Nouvelles recettes

Classement Stadium Food Power : Green Bay Packers contre Chicago Bears

Classement Stadium Food Power : Green Bay Packers contre Chicago Bears

Nous voici dans la semaine 15, et avec seulement deux semaines de plus en saison régulière, les séries éliminatoires et le Super Bowl approchent à grands pas. Dans notre propre score, nous avons prédit sept victoires alimentaires et subi quatre défaites tragiques. Cette semaine, le Packers de Green Bay et le Ours de Chicago occupent le devant de la scène et s'affrontent avec leur propre plat savoureux. Avec les concessions des deux équipes gérées par Service des sports, voyons qui remporte le titre gastronomique de cette semaine.

Green Bay Champ de Lambeau, situé à Green Bay, Wisconsin, est le plus ancien NFL stade toujours en activité, selon l'organisation Packers. Avec ses dernières rénovations achevées en 2003, le stade peut maintenant accueillir environ 73 000 personnes et le terrain, installé en 2007, est composé de sable de la zone racinaire et d'herbe bleue du Kentucky avec un système de chauffage pour empêcher le sol de geler pendant les hivers brutaux du Wisconsin. Mais maintenant, sur la nourriture.

Le tas de Lambeau au champ de Lambeau. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Sportservice.

Articles uniques/populaires
La nourriture à Lambeau Field ne peut pas être discutée sans d'abord mentionner Curly's Pub. Nommé d'après Curly Lambeau (comme le terrain lui-même), le premier entraîneur-chef et chef d'équipe des Green Bay Packers, le bar/restaurant s'étend sur presque toute la longueur du terrain de football. La meilleure partie de Curly's est que pendant les matchs à domicile, il est ouvert UNIQUEMENT aux détenteurs de billets, ce qui signifie que ses offres comptent pour le match alimentaire de cette semaine. Chez Curly's, "The Lambeau Heap" est l'attraction principale. Il s'agit d'un burger de caillé de bacon à l'ail et barbecue de 1 livre, empilé avec des cordes d'oignons frits et une salade de chou crémeuse sur un rouleau de bretzel et servi avec des frites gaufrées et encore plus de salade de chou. Dans le "Fan vs. Food Combo", tout fan qui termine le hamburger géant, ainsi qu'une commande de frites et un milk-shake, reçoit un T-shirt qui dit "J'ai survécu au Lambeau Heap".

Pack 'n Cheese de Lambeau Field. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Sportservice.

Parmi les autres articles uniques du stade, citons le "Pac 'n Cheese", des macaronis au fromage faits maison garnis de poulet Buffalo, de chili ou de bratwurst en dés; Wisconsin Nachos, frites gaufrées garnies de bacon en dés, fromage nacho, crème sure et ciboulette; le Packer Pride, un morveux d'un pied de long, ouvert et farci d'un hot-dog (quoi ?!), puis enveloppé de bacon; et fromage en grains pané à la main.

Fromage en grains pané et frit à Lambeau Field. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Sportservice.

Le fromage en grains occupent également une place sur la liste la plus populaire, avec les hot-dogs et les gosses de pied de long, grillés frais et garnis d'oignons sautés ou de choucroute. D'autres partenariats de stade populaires incluent Johnsonville Brats et DiGiorno Pizza

Options saines/antiallergiques
Les options plus saines au stade incluent les hamburgers aux légumes et à la dinde, ainsi qu'une sélection de hot-dogs sans gluten, de poitrine de bœuf et de porc barbecue.

Fan de packers ? Découvrez notre recette de margarita Green Bay Packers.


Classement de puissance NFL de Brad Biggs

L'entraîneur-chef de Green Bay, Mike McCarthy, regarde au quatrième quart contre les Falcons d'Atlanta.

La semaine dernière entre parenthèses.

1. Emballeurs 10-3 (1) : Peu concernant les Falcons, ils en ont inscrit 37, mais vous aviez le sentiment que peu importe le nombre de Falcons marqués, Aaron Rodgers en marquerait plus.

2. Patriotes 10-3 (2) : L'équipe de Bill Belichick écarte la malédiction de Justin Bieber avec une victoire convaincante à San Diego.

3. Seahawks 9-4 (5) : La question est maintenant de savoir s'ils peuvent obtenir l'avantage du terrain en séries éliminatoires ou au moins un laissez-passer au premier tour.

4. Broncos 10-3 (3) : Les voyages à San Diego et à Cincinnati au cours des deux prochaines semaines devraient être de bonnes amorces pour l'action en séries éliminatoires.

5. Cardinaux 10-3 (6) : A rebondi avec une victoire difficile à domicile contre les Chiefs, mais on a le sentiment qu'ils n'iront pas trop loin avec Drew Stanton au QB.

6. Aigles 9-4 (4) : Peut à peu près conclure NFC East avec une victoire sur les Cowboys en visite dimanche soir.

7. Poulains 9-4 (7) : Ils ont remporté 11 matchs consécutifs contre des adversaires de l'AFC Sud et peuvent conclure la division dimanche avec une victoire à domicile contre les Texans.

8. Cowboys 9-4 (8) : Il va falloir étendre son record de route à 7-0 et se venger des Eagles sur la route dimanche. Gros challenge.

9. Lions 9-4 (9) : Jim Caldwell se rapproche d'une place en séries éliminatoires lors de sa première saison.

10. Steelers 8-5 (12) : L'explosion du quatrième trimestre à Cincinnati les place dans une position où ils pourraient remporter la division à domicile contre les Bengals lors de la semaine 17.

11. Bengals 8-4-1 (10) : Marvin Lewis appelle Johnny Manziel "nain" avant de rencontrer Browns. En attendant qu'Andy Dalton se tienne debout en séries éliminatoires.

12. Corbeaux 8-5 (14) : Ont marqué 101 points de plus que leurs adversaires et seuls les Patriots (134) et les Packers (119) ont fait mieux.

13. Chargeurs 8-5 (11) : Mike McCoy a délicatement répondu aux questions sur la foule de Qualcomm qui avait beaucoup de fans des Patriots dimanche soir. Mouvement intelligent.

14. Chefs 7-6 (15) : La dernière fois que le receveur large des Chiefs a capté une passe de touché était le 8 décembre 2013.

