Nouvelles recettes

Eh bien, nous avons échantillonné le nouveau parfum « Cheeteau » de Cheetos

Eh bien, nous avons échantillonné le nouveau parfum « Cheeteau » de Cheetos

Nous avons goûté un parfum inspiré des Cheetos et ça s'est passé aussi bien que vous pourriez vous y attendre

« Le guépard international, personnalité médiatique et porte-parole de la marque Cheetos, Chester Cheetah » vous présente son nouveau parfum, « Cheeteau ».

Au cas où vous voudriez sentir comme Chester Cheetah, le « félin emblématique avec un parfum assez audacieux pour exciter et ravir », Frito-Lay a déchaîné Cheeteau, un parfum produit par Demeter (qui d'autre ?) qui sent comme une combinaison de Cheetos et d'un arrangement floral enivrant. Demeter, soit dit en passant, est la même entreprise qui a créé le parfum de pizza et quelques autres parfums vraiment uniques. comme "salon funéraire" et "saleté".

Selon Chester Cheetah, le "bouquet enchanteur" a été conçu "pour que le plaisir des Cheetos ne soit jamais plus loin qu'un spray".

Le personnel du Daily Meal a eu la chance de goûter le parfum (nous n'avions pas vraiment le choix, car le parfum voyageait dans tout le bureau et semblait devenir plus fort tandis que nous avalions à contrecœur des bouffées d'air au fromage), et le consensus général est le suivant : Si vous voulez sentir comme les Cheetos, vous feriez probablement mieux de simplement manger des Cheetos.

Cheeteau est disponible pour une durée limitée à partir du 1er avrilst, ce qui signifie que bien que le parfum physique soit bien réel, Cheeteau est une farce du poisson d'avril et non la prochaine entreprise commerciale de Chester Cheetah.

Cheeteau sera lancé avec une « campagne marketing étendue » comprenant une vidéo et une publicité imprimée, y compris des échantillons gratuits à New York et à Los Angeles. Pour plus de détails, suivez @ChesterCheetah sur Twitter.

Karen Lo est rédactrice adjointe au Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @appleplexy.


10 choses que vous ne saviez jamais sur les Cheetos

De la poussière d'orange à l'emballage sauvage, les Cheetos sont une collation qui se démarque vraiment.

De la poussière d'orange à l'emballage sauvage, les Cheetos sont une collation qui se démarque vraiment. La prochaine fois que vous croquerez un paquet de ces choux au maïs au fromage, mâchez quelques-uns de ces faits amusants…

1. Chester Cheetah n'a pas toujours été la mascotte.

Parti mais pas oublié. Image : Fritolay

Il s'avère que le premier porte-parole du snack était une souris ! Étant donné que les souris adorent le fromage, cela semblait naturel, et à partir du début des années 1970, ce personnage prenait toujours son en-cas préféré dans toutes sortes d'aventures sauvages.

Mais une décennie plus tard, le squeaker de la moto a perdu son avantage, alors la marque a présenté Chester Cheetah. De son nom à son fanfaron (et ces nuances !), ce chat ultra cool semblait bien mieux correspondre à la marque.

2. Un concierge a inventé Flamin' Hot Cheetos.

Et maintenant, vous connaissez TOUS au moins une personne qui est absolument obsédée par les Flamin' Hots. Tu sais qui tu es. Image: favianquezada / Instagram

Eh bien, faites-en un concierge devenu cadre ! Richard Montañez a travaillé comme concierge à l'usine Frito-Lay dans les années 1970, et après avoir commencé à ajouter de la poudre de chili à ses propres Cheetos, il a présenté l'idée au PDG de l'époque. Le PDG a adoré, et le reste appartient à l'histoire. Montañez est maintenant vice-président exécutif de PepsiCo Amérique du Nord.

3. Il est scientifiquement prouvé que les Cheetos créent une dépendance.

Les poils de ma nuque se sont dressés en regardant cette image. Cela semble problématique. Image: maymikko / Instagram

Une fois que vous déchirez un sac, il est difficile de s'arrêter, et il y a une raison à cela. Selon une étude d'Oxford, le cerveau associe le son du craquement à la fraîcheur, vous pourriez donc être convaincu que ce que vous mangez est plus appétissant qu'il ne l'est réellement. Oh, et puis il y a cette petite chose appelée "densité calorique en voie de disparition", qui fait croire à votre cerveau que vous ne consommez pas assez de la délicieuse collation.

