caesar and the Roman Republic, and St. Patrick’s Day, traditionally associated with shamrocks, lucky charms, rainbows, pots of gold, and “the luck of the Irish.” As the week goes on, you’ll find posts about symbols of good and bad luck, amulets and talismans to ward off bad luck, actions that are considered to attract good or bad luck around the world, even foods that are considered lucky and unlucky. Today we’ll kick off with PRA’s official historian, Richard Saunders, posting on a couple of singularly unlucky days.

It’s me, Richard Saunders of Poor Richard’s Almanac fame, here today to talk about the Ides of March. If you remember nothing else from being forced to read Shakespeare’s Jules César at some point during your educational career, you probably recall the Soothsayer shouting “Beware the Ides of March!” at Caesar about a hundred times. (At least it seemed like that.) But what sommes the Ides of March, and is there any reason for us to be wary of them?

Actually, the Ides of March is not a eux but an it: March 15th. “Ides” comes from the Latin Idus, and refers, according to Wikipedia, to a festival celebrating the Roman god of war, Mars, from whom the month of March and the planet Mars take their names. You’d think this would have been a lucky day for Caesar, one of history’s greatest generals and empire-builders. But his luck ran out on March 15, 44 B.C., when he was assassinated by a group of outraged Senators, including his trusted friend Brutus, leading to that other famous line, “Et tu, Brute?” (That’s, ahem, brootay, not brute, should you ever have the misfortune of being in Caesar’s position and needing to say the line yourself.)

Why were the Senators up in (literal) arms against Caesar, you ask? In a nutshell, because before the Roman Empire, there was the Roman Republic, a supposed bastion of virtue and honor with a governing Senate. (And yes, this was the ideal upon which our Founding Fathers here in America based their own government.) The Senators feared that Julius Caesar* had too much power and was planning to declare himself emperor, putting and end to the Republic. So they took a direct route to make sure that didn’t happen. Unfortunately (for them), their efforts backfired. They succeeded in killing off Caesar, but set off a series of power plays that ultimately saw Caesar’s heir Augustus crowned emperor. The Roman Empire was born, and the rest is history.

But what does Caesar’s bad luck have to do with us? Why should nous beware the Ides of March? Well, unless you live, as we do, in an area that often gets its worst snowstorm of the year about that time, there’s really no reason. But the same could be said of Friday the Thirteenth.

Friday the Thirteenth became identified as a date of ill-luck and misfortune back on Friday, October 13, 1307, when the immoral and rapacious King Phillipe IV of France demolished the powerful Order of the Knights Templar in a single day. (Admittedly, it took a while longer to completely destroy the Templars and seize all their assets for the Crown, but in effect the entire Order toppled on that single day.) At the time, the Templars were immensely wealthy and powerful, known as “the bankers of Europe” because they controlled so much of its wealth, and they operated with the blessings of the Pope. To annihilate them required a combination of factors, including a very weak Pope of French extraction—as it happened, a boyhood friend of the King—who was also more or less under house arrest in Avignon, France, as opposed to entrenched in Rome, and a series of very devious maneuvers including luring the Grand Master of the Templars, Jacques de Molay, into the King’s hands by asking him to be a pallbearer at his, Philippe’s, own sister’s funeral, then arresting him the following day (the 13th).

Now again, you may wonder what the fall of the Templars has to do with us, and again, the answer is nothing. Yes, it was dramatic and doubtless spread terror and feelings of vulnerability across Europe. But Caesar’s assassination was all that and more, since at the time, Rome was pretty much the center of the world.

So why do we still consider Friday the Thirteenth unlucky, and ignore the Ides of March? You tell me.

* If you think pronouncing Ides “EE-days” and Brute “BROO-tay” is bad, check out how the Romans of Caesar’s day pronounced le sien name: YOO-lee-OOS KY-sar. But then, poor Leonardo da Vinci’s name was pronounced by his contemporaries as “da Winky.”