15. Dauphins 7-6 (13) : Les séries éliminatoires sont probablement en ligne avec le voyage de dimanche pour affronter les Patriots.

16. Bruns 7-6 (18) : Johnny Manziel devient leur 21e quart-arrière partant depuis 1999.

17. Texans 7-6 (20) : J.J. Watt a été fantastique même sans Jadeveon Clowney en face de lui, mais difficile de le choisir contre Aaron Rodgers pour le MVP.

18. Béliers 6-7 (21) : Les six capitaines de Jeff Fisher pour le renversement des Redskins de dimanche sont tous venus en sélection via le commerce à succès RG3. Cela grésille.

19. 49ers 7-6 (16) : Soyez intéressant de voir ce que le prochain entraîneur des 49ers pense de Colin Kaepernick.

20. Projets de loi 7-6 (17) : Terminer au-dessus de .500 sera un défi de taille avec des matchs restants contre les Packers et les Patriots. Est-ce que Pégulas nettoie la maison quand c'est fini ?

21. Saints 5-8 (19) : Jamais bon quand on parle dans les vestiaires après avoir dégonflé les centres de perte à domicile autour du leadership – ou de son absence.

22. Vikings 6-7 (24) : Je dois comprendre que Mike Zimmer place un demi de coin au sommet ou près de sa liste de priorités d'intersaison.

23. Faucons 5-8 (22) : Les joueurs se sont battus pour Mike Smith en deuxième mi-temps, mais la fin pourrait être proche pour l'entraîneur.

24. Panthères 4-8-1 (25) : Pas de lundi de congé pour les joueurs alors que Ron Rivera les a remis au travail après une victoire éclatante à la Nouvelle-Orléans.

25. Ours 5-8 (23) : Les remords pourraient être beaucoup plus importants si l'équipe ne parvient pas à trouver un moyen de gagner un match ou deux au cours des trois dernières semaines.

26. Géants 4-9 (26) : L'offensive prend forme sous la direction du coordinateur de première année Ben McAdoo au cours des trois dernières semaines.

27. Raiders 2-11 (32) : Créditez le coordinateur offensif Greg Olson pour son excellent travail avec la recrue QB Derek Carr.

28. Jaguars 2-11 (29): N'ont tout simplement pas montré un niveau de croissance acceptable, une amélioration lors de la deuxième saison de Gus Bradley.

29. Jets 2-11 (31) : Woody Johnson a besoin d'un balai-brosse extra-large pour balayer ce gâchis.

30. Bucs 2-11 (27) : Lovie Smith en position d'avoir le choix n ° 1 et probablement le repêchage de Marcus Mariota. Bucs va-t-il tout foutre en l'air ?

31. Peaux-Rouges 3-10 (28) : RG3. Jay Gruden. Bruce Allen. Qui vient? Qui reste ?

32. Titans 2-11 (30):D Nommez trois jeunes joueurs sympathiques avec lesquels Ken Whisenhunt doit s'appuyer. D'ACCORD. Deux?

Recevez notre newsletter sportive au lycée

Prep Rally est consacré à l'expérience sportive du lycée SoCal, vous apportant des scores, des histoires et un aperçu des coulisses de ce qui rend les sports de préparation si populaires.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

Brad Biggs est le chroniqueur des Chicago Bears/NFL. Il a couvert les Bears et la NFL depuis 2001. Avant de rejoindre le Tribune en 2009, Biggs a couvert les Bears pour le Sun-Times.


2. 49ers de San Francisco (10-2)

Classement de la semaine 13 : 3

Garoppolo n'est pas vraiment sous le feu des critiques, mais tous les regards seront braqués sur lui alors que les 49ers joueront dans des matchs plus importants et plus significatifs. Garoppolo a été bon pour la plupart cette saison, à l'exception de problèmes occasionnels pour protéger le ballon. On ne lui a pas demandé de beaucoup transporter le fret pour une équipe avec un jeu de course solide et une défense solide, mais il a livré des sorties productives le plus souvent. La scène est sur le point de devenir un peu plus grande et les lumières un peu plus lumineuses, mais Garoppolo sera le Niner qui attirera le plus l'attention à mesure que les séries éliminatoires se rapprochent. -- Nick Wagoner


Se olisi tänään sitten jo helmikuu. Yöllä sur satanut 5-10 cm uutta lunta ja ulkona sur hyvät lumiukkokelit. Ilmatieteenlaitoksen mukaan nollakelit ovat jatkuneet läpiyön, tuuli puhaltaa koillisesta 5m sekunnissa, ja lunta sur Vantaalla virallisesti 20 cm. No läheskään niin paljon sitä ei ainakaan tällä kohtaa näytä silmämääräisesti olevan. Vielä eilen kun ajelin Rekolasta Tikkurilaan Ohratien peltojen halki, niin multakokkareet näkyivät ohuen lumipeitteen välistä ihan selvästi. Ei ole oikein ollut hiihtokelejä tänä talvena, eikä taida olla vieläkään.

Kohta kuitenkin on tulossa ”normaalit talvikelit”, sillä ensi viikon puolivälissä alkaa päivisin pikkupakkaset ja yölämpötila voi ennusteiden mukaan mennä alle -10C. Eli keli suosii murtomaahiihtäjiä, ja mitä tulee talon lämmitykseen – niin ehkä hiukan enempi saadaan sähköä kulumaan lämmitykseenkin. En minä isoja sähkölaskuja tietenkään toivo enkä odota, mutta yllättävän vähän sähköä nyt kuluu – ja siitä hetken päästä lisää.

Kävin tänään aamulla katsomassa mittarilukeman salaojapumppaamolta. Luin mittarin ainakin kolmeen kertaan ennen kuin uskoin sitä ja tarkistin vielä, että mittari varmasti sur OK. Kyllä se oli. Pumppaamolla oli sähköä kulunut tammikuun aikana huimat 14,6 kWh. Joulukuussa sähköä meni 5 kWh ja marrakuussa 2 kWh ja lokakuussa 1 kWh. Eli tässä kohdin sur tapahtunut melkoista nousua, kun pumpun kulutus sur 4 kuukaudessa 14-kertaistunut.