Vous voyez, quand un aliment fond dans votre bouche, le cerveau pense que vous n'absorbez pas autant de calories. Sournois!

4. Il faut 5 000 vaches pour générer un approvisionnement d'un an en Cheetos.

Vous le vrai MVP. Image: Hannahrneal / Instagram

Il faut 11 millions de gallons de lait pour fabriquer les 10 millions de livres de fromage cheddar qui sont utilisées dans l'assaisonnement Cheetos, selon Kimberly Scott, directrice des communications chez PepsiCo, Inc./Frito-Lay North America. Pour une ventilation plus détaillée, cela représente en moyenne 2 200 gallons de lait par vache. Meuglement!

5. Les Cheetos se présentent sous toutes sortes de saveurs sauvages.

C'est quoi ce BLASPHEMIE ?! Image: snackbetch / Instagram

Les Cheetos sont produits dans 22 pays à travers le monde, dont l'Espagne, Chypre, le Pakistan et la Pologne. Non seulement il y a des saveurs locales uniques, mais il y en a des plus étranges, comme le Pepsi, la fraise, le ketchup et le steak japonais, ce dernier étant vendu en Chine.

La marque a également développé Sweetos, qui sont des choux à la cannelle et au sucre qui sont disponibles au printemps – et qui n'ont pas le goût du croquant au cheddar auquel nous sommes habitués.

6. L'armée américaine a aidé à inventer Cheetos.

Oui, c'est pur. Image: tinapoblador / Instagram

À l'époque de la Seconde Guerre mondiale, l'armée a investi de l'argent pour trouver des moyens de déshydrater les aliments. Plus précisément, le fromage. De la durée de conservation plus longue au poids plus léger, la poudre de fromage a été un succès retentissant - et également un ingrédient clé des Cheetos !

En 1948, Frito‑Lay (alors la société Frito) a lancé son premier biscuit salé au fromage, qui contenait le même cheddar du Wisconsin que l'armée mettait dans ses produits déshydratés. Cette poussière de fromage a une histoire sérieuse !

7. Il existe même des cosmétiques Cheetos.

Poudre bronzante Cheetos ? C'est la seule chose assez ridicule pour l'emporter sur leur parfum. D'ailleurs, qui voudrait que son visage soit orange ? Image: tinapoblador / Instagram

Euh, c'est une blague. Ou est-ce? Bien qu'il ne soit plus disponible sur le site Web de Cheetos, une poudre bronzante et un parfum ont été commercialisés et vendus en ligne pendant la saison des vacances 2016. La poudre bronzante était crémeuse et orange, mais malheureusement, n'avait pas le goût ni l'odeur du fromage.

Cependant, le parfum aurait contenu des huiles de fromage extraites à la main, il semble donc que le nom Cheeteau était juste dans la bonne direction !

8. C'est le travail de quelqu'un de manger des Cheetos tous les jours.

Je me porte volontaire en hommage. Image : Mike Mozart / Flickr

Il faut 19 minutes pour fabriquer un sac de Cheetos, et toutes les demi-heures, les laboratoires internes des installations de Frito-Lay étudient la composition chimique des poufs au fromage tirés de la chaîne de production.

Après cela, un panel de contrôle qualité inspecte et goûte les collations toutes les quatre heures, en les comparant aux échantillons du siège de l'entreprise.

9. L'assaisonnement au fromage contient 12 ingrédients.

L'ignorance est le bonheur. Image : Mike Mozart / Flickr

Vous mettez beaucoup plus que du fromage dans votre bouche, vous savez. La semoule de maïs enrichie est frite puis roulée dans cette poudre de fromage si délicieuse, qui contient du lactosérum, du jaune 6, de l'acide lactique, de l'acide citrique, de l'huile végétale, de la vitamine B, du sucre, du sel et du MSG, entre autres. Mmmmm.

10. Un Cheeto en forme de Harambe le gorille s'est vendu près de 100 000 $ sur eBay.

Une représentation presque exacte. Image : eBay

Classé sous : Totalement aléatoire. Comme vous vous en souvenez peut-être, Harambe le gorille a été tué l'année dernière au zoo de Cincinnati, et un vendeur eBay a apparemment décidé de capitaliser sur la mort tragique du primate.