Today’s post kicks off a week of “lucky posts” here at Poor Richard’s Almanac in honor of the Ides of March, an unlucky day for both Julius Caesar and the Roman Republic, and St. Patrick’s Day, traditionally associated with shamrocks, lucky charms, rainbows, pots of gold, and “the luck of the Irish.” As the week goes on, you’ll find posts about symbols of good and bad luck, amulets and talismans to ward off bad luck, actions that are considered to attract good or bad luck around the world, even foods that are considered lucky and unlucky. Today we’ll kick off with PRA’s official historian, Richard Saunders, posting on a couple of singularly unlucky days.

It’s me, Richard Saunders of Poor Richard’s Almanac fame, here today to talk about the Ides of March. If you remember nothing else from being forced to read Shakespeare’s Jules César at some point during your educational career, you probably recall the Soothsayer shouting “Beware the Ides of March!” at Caesar about a hundred times. (At least it seemed like that.) But what sommes the Ides of March, and is there any reason for us to be wary of them?

Actually, the Ides of March is not a eux but an it: March 15th. “Ides” comes from the Latin Idus, and refers, according to Wikipedia, to a festival celebrating the Roman god of war, Mars, from whom the month of March and the planet Mars take their names. You’d think this would have been a lucky day for Caesar, one of history’s greatest generals and empire-builders. But his luck ran out on March 15, 44 B.C., when he was assassinated by a group of outraged Senators, including his trusted friend Brutus, leading to that other famous line, “Et tu, Brute?” (That’s, ahem, brootay, not brute, should you ever have the misfortune of being in Caesar’s position and needing to say the line yourself.)

Why were the Senators up in (literal) arms against Caesar, you ask? In a nutshell, because before the Roman Empire, there was the Roman Republic, a supposed bastion of virtue and honor with a governing Senate. (And yes, this was the ideal upon which our Founding Fathers here in America based their own government.) The Senators feared that Julius Caesar* had too much power and was planning to declare himself emperor, putting and end to the Republic. So they took a direct route to make sure that didn’t happen. Unfortunately (for them), their efforts backfired. They succeeded in killing off Caesar, but set off a series of power plays that ultimately saw Caesar’s heir Augustus crowned emperor. The Roman Empire was born, and the rest is history.

But what does Caesar’s bad luck have to do with us? Why should nous beware the Ides of March? Well, unless you live, as we do, in an area that often gets its worst snowstorm of the year about that time, there’s really no reason. But the same could be said of Friday the Thirteenth.

Friday the Thirteenth became identified as a date of ill-luck and misfortune back on Friday, October 13, 1307, when the immoral and rapacious King Phillipe IV of France demolished the powerful Order of the Knights Templar in a single day. (Admittedly, it took a while longer to completely destroy the Templars and seize all their assets for the Crown, but in effect the entire Order toppled on that single day.) At the time, the Templars were immensely wealthy and powerful, known as “the bankers of Europe” because they controlled so much of its wealth, and they operated with the blessings of the Pope. To annihilate them required a combination of factors, including a very weak Pope of French extraction—as it happened, a boyhood friend of the King—who was also more or less under house arrest in Avignon, France, as opposed to entrenched in Rome, and a series of very devious maneuvers including luring the Grand Master of the Templars, Jacques de Molay, into the King’s hands by asking him to be a pallbearer at his, Philippe’s, own sister’s funeral, then arresting him the following day (the 13th).

Now again, you may wonder what the fall of the Templars has to do with us, and again, the answer is nothing. Yes, it was dramatic and doubtless spread terror and feelings of vulnerability across Europe. But Caesar’s assassination was all that and more, since at the time, Rome was pretty much the center of the world.

So why do we still consider Friday the Thirteenth unlucky, and ignore the Ides of March? You tell me.

* If you think pronouncing Ides “EE-days” and Brute “BROO-tay” is bad, check out how the Romans of Caesar’s day pronounced le sien name: YOO-lee-OOS KY-sar. But then, poor Leonardo da Vinci’s name was pronounced by his contemporaries as “da Winky.”