Ehkä tämän aiheuttaa märkä talvi? Välillä lunta tulee ja sitten se sulaa? Lisäksi sur satanut ihan silkkaa vettä. Tai sitten tuossa vieressä kadun alla kulkeva vesilaitoksen putki sanoo taas kohtapuoliin ”poks” ja sen jälkeen vesi lainehtii taas pitkin katua. Näin on tapahtunut tässä rakentamisen aikana jo kaksi kertaa aikaisemminkin. Molemmilla kerroilla juuri ennen putkirikkoa meillä salaojapumppaamon pumppu kävi ihan hugun tavalla (siihen kiinnitti ihan jo huomiota että mitä se pumppu nyt jatkuvasti käy), ja tätä jatkui monta entaen ivakuin as ka tätä jatkui montaen päiväko en ka olé Viime kerralla Laurintie avattiin runkoputken hajoamisesta johtuen samanaikaisesti kahdesta eri kohtaa muutaman sadan metrin välein.

Kyllä tässä näiden lukusarjojen kanssa kuitenkin alkaa miettimään, että saas nähdä mitä tässä nyt sitten tapahtuu pumppaamon osalta seuraavaksi?

Joko salaojien pumppu rauhoittuu kevään myötä sitten kun sulamisvedet ovat menneet – tai sitten tapahtuu vieressä olevalla kadulla jotain muuta sitä ennen. Muita vaihtoehtoja ei taida oikein olla? Aika näyttää.

Onneksi meillä kuitenkin sur salaojille pumppu, jonka koho vetää käyntiin aina tarvittaessa. Ja löytyisi vielä varastosta lisää apupumppujakin, jos nykyisen pumpun 800 vatin teho ei riittäisi. Eli jos vaan sähköä riittää, niin kellarin alla oleva vesi ei pääse koskaan nousemaan niin korkealle, että se kastelisi talon perustukset tai tulisi kellarin lattialle asti. Talon alla olevan veden pintaa saa nyt kätevästi myös seurattua (ja siinä ei ole tapahtunut muutosta), kun tein jokin aika sitten idioottivarman seurantalaitteen metrinmitasta, tyhjästä pullosta ja putkenpä82tk11ästä ka

Eli minulle sur ihan se ja sama, mitä kadun alla oleville vesiputkille joskus aina tapahtuu, mutta muista kadun varren taloista en osaa sanoa. Kaikissa taloissa ei ole kellaria, mutta toivotaan että kaikissa taloissa on silti salaojat hyvässä kunnossa. Tai ainakin ne salaojat tulee hyvin huuhdeltua aina muutaman vuoden välein, jos tällä kadulla putkirikot näyttäisi olevan enempi-vähempi jatkuva ilmiö. Toki asiatique olla niinkin Etta putkirikon seurauksena ja lopulta 4 metrisen savikerroksen LAPI tielle asti tunkeva paineellinen vesi ei ehkä vaikuta mitenkään vieressä oleviin tontteihin, mutta olettaisin että Pienta vettymistä voi silti tapahtua, jolloin jos runkoputki hajoaa, niin tuskinpa viereisillä pihoilla Olevia nurmikoita tarvitsee sen jälkeen ihan vähään aikaan kastella?

Mutta nyt takaisin meidän taloon. Talon muilla erikseen seuratuilla osa-alueilla sähkönkulutus oli jatkunut ihan normaalina. IV-kone oli käyttänyt tammikuussa 115 kWh (seurantajakson pituus 31 päivää), ja joululuussa meni 27 päivän seurantajaksolla 105 kWh. Lukema hiukan vaihtelee siitä johtuen, että minä päivänä sur sattunut mittaria vilkaisemaan, mutta tasaisella 160 vatin teholla kuukausikulutus sur tässä kohtaa aina sama. Ehkä hiukan saattoi tulla tälle tammikuulle poikkeamaa, kun leikin IV-laitteella silloin kun radonia mittaava tietokone oli meillä keittiössä, mutta sekään poikkeama ei näissä luvuissa juurikaan näy.

Autojen lämmitykseen sähköä oli tammikuussa mennyt 10,5 kWh ja joulukuussa meni 2,8 kWh. Eipä noita lämmitysjohtoja nollakeleissä aina muista joka aamuksi laittaa kiinni. Hyötyä niistä varmasti olisi auton moottorille, vaikka pakkasta ei olekaan ollut kovin monena aamuna.

Kokonaismittarilukema näytti sähköpääkeskuksella nyt 24793 kWh. Siinä on kaikki sähköt siitä alkaen, kun sähköt tuli tontille 15.6.2012. Keskimäärin sähköä on kulunut kuukaudessa 2,5 vuoden aikana (siis noin 30 kuukauden aikana) noin 825 kWh/kk, mutta huomasin äsken, että enpä ole kovin usein päämittaria lukemassa käynytkää Paljon helpommin niitä samoja lukemia voi katsoa olohuoneessa internetin yli, jolloin Vantaan Energian nettisivuilta oman sähkönkulutuksen näkee tunti tunnilta melkein reaaliajassa.

Viimeksi vilkaisin päämittaria viime heinäkuussa. Silloin oli sähköä talon rakentamiseen käytetty 15000 kWh par 14.7.2014 päivän tilanne. Siitä etteenpäin sähköä sur kulunut puolessa vuodessa melkein 10000 kWh, eli keskimäärin 1600-1700 kWh kuukaudessa.

Tässä kuluu vielä jokunen päivä, että Vantaan Energia saa tammikuun taulukot täysin valmiiksi, ja vasta sitten päästään katsomaan tammikuun sähkönkulutusta tarkemmin. Kuitenkin jo nyt sur tiedossa, että tammikuun lukemat tulevat olemaan sellaisia, ettei niille oikein meinaa keksiä tieteellistä selitystä.

Joulukuussa mitattiin 2308 kWh kulutus kuukauden keskilämpötilan ollessa -1C. Nyt tammikuun keskilämpötila on asteen alhaisempi, mutta sähkönkulutus jää vielä alle sen tason, mitä luulin että tulisi olemaan – siis pudotus joulukuuhun verrattuna tulee olemaan vielä a summi a ku Näillä näkymin tammikuun sähkönkulutus jää samalle tasolle mitä se oli lokakuussa, eli jonnekin 1600-1700 kWh välimaastoon. Lokakuun keskilämpötila oli kuitenkin 8 astetta korkeampi kuin mitä se oli tammikuussa.