Promotion spéciale sur les baumes à lèvres K & EOS

Spécial k® a du mal à rester pertinent ces jours-ci alors que les milléniaux et la plupart de la population sont de plus en plus éduqués sur la nutrition. Ainsi, le partenariat avec la marque à la mode EOS® (un baume à lèvres biologique et riche en antioxydants certifié par l'USDA) était un moyen intelligent de se connecter avec les consommateurs et de proposer aux acheteurs une offre délicieusement rafraîchissante qu'ils ne trouveront nulle part ailleurs. Le partenariat comprenait 3 offres différentes, des emballages, des présentoirs, des bannières FSI et Web. L'une des offres était une chance d'obtenir une édition limitée gratuite Spécial k® Baume à Lèvres Fruits Rouges EOS®,


La plupart des gens aiment l'odeur de la pizza, mais ils n'aiment pas l'odeur de la pizza. Pizza Hut l'a ignoré en 2012 lorsqu'il a lancé son propre parfum de marque au Canada.

Initialement, l'eau de Cologne n'a été envoyée qu'à 100 fans de la page Facebook de Pizza Hut Canada, selon le Huffington Post. Cependant, l'année suivante, la chaîne de restauration rapide a réédité le parfum dans le cadre d'une promotion pour la Saint-Valentin.

"L'Eau de Pizza Hut est l'un des parfums les plus recherchés et les plus rares disponibles", a déclaré le directeur marketing de Pizza Hut, Kurt Kane, dans un communiqué de presse à l'époque.


L'arôme du succès entoure l'ail : un festival culinaire laisse de nombreux participants à bout de souffle

À l'intérieur de la maison d'édition de livres de cuisine souvent malodorante se trouvent des affiches murales et des hommages décalés à Allium sativum ou l'ail, un membre de la famille des lys annoncé dans le folklore comme magique, mystique et médicinal.

Le bâtiment en blocs de ciment à côté du Alice Water's Cafe Fanny et flanqué de rangées de maisons abandonnées est également le siège des 4 500 membres des Lovers of the Stinking Rose, fervents partisans de la manie de l'ail.

Lloyd John Harris, qui a secoué le monde culinaire avec son « Livre de l'ail » haletant et enthousiaste en 1974 et qui édite le bulletin d'information du fan club Garlic Times, dit qu'il peut sentir une grande révolution de l'ail se répandre dans le monde.

"Je reçois tout le temps du courrier de personnes avouant leur profond attachement à l'ail", a déclaré Harris, qui a depuis publié "The Official Garlic Lovers Handbook" et qui imprime de nombreux poèmes, louanges et recettes dans les newsletters et les livres. "Certaines lettres sont très drôles et d'autres très sérieuses."

Harris, qui a déjà mené un boycott national par les amateurs d'ail contre les produits de bain de bouche, a ouvert une galerie d'ail près de sa cuisine d'essai. La galerie comprend des objets tels que des céramiques en forme de clou de girofle, de la gomme à l'ail, du parfum à l'ail, des comprimés réparateurs à l'ail et des presses à ail, des souvenirs, des blagues et des affiches. Artiste, Harris a également sculpté plusieurs pipes en forme d'ail.

"Ce que je recherche, ce sont des choses vraiment drôles ou vraiment sérieuses, comme le chewing-gum à l'ail", a déclaré Harris, dont la défense de l'herbe lui a valu le surnom de M. Garlic. « Il y a beaucoup de déchets fabriqués comme des fous maintenant en raison du succès d'événements comme le Gilroy Garlic Festival. »

L'événement de Gilroy, en Californie, inspiré d'un festival à Arleux, en France, a eu lieu fin juillet et a attiré environ 140 000 personnes à un événement de trois jours qui a présenté une « ruelle gastronomique » de plats à l'ail et des échantillons gratuits de glace à l'ail . Les chiffres de l'industrie de l'auto-proclamée «Capitale mondiale de l'ail» disent que 200 millions de livres de l'herbe piquante sont maintenant cultivées aux États-Unis.

Harris a aidé à lancer l'événement Gilroy et est impliqué dans plusieurs petits festivals qui ont vu le jour dans des endroits tels que Seattle, Fort Lauderdale, Floride, Fitchburg, Mass. et Toronto.