Today’s post kicks off a week of “lucky posts” here at Poor Richard’s Almanac in honor of the Ides of March, an unlucky day for both Julius Caesar and the Roman Republic, and St. Patrick’s Day, traditionally associated with shamrocks, lucky charms, rainbows, pots of gold, and “the luck of the Irish.” As the week goes on, you’ll find posts about symbols of good and bad luck, amulets and talismans to ward off bad luck, actions that are considered to attract good or bad luck around the world, even foods that are considered lucky and unlucky. Today we’ll kick off with PRA’s official historian, Richard Saunders, posting on a couple of singularly unlucky days.

It’s me, Richard Saunders of Poor Richard’s Almanac fame, here today to talk about the Ides of March. If you remember nothing else from being forced to read Shakespeare’s Jules César at some point during your educational career, you probably recall the Soothsayer shouting “Beware the Ides of March!” at Caesar about a hundred times. (At least it seemed like that.) But what sommes the Ides of March, and is there any reason for us to be wary of them?

Actually, the Ides of March is not a eux but an it: March 15th. “Ides” comes from the Latin Idus, and refers, according to Wikipedia, to a festival celebrating the Roman god of war, Mars, from whom the month of March and the planet Mars take their names. You’d think this would have been a lucky day for Caesar, one of history’s greatest generals and empire-builders. But his luck ran out on March 15, 44 B.C., when he was assassinated by a group of outraged Senators, including his trusted friend Brutus, leading to that other famous line, “Et tu, Brute?” (That’s, ahem, brootay, not brute, should you ever have the misfortune of being in Caesar’s position and needing to say the line yourself.)

Why were the Senators up in (literal) arms against Caesar, you ask? In a nutshell, because before the Roman Empire, there was the Roman Republic, a supposed bastion of virtue and honor with a governing Senate. (And yes, this was the ideal upon which our Founding Fathers here in America based their own government.) The Senators feared that Julius Caesar* had too much power and was planning to declare himself emperor, putting and end to the Republic. So they took a direct route to make sure that didn’t happen. Unfortunately (for them), their efforts backfired. They succeeded in killing off Caesar, but set off a series of power plays that ultimately saw Caesar’s heir Augustus crowned emperor. The Roman Empire was born, and the rest is history.

But what does Caesar’s bad luck have to do with us? Why should nous beware the Ides of March? Well, unless you live, as we do, in an area that often gets its worst snowstorm of the year about that time, there’s really no reason. But the same could be said of Friday the Thirteenth.

Friday the Thirteenth became identified as a date of ill-luck and misfortune back on Friday, October 13, 1307, when the immoral and rapacious King Phillipe IV of France demolished the powerful Order of the Knights Templar in a single day. (Admittedly, it took a while longer to completely destroy the Templars and seize all their assets for the Crown, but in effect the entire Order toppled on that single day.) At the time, the Templars were immensely wealthy and powerful, known as “the bankers of Europe” because they controlled so much of its wealth, and they operated with the blessings of the Pope. To annihilate them required a combination of factors, including a very weak Pope of French extraction—as it happened, a boyhood friend of the King—who was also more or less under house arrest in Avignon, France, as opposed to entrenched in Rome, and a series of very devious maneuvers including luring the Grand Master of the Templars, Jacques de Molay, into the King’s hands by asking him to be a pallbearer at his, Philippe’s, own sister’s funeral, then arresting him the following day (the 13th).

Now again, you may wonder what the fall of the Templars has to do with us, and again, the answer is nothing. Yes, it was dramatic and doubtless spread terror and feelings of vulnerability across Europe. But Caesar’s assassination was all that and more, since at the time, Rome was pretty much the center of the world.

So why do we still consider Friday the Thirteenth unlucky, and ignore the Ides of March? You tell me.

* If you think pronouncing Ides “EE-days” and Brute “BROO-tay” is bad, check out how the Romans of Caesar’s day pronounced le sien name: YOO-lee-OOS KY-sar. But then, poor Leonardo da Vinci’s name was pronounced by his contemporaries as “da Winky.”