Joten mitä tässä nyt assis sur tapahtunut, että sähköä ei enää niin paljon kulu? Eipä tässä ole oikeastaan ​​ollut kuin pari muuttunutta tekijää. Jo aiemmin kiersin Oumanin sunttia pienemmälle ja tammikuussa laitettiin lattialämmitys toimimaan pelkästään yösähköllä. Eli sähköä menee oleellisesti vähemmän, mutta lämpötila sur talossa silti ihan sama mitä ennenkin. Tämä ei ole oikein muulla tavalla mahdollista kuin siten, että takkaa on lämmitetty enempi kuin ennen, ja näin se asia varmaan onkin.

Takkaa kuitenkin haluttaisiin käyttää vielä enemmänkin (koska rakennusaikaisia ​​laudan pätkiä on tontin nurkat puolillaan), mutta tässä kohtaa tulee vielä yksi muu rajoitin vastaan. Se on lauha talvi, joka ei liene lajissaan viimeinen. Juuri tällaiset talvet ovat nykyään olleet vaan yleistymään päin. Ollaan me siltikin New York Times lauhasta talvesta huolimatta saatu Noin 5 kuutiota polttopuuta kulumaan, ja kun se sur ollut enimmäkseen kuusipuuta, Niin lämpöarvo lienee Takan hyötysuhteet huomioiden Noin 1000 kWh par poltettu Kuutio, eli Tahan mennessä yhteensä 5000 kWh koko syksylle ja talvelle, takka ja saunan puukiuas ovat olleet käytössä ihan lokakuusta alkaen, kun taloon muutettiin asumaan.

Jossain vaiheessa lähiaikoina pohdiskelen ilmaston muutoksen vaikutusta eri lämmitysvaihtoehtojen kannattavuuteen euromääräisessä tarkastelussa, mutta nyt lienee syytä lopettaa sunnuntain aamun höt hö Alla muutamia kuvia tältä aamulta, taas näyttää ihan talvelta, kun tuli vähän lunta… Seuraavaksi sitten pakastaa, jos ennusteet pitävät paikkaansa.

Sähköä on kulunut tänä talvena suhteellisen vähän, vaikka pelkästään tässä ulkovalossa oleva hehkulamppu kuluttaa yksinään 25 vattia (silloin kun se on päällä – ei tämpala jatku). Minusta juuri tällainen takkatulen värisävy eli noin 3000 Kelviniä joka tästä vanhan ajan hehkulampustakin tulee, niin minusta tämä valon väri on kaunis ja luo lämmintä tunnelmaa. Talon esikuvana sur muutenkin ollut vanhan ajan eli 1920-luvun talot Helsingin Kumpulassa ja Käpylässä, joten myös kuvassa näkyvät vuorilaudat talossa sur höylätty antiikkipaneelin koristekuvioilla.

Yöllä oli satanut uutta lunta. Postilaatikon päällä näkyy noin 5 cm kerros. Kolatessa märkää suojalunta saa hyvää hyötyliikuntaa…


Ebooks et auto-édition

Beaucoup de gens souffrent d'une vision en tunnel lorsqu'il s'agit de leur stratégie de monétisation. Ce qui est encore pire, c'est que beaucoup de ceux qui abordent la publication en ligne avec une seule stratégie de monétisation en tête sont ceux qui ont simplement décidé de prendre le train en marche sans vraiment avoir de passion pour ce qu'ils font. Cela se voit non seulement dans leur contenu de qualité inférieure, mais aussi dans le manque de volonté de faire les démarches nécessaires pour découvrir le modèle commercial qui fonctionnera vraiment pour eux. Ce n'est donc pas étonnant pourquoi beaucoup ont des blogs et des sites Web qui sont moins que rentables.

En ce qui concerne la publication en ligne, ne tombez pas dans le piège de vous fier uniquement aux publicités pour vos revenus. Nous aimons les publicités et voulons bien sûr une partie de l'argent publicitaire que les entreprises déboursent dans le cadre de leurs méga campagnes publicitaires. Cependant, il existe d'autres moyens de gagner de l'argent avec la publication en ligne en dehors des publicités, notamment la vente de livres électroniques et d'abonnements payants.

Auparavant, être publié était une tâche presque impossible pour une personne ordinaire. Le rejet après le rejet est une chose à laquelle vous devrez faire face si vous envisagez d'envoyer votre concept de livre ou votre brouillon à des maisons d'édition. Grâce à Internet, à peu près tous ceux qui s'intéressent à l'écriture d'un livre peuvent désormais le faire sans avoir à compter sur les grandes maisons d'édition pour publier leur contenu. L'auto-édition, autrefois inconnue, est maintenant très courante. Vendre votre livre auto-édité en ligne n'est pas difficile du tout, même s'il est vrai que le taux de réussite des auteurs inconnus n'est pas si bon. Cependant, vos chances sont toujours bien meilleures que s'il n'y avait eu aucune publication en ligne.


LES ARCHIVES (2010-Partie 4)

Maintenant que le repêchage de la NFL 2011 est dans les livres, QC examine quelles équipes sont susceptibles de croître à la suite du repêchage et quelles équipes ne le sont pas. QC est optimiste sur les nouveaux ingrédients de certaines équipes, baissier sur d'autres. Cela ne veut pas dire qu'un joueur réussira ou échouera ou qu'une équipe a eu un "bon" ou "mauvais" repêchage. Il est impossible de le faire à ce stade car le brouillon concerne les idées, pas la production. L'analyse de QC est simplement une meilleure estimation des équipes qui pourraient gagner plus de matchs en 2011 (en supposant qu'il y ait un 2011) qu'en 2010 grâce à une meilleure combinaison de conception de jeu et de productivité des joueurs.