"C'est un merveilleux rituel culinaire et partout où l'ail est cultivé dans le monde, il y a des festivals", a déclaré Harris. « Donc, il semble que partout où il est cultivé aux États-Unis, il devrait y avoir des festivals de récolte. »

Le livre original sur l'ail, dont plus de 120 000 exemplaires ont été vendus, reste la pierre angulaire de l'entreprise d'édition de Harris, spécialisée dans les livres passionnés à sujet unique sur la nourriture.

"L'idée derrière Aris Books est que ce serait un forum pour d'autres personnes comme moi dont les passions culinaires pourraient être traduites par l'écrit plutôt que simplement dirigées par la cuisine."

Parmi ces livres, l'un des premiers était "The International Squid Cookbook", qui, selon Harris, était comme écrire sur "l'ail de la mer parce qu'il présentait le même genre d'image négative que positive". Un autre favori, a déclaré Harris, était "Mythologie et boulettes de viande", un voyage littéraire sur une île grecque mettant l'accent sur les gens et la nourriture. Une offre récente provient de la Société mycologique de San Francisco et s'intitule « Wild About Mushrooms ».

Harris essaie toutes les recettes des livres qu'il publie dans sa cuisine d'essai.

"Nous créons une atmosphère, évidemment, où les mots et la nourriture peuvent se rencontrer", a déclaré Harris, qui a construit un catalogue de 25 titres vendus par correspondance et dans les magasins d'alimentation gastronomique et spécialisée.

Bien que Harris ait parfois essayé de se débarrasser de son personnage d'ail pour devenir plus sérieux au sujet de l'aspect édition de son entreprise, il continue d'être attiré par l'herbe qui, selon lui, a survécu à travers les âges malgré la dérision et le mépris de la plupart des gens de la classe supérieure qui n'ont pas pas comme l'arôme terreux et piquant qu'il laissait dans leur haleine.

"Les paysans de tous les pays où ils cultivent de l'ail mangent de l'ail", a déclaré Harris. « C’est une nourriture paysanne et une nourriture paysanne. Au fur et à mesure que vous montez dans l'échelle sociale, vous trouvez des gens qui rejettent les éléments qui les identifieraient aux classes inférieures, de sorte que les implications sociales de la consommation d'ail sont l'un des aspects fascinants de son histoire.

Même les Américains qui aiment l'ail, a déclaré Harris, enlèvent souvent la gousse avant de servir la nourriture, un acte qui s'apparente à une hérésie. Heureusement, a-t-il dit, cela se produit moins en raison de l'accent mis sur les herbes, les épices et la cuisine régionale dans les cercles de cuisine.

«Ce que nous appelons la nouvelle cuisine américaine est un changement de la cuisine gastronomique, qui vient de l'élite européenne, et un retour vers les aliments des gens simplement préparés et très épicés. C'est ça la cuisine régionale.

Alice Waters, dont le restaurant quatre étoiles Chez Panisse à Berkeley a participé aux festivals annuels de l'ail local ces dernières années, a déclaré que la présence de l'ampoule omniprésente au menu est devenue si populaire qu'elle a dû l'ajouter aux desserts.

"Vous ne pouvez pas ignorer l'ail, soit vous mangez de l'ail, soit vous le laissez tranquille", a-t-elle déclaré, ajoutant que les gens viennent à Berkeley de toute la Californie pour participer aux fêtes annuelles de la "frénésie de l'ail" organisées par une demi-douzaine de restaurants.

Harris dit que l'ail est un aliment « amusant, amusant et fondamental » qui se divise en trois catégories : les herbes, les épices et les légumes.

"L'ail inspire un esprit festif, crée un sentiment d'enracinement et unit les gens dans un esprit de camaraderie", a déclaré Harris. "L'ail est la base de la meilleure cuisine du monde - il y a très peu d'exceptions - et est l'un des aliments les plus écrits sur le sujet."

Au cours de l'âge des ténèbres, l'ail est tombé en discrédit, bien que les prêtres français aient affirmé que manger le clou de girofle les gardait régulièrement à l'abri des fléaux qui balayaient alors le continent. De l'ail tressé était également accroché autour des portes et des fenêtres des maisons pour protéger les habitants contre les vampires. Les légionnaires romains utilisaient de l'ail mélangé à de la coriandre comme aphrodisiaque.