Today’s post kicks off a week of “lucky posts” here at Poor Richard’s Almanac in honor of the Ides of March, an unlucky day for both Julius Caesar and the Roman Republic, and St. Patrick’s Day, traditionally associated with shamrocks, lucky charms, rainbows, pots of gold, and “the luck of the Irish.” As the week goes on, you’ll find posts about symbols of good and bad luck, amulets and talismans to ward off bad luck, actions that are considered to attract good or bad luck around the world, even foods that are considered lucky and unlucky. Today we’ll kick off with PRA’s official historian, Richard Saunders, posting on a couple of singularly unlucky days.

It’s me, Richard Saunders of Poor Richard’s Almanac fame, here today to talk about the Ides of March. If you remember nothing else from being forced to read Shakespeare’s Jules César at some point during your educational career, you probably recall the Soothsayer shouting “Beware the Ides of March!” at Caesar about a hundred times. (At least it seemed like that.) But what sommes the Ides of March, and is there any reason for us to be wary of them?

Actually, the Ides of March is not a eux but an it: March 15th. “Ides” comes from the Latin Idus, and refers, according to Wikipedia, to a festival celebrating the Roman god of war, Mars, from whom the month of March and the planet Mars take their names. You’d think this would have been a lucky day for Caesar, one of history’s greatest generals and empire-builders. But his luck ran out on March 15, 44 B.C., when he was assassinated by a group of outraged Senators, including his trusted friend Brutus, leading to that other famous line, “Et tu, Brute?” (That’s, ahem, brootay, not brute, should you ever have the misfortune of being in Caesar’s position and needing to say the line yourself.)

Why were the Senators up in (literal) arms against Caesar, you ask? In a nutshell, because before the Roman Empire, there was the Roman Republic, a supposed bastion of virtue and honor with a governing Senate. (And yes, this was the ideal upon which our Founding Fathers here in America based their own government.) The Senators feared that Julius Caesar* had too much power and was planning to declare himself emperor, putting and end to the Republic. So they took a direct route to make sure that didn’t happen. Unfortunately (for them), their efforts backfired. They succeeded in killing off Caesar, but set off a series of power plays that ultimately saw Caesar’s heir Augustus crowned emperor. The Roman Empire was born, and the rest is history.

But what does Caesar’s bad luck have to do with us? Why should nous beware the Ides of March? Well, unless you live, as we do, in an area that often gets its worst snowstorm of the year about that time, there’s really no reason. But the same could be said of Friday the Thirteenth.

Friday the Thirteenth became identified as a date of ill-luck and misfortune back on Friday, October 13, 1307, when the immoral and rapacious King Phillipe IV of France demolished the powerful Order of the Knights Templar in a single day. (Admittedly, it took a while longer to completely destroy the Templars and seize all their assets for the Crown, but in effect the entire Order toppled on that single day.) At the time, the Templars were immensely wealthy and powerful, known as “the bankers of Europe” because they controlled so much of its wealth, and they operated with the blessings of the Pope. To annihilate them required a combination of factors, including a very weak Pope of French extraction—as it happened, a boyhood friend of the King—who was also more or less under house arrest in Avignon, France, as opposed to entrenched in Rome, and a series of very devious maneuvers including luring the Grand Master of the Templars, Jacques de Molay, into the King’s hands by asking him to be a pallbearer at his, Philippe’s, own sister’s funeral, then arresting him the following day (the 13th).

Now again, you may wonder what the fall of the Templars has to do with us, and again, the answer is nothing. Yes, it was dramatic and doubtless spread terror and feelings of vulnerability across Europe. But Caesar’s assassination was all that and more, since at the time, Rome was pretty much the center of the world.

So why do we still consider Friday the Thirteenth unlucky, and ignore the Ides of March? You tell me.

* If you think pronouncing Ides “EE-days” and Brute “BROO-tay” is bad, check out how the Romans of Caesar’s day pronounced le sien name: YOO-lee-OOS KY-sar. But then, poor Leonardo da Vinci’s name was pronounced by his contemporaries as “da Winky.”


Voir la vidéo: Lassassinat de Cesar, aux ides de mars! (Novembre 2021).