1. St. Louis Rams : St. Louis a adopté une approche très rationnelle pour s'améliorer. En 2010, la plus grande faiblesse des Rams était le jeu de passes malgré l'arrivée du QB de la recrue de l'année Sam Bradford. St. Louis s'est classé 30e dans QCYPA (5,844) et 10e en marge de chiffre d'affaires (+5), ce qui indique que Bradford peut gérer les risques et peut probablement améliorer les rendements dans le jeu de passes si on lui donne des ressources supplémentaires. Les Rams ont recruté l'ancien entraîneur-chef de Denver Josh McDaniels comme coordinateur offensif et McDaniels sait comment concevoir des jeux qui génèrent des retours de jeu par la passe. Dans le repêchage, St. Louis a fait le plein d'ingrédients de jeu de passig avec TE Lance Kendricks et WRs Austin Pettis et Greg Salas. Si les WR Donnie Avery et Mark Clayton peuvent revenir de blessures, les Rams devraient avoir un corps de réception profond. Enfin, l'entraîneur Steve Spagnuolo excelle dans la conception de la pression de passe. St. Louis s'est classé 8e dans la NFL pour la pression de passe en 2010 et le choix de première ronde LB Robert Quinn devrait rendre cette zone encore meilleure.

2. Houston Texans : Un an après avoir remplacé le coordinateur défensif Richard Smith par Frank Bush, la défense contre la passe des Texans est passée du 15e rang de la NFL (6,710 D-QCYPA) au 31e (8,428 D-QCYPA). La défense contre la passe de Houston a également été entravée par les blessures des DEs Connor Barwin (qui a raté l'année) et Mario Williams (qui a joué blessé toute l'année) et une suspension du LB Brian Cushing pour 4 matchs. À première vue, la décision des Texans de faire appel à l'ancien entraîneur-chef de Dallas Wade Phillips comme coordinateur défensif semble curieuse car la défense contre la passe des Cowboys était la pire de la NFC (7.817 D-QCYPA). Mais Phillips sait comment faire pression sur le passeur et Dallas s'est toujours classé 10e dans la NFL en mettant la pression sur les QB adverses. Le projet des Texans a fourni des ressources supplémentaires à Phillips dans DEs J.J. Watt et Brooks Reed. De plus, Houston s'est chargé de 3 DB, dont le très apprécié Brandon Harris.

3. Tampa Bay Buccaneers : Tampa Bay s'est classée dernière en termes de pression de passe en 2010, donc la sélection de premier tour du prêt-à-jouer DE Adrian Clayborn était tout à fait logique. La sélection de deuxième tour de DE Da'Quan Bowers glissante pourrait immédiatement corriger cette zone si Bowers est en bonne santé à 100%.

4. Falcons d'Atlanta : Atlanta a enregistré le meilleur bilan de la NFC en 2010, mais il l'a fait en jouant au football bêta qui s'appuyait sur la meilleure marge de chiffre d'affaires de la conférence (+14). Malgré la présence du quart Matt Ryan et du WR Roddy White, les Falcons ne se classent qu'au 22e rang de la NFL en QCYPA (6,667). Les ajouts d'Atlanta du WR Julio Jones et du RB Jacquizz Rogers pourraient aider dans ces domaines, bien que QC aurait aimé voir les Falcons ajouter également un jeune TE attrapeur de passes. La vraie clé sera de savoir si le coordinateur offensif Mike Mularkey et Ryan utiliseront leurs nouvelles ressources pour obtenir des rendements plus élevés dans le jeu de passes. S'ils le font, le gros paiement d'Atlanta pour le droit de monter et de choisir Jones sera payant. Sinon, il pourrait se transformer en un atout gaspillé.

5. Packers de Green Bay : Green Bay a remporté le Super Bowl en 2010 malgré autant de blessures que n'importe quelle équipe de la NFL. Les Packers ont surmonté ces blessures parce que l'entraîneur Mike McCarthy et le quart Aaron Rogers ont continué d'émerger comme la meilleure combinaison du match. Empêcher Rogers de se blesser est la tâche la plus importante pour le directeur général Ted Thompson, donc la sélection de T Derek Sherrod semble être la bonne. Thompson a également un œil pour les TE de qualité et il a attrapé une paire en fin de repêchage qui pourrait contribuer (D.J. Williams de l'Arkansas au 5e tour et Ryan Taylor de Caroline du Nord au 7e tour).

6. Buffalo Bills : Les Bills se sont chargés de la défense lors du repêchage, malgré le fait que le quart Ryan Fitzpatrick ne soit ni flashy ni trop productif. La protection des laissez-passer de Buffalo s'est considérablement améliorée de 2009 à 2010 et une nouvelle amélioration dans ce domaine ne peut qu'aider Fitzpatrick. Le plus gros problème des Bills en 2010 a été les revirements où ils se sont classés derniers (-17), dont un horrible -12 au cours des 2 dernières semaines de la saison. Une défense améliorée aidera également dans ce domaine et Buffalo peut poursuivre son approche responsable de la mise à niveau au QB.

1. Jacksonville Jaguars : Jacksonville s'est classé 32e de la NFL en D-QCYA (8.466), 31e de la NFL en marge de chiffre d'affaires (-15) et 30e de la NFL en protection de la presse, donc la décision d'échanger des choix de repêchage pour monter dans le repêchage et atteindre un QB n'aurait pas pu être plus mystifiant. Les Jaguars ont attendu les 4e et 6e rondes pour rédiger des DB et n'ont pris qu'un seul joueur de ligne offensive.

2. Carolina Panthers : Tout simplement, il est difficile d'imaginer mettre un premier choix dans le repêchage QB dans une situation plus difficile que Cam Newtown se trouve maintenant. La Caroline s'est classée dernière dans la NFL en QCYPA (4,915) et 31e en protection contre les passes, mais n'a sélectionné aucun nouveau joueur de ligne offensive pour protéger Newton avant les 6e et 7e tours du repêchage. De plus, les Panthers étaient des receveurs affamés en 2010 et ils n'ont pas repêché un seul receveur de passes pour aider Newton. Même si Newton est un bon joueur, cela n'apparaîtra probablement pas dans le dossier. Certes, ce fut une année difficile pour détenir le choix n ° 1 au repêchage. Mais étant donné ce qu'Atlanta était prêt à abandonner dans les choix pour passer au n ° 6 pour obtenir Julio Jones, il semble que la Caroline aurait pu déplacer le choix car les Panthers ne sont tout simplement pas prêts à rédiger (et payer) un QB dans le n °. 1 emplacement, en particulier un avec autant de questions que Newton.