Harris a déclaré que l'ail est un aliment complexe riche en minéraux et riche en composés soufrés et en sélénium, une substance qui aide à normaliser la pression artérielle. Cependant, la recherche n'est toujours pas concluante sur bon nombre de ses allégations curatives. En tant qu'aliment, l'ail peut être cuit au four, grillé, sauté ou bouilli, ce qui, selon Harris, améliore ses saveurs variétales subtiles et ses pouvoirs curatifs.


Où Gauguin est venu pour la douceur et la lumière

Paul Gauguin a eu la chance d'avoir Madame Marie-Jeanne Gloanec comme logeuse lorsqu'il a vécu par intermittence dans sa modeste pension dans cette petite ville du sud de la Bretagne entre 1886 et 1896.

À une occasion, elle a même eu la gentillesse de prendre l'une de ses peintures en paiement de la planche qu'il ne pouvait pas payer.

Madame Gloanec, cependant, était plus bienfaitrice qu'amatrice d'art. Elle a bientôt fait un paillasson de la peinture de Gauguin.

Gauguin et d'autres membres de l'école de Pont-Aven (Pierre Bonnard, Emile Bernard, Maurice Denis, Paul Sérusier) ont été attirés ici par la merveilleuse lumière bretonne, le jaune éclatant des ajoncs et les scènes pastorales du Bois d'Amour (« Bois d'Amour » ) proche.

Pont-Aven avait une telle attirance pour Gauguin qu'il y revint quatre fois, trois de Tahiti et une fois d'Arles et sa relation tumultueuse avec Vincent van Gogh.

La rivière Aven se jette dans un estuaire sur l'océan Atlantique, conduisant autrefois de nombreux moulins à farine le long du chemin. Tellement nombreux que Pont-Aven est devenu la ville des « 14 moulins et 15 maisons ».

Bien que Madame Gloanec ne connaisse peut-être pas grand-chose à l'art, elle en savait assez sur les affaires et a finalement construit un grand hôtel sur la place principale.

Accès : Air France dessert Paris sans escale. American, Pan Am, TWA, Delta, Continental et une poignée de transporteurs étrangers offrent un service avec des arrêts et des changements. Air Inter vous transportera de Paris à Quimper ou Lorient en une heure, tous deux à 35 km de Pont-Aven.

Un billet aller-retour LAX-Paris coûte entre 890 $ et 940 $ US, en fonction de l'achat à l'avance, du mois et du jour de la semaine de vol. Air Inter facture 148 $ l'aller simple pour le trajet Paris-Quimper ou Lorient.

Les chemins de fer nationaux français (appelez le (213) 451-5150) ont une variété de laissez-passer ferroviaires pour voyager dans toute la France. Quimperle (neuf milles) est la gare la plus proche de Pont-Aven.

Combien de temps/combien : Accordez plusieurs jours à Pont-Aven et la campagne environnante. Les frais d'hébergement sont modérés, les repas de modérés à élevés.

Quelques faits rapides : Le franc s'est récemment vendu à 5,05 pour un dollar, soit environ 20 cents chacun. Les meilleurs moments pour visiter sont mai-juin (quand les fleurs sont belles) et septembre-octobre pour le feuillage et l'absence de foule.

S'installer : L'Hôtel des Ajoncs d'Or (1 Place de l'Hôtel de Ville 38 $ à 46 $ en occupation double), du nom des fleurs d'ajoncs jaunes, se trouve sur la place du village. Alors que les chambres sont petites, les salles de bain sont étincelantes et la nouvelle aile dispose de pièces lumineuses toutes en bleu de Delft.

Prenez votre petit déjeuner dans une salle ensoleillée ou sur la terrasse fleurie. Le tarif est généralement un choix de crêpes bretonnes ou des croissants et brioches habituels.

Le Moulin de Rosmadec (juste à côté de la rue principale 84 $ en occupation double) est un moulin du XVe siècle sur un petit ruisseau qui coule entre l'hôtel et son restaurant dans le plus beau cadre de la ville.

Les chambres sont grandes, lumineuses et décorées avec des antiquités et beaucoup de charme. Il y a un sentiment d'élégance et la patine du temps dans tout le moulin, mais seulement cinq chambres, alors réservez bien à l'avance.