3. Cowboys de Dallas : la défense contre les passes de Dallas s'est classée 29e dans la NFL (7.817) et sa protection contre les passes classée 3e, mais le jour du repêchage, les Cowboys se sont chargés en attaque (y compris le plaqueur de premier tour Tyron Smith) et n'ont choisi qu'un seul arrière défensif au 5e tour. Si le propriétaire Jerry Jones pensait que le nouveau coordinateur défensif Rob Ryan résoudrait les problèmes de défense contre la passe des Cowboys avec la conception du jeu, il aurait peut-être voulu considérer que l'équipe de Ryan l'année dernière (Cleveland) s'est classée 27e dans la NFL en défense contre la passe (7,477 D-QCYPA) . À moins que Dallas ne reçoive une aubaine de revirements, les Cowboys semblent devoir surpasser leurs adversaires pour améliorer leur record en 2011.

4. Ravens de Baltimore : Baltimore s'est classé 29e dans la NFL pour la pression de passe en 2010, mais a attendu le 5e tour pour rédiger un joueur de ligne défensive. Les Ravens se sont également classés 27e en matière de protection contre les passes, mais n'ont sélectionné qu'un seul joueur de ligne offensive. En attaque, ce dont le QB Joe Flacco a plus que tout besoin, c'est d'un TE qui peut constamment menacer le milieu du terrain et ouvrir l'extérieur pour les WR de Baltimore. Mais après avoir chargé les TE en 2010 qui ont capté 12 passes combinées, Baltimore a ignoré la position même dans les derniers tours.

5. Minnesota Vikings : Les Vikings se sont classés 28e en pression de passe et 20e en protection de passe dans la NFL en 2010, mais n'ont commencé à répondre à leurs besoins en ligne qu'au 4e tour. À leur crédit, cependant, ils ont fait plusieurs choix dans les deux domaines le dernier jour du repêchage. Pourtant, avec tant de besoins à l'avance, la sélection d'un QB (Christian Ponder) et d'un TE (Kyle Rudolph) alors que cette dernière position était déjà en assez bonne forme semble être des achats de luxe au détriment d'une alimentation solide et quotidienne.

6. Indianapolis Colts : Avec Peyton Manning au QB, les Colts étaient l'équipe la moins sous pression de la NFL. De l'autre côté du ballon, la pression de passe d'Indy a glissé au 24e rang de la NFL alors que le choix de première ronde de 2010 Jerry Holmes n'a contribué à aucun sac et presque toute la pression est venue des DE Dwight Freeney et Robert Mathis. Néanmoins, les Colts ont fait le plein d'aide en ligne offensive et n'ont sélectionné qu'un seul joueur de ligne défensive. Cependant, Bill Polian a peut-être trouvé un dormeur dans le 4e tour RB Delone Carter.

La NFL serait-elle moins compétitive sans le repêchage de la NFL ?

Le commissaire Roger Goodell le pense. Dans une opinion publiée dans le Wall Street Journal, Goodell a qualifié le procès des joueurs de la NFL contre les propriétaires d'attaque contre le repêchage et a affirmé que «la victoire syndicale des quotas menace de renverser le système soigneusement construit d'équilibre concurrentiel qui rend les matchs de la NFL et les courses de championnat si imprévisibles et excitant."

Mike Florio de Pro Football Talk est d'accord. M. Florio a écrit :

"Après que le système d'agence libre avec des restrictions et un plafond salarial a pris racine au milieu des années 1990, mettant fin à la domination des Cowboys et des 49ers de la ligue, la NFL est devenue beaucoup plus compétitive, beaucoup plus convaincante, beaucoup plus intéressante et beaucoup plus populaire .

"Depuis 1996, 18 équipes ont rebondi en une intersaison du bas vers le haut de leur division : les Giants 1996-97, les Rams 1998-99, les Colts 1998-99, les Saints 1999-2000, les Patriots 2000-01, les Bears 2000-01, les Chiefs 2002-03, les Panthers 2002-03, les Chargers 2003-04, les Falcons 2003-04, les Buccaneers 2004-05, les Bears 2004-05, les Saints 2005-06, le 2005 -06 Eagles, les Buccaneers 2006-07, les Dolphins 2007-08, les Saints 2008-09 et les Chiefs 2009-10. Trois de ces équipes ont remporté le Super Bowl et une quatrième (les Panthers 2003) s'est qualifiée pour le match pour le titre. Au cours des quatorze saisons précédant 1997, seules cinq équipes ont réussi un redressement d'un an : les Colts de 1986-87, les Bengals de 1987-88, les Broncos de 1990-91, les Chargers de 1991-92 et les 1992-93 Lions.

"Aucun n'a remporté le Super Bowl. (Comme l'a souligné un lecteur, les Bengals de 1988 y sont parvenus et ont presque gagné.)

"Ainsi, dans l'équilibre compétitif de la NFL, il ne s'agit pas du haut de la ligue, mais du bas. Même si des équipes comme les Redskins et les Cowboys ne seraient pas en mesure d'acheter des championnats annuels étant donné la dynamique unique d'un vestiaire de 53 joueurs avec 11 joueurs sur le terrain en tout temps, une NFL sans repêchage, sans limites sur le libre arbitre, et aucun plafond salarial ne rendrait plus difficile pour les mauvaises équipes de s'améliorer et plus facile pour les bonnes équipes de rester parmi l'élite. Bien qu'il n'y ait peut-être pas de franchise qui remporte quatre Super Bowls consécutifs, il pourrait très bien y avoir des perdants éternels comme les Pirates, ce qui donnerait lieu à de multiples bases de fans apathiques qui, avec le temps, diminueraient le jeu. "

Cependant, les affirmations de Goodell et Florio ne résistent pas à l'examen. Au contraire, la compétitivité de la NFL et la capacité d'une équipe à rebondir du pire au premier sont presque toujours attribuables à : 1) les revirements 2) l'entraînement 3) le jeu du quart-arrière. Voici un résumé :

1) Chiffre d'affaires : sur les 23 équipes citées par M. Florio, chacune a amélioré sa marge de chiffre d'affaires (généralement de façon spectaculaire) de l'année où elle a terminé dernière dans sa division à l'année où elle a terminé première. Au cours de l'année où l'équipe a terminé dernière, l'équipe avait en moyenne -5,7 en chiffres d'affaires. L'année suivante, lorsque la même équipe a terminé première, l'équipe avait en moyenne +8 de revirements. C'est une différence de près de 14 revirements par an et c'est une grande différence. Comme l'indique le 9e commandement du QC, les revirements sont essentiellement aléatoires et une amélioration de la marge de roulement ne peut certainement pas être créditée au repêchage.

2) Entraînement : Sur les 23 équipes citées par M. Florio, 7 ont changé d'entraîneur-chef entre l'année où ils ont terminé en dernier et l'année où ils ont terminé en premier. De plus, 4 autres équipes ont apporté des modifications importantes au coordinateur ou à la conception du jeu. Les Bengals de 88 ont laissé Dick LeBeau mettre en œuvre ses programmes de blitz de zone (et Sam Wyche a dévoilé l'offensive sans caucus). Les '99 Rams ont laissé Mike Martz lâcher "The Greatest Show on Turf". Les '09 Saints ont laissé Gregg Williams diriger la défense. Les '10 Chiefs ont laissé les anciens coordinateurs des Patriots Charlie Weiss et Romeo Crennell diriger l'attaque et la défense, respectivement. De toute évidence, le projet n'obtient aucun crédit pour ces changements d'entraîneur.

3) Quarterbacks : Sur les 23 équipes citées par M. Florio, 11 ont changé de quarterbacks principaux. La plupart du temps, ces équipes n'ont pas installé de choix au repêchage élevé, mais ont plutôt confié l'offensive à un joueur que n'importe quelle autre équipe aurait pu facilement obtenir si elle l'avait voulu, comme Stan Humphries ('92 Chargers), Kurt Warner (' 99 Rams), Tom Brady ('01 Patriots), Kyle Orton ('05 Bears), Jeff Garcia ('07 Bucs) and Chad Pennington ('08 Dolphins). Only the '04 Falcons arguably went from worst to first on the arm (and legs) of a highly drafted QB (Michael Vick).

4) Of the 23 teams cited by Mr. Florio, only the '03 Chiefs did not have a signficant change in turnover margin, a major coaching change or a quarterback change in going from worst to first. However, Kansas City's 2003 first round draft pick, running back Larry Johnson, hardly got off the bench his rookie year (20-85-1 TD). Moreover, the Chiefs were not a typical last place team in '02 when they finished 8-8 and tied with San Diego and just 1 game behind second place Denver (9-7). Finally, profootballreference.com projected that Kansas City should have won between 9 and 10 games in 2002 and should have won about 11 games in 2003 . Thus, if the Chiefs improvement can be attributed to anything, it can be attributed to luck and there is no basis for suggesting that the draft was the reason they finished first after finishing last in '02.

The NFL draft is a day of pure possibility. As a result, the idea of what John Elway or Peyton Manning might be cannot be distinguished from the idea of JaMarcus Russell or Ryan Leaf might be. Because the NFL draft is about ideas about players and not really about players, it is a tremendous marketing tool for hyping the sport. Et il n'y a aucun problème avec ça. Indeed, it is what makees the NFL draft "must-see TV" even though there is absolutely no live action at any time during the broadcast.

But, while the NFL might not be as enjoyable without the draft, there is little doubt that it would be just as competitive on the field even if 2011 turns out to be the last NFL draft.

YOU MAKE THE CALL: TRUE or FALSE
Would the NFL be less competitive without the NFL Draft? (Use Twitter or the headset to send TRUE or FALSE and your reasons to QuantCoach. Please let QC know if we may post your tweet/message on The Chalkboard.)

Dear Commissioner Goodell:

The NFL's strategy that was designed prior to ownership's decision to opt-out of its collective-barganning agreement with the NFLPA is a smoldering hulk. It is expected that early next week an outsider (Judge Susan Nelson) will define your owners' relationship with its key suppliers (the players). No matter what this outsider decides, you have already lost because it is an outsider (not the Commissioner) who is making the decision.

Sometime after this outsider defines your owner's relationship with your key suppliers, another outsider (Judge David Doty) will re-define your owners' relationship with its key customers (the television networks). No matter what this outsider decides, you have already lost because it is an outsider (not the Commissioner) who is making the decision. If ever there was a time you should be burning the playbook and drawing up a new play on the sideline, it is right now. Really, there is not a moment to lose.

This is not about your legacy. Hell, this is about whether or not you get to keep your job.

The current ultra-successful condition of the NFL is due in large part to the ability of your predecessors to be the right men for their times. A brief review of their achievements may be helpful.

In 1944, when Bert Bell became Commissioner, gate receipts drove NFL revenues. Bell maintained control of those revenues by mastering the art of scheduling. In addition, Bell co-opted the most powerful outside threat to the NFL's autonomy, the All-American Football Conference, by facilitating a merger over the objections of the übertraditionalist, George Halas. Bell's creativity set the stage for the NFL to flourish in the airwaive era.

In 1959, after Bell's sudden death at Franklin Field, the then-unknown Pete Rozelle assumed the commissionership. Rozelle maintained control of the NFL's revenues by mastering the art of the television deal. Like Bell, he co-opted the most powerful outside threat to the NFL's autonomy, Lamar Hunt and the American Football League. But he also knew when to let go of the co-opt play and fight it out. When "Lamar Hunt wanna-be" Donald Trump and the "AFL wanna-be" United States Football League tried to force their way into the NFL in the 1980s, Rozelle (on the advice of Paul Tagliabue) went into the teeth of the NFL's tradition of compromise and prevailed in a "kill or be killed" showdown in the courtroom.

Tagliabue's spot-on recognition that Trump's antitrust case was a sham earned him a crystal sword from the owners and eventually the Commissioner's job as well. Like Rozelle, however, Tagliabue knew when to abandon a play notwithstandig past success with the play. Like Rozelle, Paul "The Conqureror" maintained control of the NFL's revenues (albeit not unilateral control) by quickly reverting to compromise and co-optation after a jury ruled in favor of the decertified players on antitrust grounds.

Today, you stand where Bell, Rozelle, and Tagliabue all once stood and your job today is exactly the same as their job was at those points in time: As much as possible, control the NFL's revenues. If a dramatic break with tradition is necesarry, so be it. Bell, Rozelle and Tabliabue all recognized as much and the rich return on their courage cannot be disputed.

The current threat to NFL control of its revenues is the court. But the court can only control the NFL revenues if someone brings those revenues to them. That someone is the players' lawyer, Jeff Kessler. Reportedly, according to Mr. Kessler, the price the NFL must pay for the return of control over its revenues is no draft and unlimitd free agency.

Kessler is bluffing. The last thing a union (whether labeled labor or trade), which is by its very nature an anticompetitive restriction on competition, should want is unrestricted competition. Dozens of NFL players recognized as much this week when they attemptd to bring in an alternative lawyer to represent their interests. You could not ever get a clearer sign that Kessler is bluffing than the action of these players.

After the last player is picked in the 2011 NFL Draft next week, walk up to the podium and thank everyone for attending the last draft in NFL history. Sure, the NFL Draft is fun for fans. But so is the NCAA's National Signing Day. There is no reason to think that an NFL Signing Day would be any less compelling television than a college signing day. Just let us know what day it will be. We will tune in.

Moreover, doing away with the draft (which only artificially increases the owners' costs) and permitting unlimited free agency willl not change the nature of NFL competition in the least. Success in the NFL is driven more by coaching and play design than it is by players and play-making. Do you really think that in a wide-open economic market free-spending Dan Snyder's Washington Redskins are suddenly going to dominate tight-fisted Bill Belchick's New England Patriots? That's preposterous. The Patriots, Steelers and Colts usually will be successful and the Bengals and Redskins usually will fail irrespective of ownership's relationship with its players because the former teams are better designed in terms of management and coaching than the latter teams. Random chance will provide the latter teams with enough occaional success (and the former teams with enough occasional failure) to keep things as interesting as ever. This is not baseball and never will be.

The time is now for dramatic change and you, as Commissioner, must lead that change.

YOU MAKE THE CALL: TRUE or FALSE
Is Roger Goodell doing a good job handling the NFL's labor situation? (Use Twitter or the headset to send TRUE or FALSE and your reasons to QuantCoach. Please let QC know if we may post your tweet/message on The Chalkboard.)

Super Bowl 45 cofirmed the power of the combination of the costless defensive touchdown and superior offensive play design.

Like both the NFC Championship and the AFC Championship, the Green Bay offense and the Pittsburgh offense each produced 3 TDs, 3 PATs, and 1 field goal. But Packers safety Nick Collins returned an interception of a Ben Roethlisberger pass for a score and that was the mathematical difference in Green Bay's 31-25 victory. On that play, Packers defensive tackle Howard Green hit Roethlisberger's throwing arm as he attempted to pass.

"You have to be able to do something to try to disrupt the quarterback's rhythm," Green Bay's master defensive play designer, Dom Capers, told the New York Times before the game, "and if you can do that, it leads to being able to take the ball away. These games, if you've got a 60-play game, they come down to two, three, four plays and who makes those plays. The more you increase your opportunties to make those plays, the better your chances of winning."

The nerdy sounding priesthood's statistics made Capers look like Nostradamus . As the Cold Hard Football Facts noted after the game, teams that return an interception for a TD in the Super Bowl are now a perfect 11-0. Advanced NFL Stats pointed out in its analysis that Collins' pick-6 alone increased the probability that the Packers would win by 17% and that the Rashard Mendenhall fumble that Clay Matthews forced and Desmond Bishop recovered increased their probability 18%. Overall, the Packers made 5 of the 6 plays that most influenced the game according to Advanced NFL Stats .

The big plays that were not made by Green Bay's defense were made by its QB, Aaron Rogers, and wide receivers Greg Jennings and Jordy Nelson. Following coach Mike McCarthy's design instructions to perfection, Rogers (8.154 QCYPA & 0 interceptions) decisively outplayed Roethlisberger (7.025 & 2 interceptions), whose statistics were better than they were in the AFC Championship against the Jets, but not nearly as well received. While Roethlisberger repeatedly tried to invent a play from scratch, Rogers simply repeatedly followed McCarthy's recipes and threw the ball downfield, on a string, to Jennings and Jordy.

To the media, the Packers Super Bowl triumph cemented Rogers status as an elite NFL quarterback and permanently transformed the team from Brett Favre's team to Rogers' team. But QC is sure that for McCarthy and general manager Ted Thompson, this transformation occurred long ago on November 29, 2007 . On that date, as a little known backup, Rogers took over for an injured and ineffective Favre (3.571 QCYPA & 2 interceptions) with Green Bay trailing Dallas, 27-10. Rogers rallied the Packers to within a field goal, before the Cowboys prevailed, 37-27 . Not many people saw the game because only the NFL Network televised it (QC was in the TV audience), but the performance was all that McCarthy and Thompson needed to see and when Favre decided to skip training camp in 2008, McCarthy and Thompson decided to stick with Rogers even when Favre later changed his mind and sought to return to the Packers.

Can McCarthy, Rogers and friends repeat as Super Bowl champions? Green Bay was the second youngest team in the NFL in 2010 and also the second most injured. The fact that the Packers won the Super Bowl despite their relative lack of experience and good health suggests that actually they may have arrived a year ahead of schedule. More importantly, consistent with QC's 4th Commandment , McCarthy and Rogers are on the "same page," as McCarthy observed in his post-Super Bowl press conference.

As the chart below shows, there are no imposters on the list of coaches and quarterbacks who have won back-to-back Super Bowls. Every coach on this list is in the Hall of Fame or will be and the brain of all but one (Shannahan) is being preserved in QC's jar of critical football knowledge . Likewise, every QB on this list is in the Hall of Fame or will be as soon as he is eligible (Brady).


Voir la vidéo: Green Bay Packers vs Chicago Bears. 2012 NFL Free Football Picks (Décembre 2021).