L'hôtel Roz-Aven (sur la rivière au port 56 $-96 $ en occupation double) est un autre charmeur de pierre bretonne chaleureuse qui date du 18e siècle. Choisissez parmi des chambres de style traditionnel (une avec poutres anciennes et boiseries) ou de style relativement moderne.

Bien qu'un petit-déjeuner breton composé de crêpes soit le seul repas servi, il est prévu qu'une salle à manger avec des spécialités de fruits de mer soit ouverte plus tard cet été.

Gastronomie régionale : Vous n'irez pas loin en Bretagne sans tomber sur des crêpes, qu'elles soient fines à base de farine blanche ou légèrement plus épaisses galette fait de sarrasin. Le type mince est toujours servi avec une garniture sucrée de confitures, de baies, de miel ou de liqueurs, tandis que galette pourrait être farci de n'importe quoi dans la cuisine, des champignons au ragoût de gibier. Tous deux très addictifs, surtout lorsqu'ils sont servis, une coutume locale, avec le cidre de la région.

La cuisine bretonne, à part les crêpes et les fruits de mer, est généralement peu appréciée des autres Français, étant considérée au mieux comme rustique. Cependant, nous avons trouvé des plats intéressants et imaginatifs partout.

Le seul vin de Bretagne remarquable est le muscadet, qui viennent du bord de la Loire près de Nantes. La Loire muscadets et sont légers, demi-sec, au parfum miellé, ont une saveur de noix et se marient très bien avec les fruits de mer abondants de la région.

Bonne cuisine locale : Le restaurant du Moulin de Rosmadec, arborant une étoile Michelin, est l'endroit le plus beau et le plus romantique de la ville. Le bar est une œuvre d'art, avec des décorations de rubans de bérets d'unités militaires françaises des guerres passées. Une immense cheminée, des poutres anciennes, des pots en cuivre, des fleurs fraîches et une variété d'antiquités ajoutent au charme du moulin.

Les repas vont de 22 $ à 48 $ et proposent des huîtres Belon, de l'agneau estragon , sole dans une sauce au champagne et plusieurs desserts alléchants. Les clients peuvent dîner à l'extérieur dans un jardin fleuri à côté du ruisseau du moulin.

La salle à manger de l'Hôtel des Ajoncs d'Or est beaucoup plus simple dans son décor, mais la poterie colorée et le bar en bois lui donnent un certain style et élan. Un menu à 15 $ ici peut inclure une soupe de poisson, des moules ou six huîtres, suivie d'un plat principal de steak ou de poisson, puis d'une salade et d'un dessert.

Chez Candide (sur la rue principale) est un crêperie dans l'un des bâtiments les plus anciens de la ville, avec de lourdes tables et bancs en bois sombre. Essayez son jambon ou son fromage galette pour 2 $, ou shootez les œuvres avec une crêpe banane, chocolat et crème fouettée pour 4,50 $.

Aller en première classe: Château de Locguenole (23 miles à Hennebont 119 $-232 $ en occupation double) est un manoir baronnial qui appartient à la famille de la propriétaire Madame Alyette de la Sablière depuis plus de cinq siècles. La cuisine a deux étoiles Michelin, que le restaurant possède depuis 16 ans.

Des tapisseries d'Aubusson de 30 pieds sur les murs de la salle à manger, des meubles d'époque, des portraits de famille, une immense piscine et une vaste pelouse bordée d'arbres majestueux qui descendent jusqu'à la rivière.

La nourriture et le service superbes dans la salle à manger du château coûtent 62 $ par personne, et la carte des vins est formidable.

En solo : Premier arrêt au Musée de Pont-Aven sur la place principale. Ne manquez pas la courte présentation audiovisuelle sur le passé de la ville et les artistes de l'école de Pont-Aven. Il y a des photographies de Gauguin et de la vieille ville, ainsi qu'une impressionnante sélection d'œuvres d'art.

En se promenant dans la ville, les visiteurs passeront devant plusieurs des anciens moulins, d'innombrables galeries d'art et boutiques proposant de belles sélections de belles céramiques bretonnes.

Marchez ou conduisez jusqu'au Bois d'Amour, en notant les panneaux qui identifient les endroits qui ont inspiré les peintres.

Près du Bois se trouve une ravissante chapelle campagnarde du XVIe siècle. A l'intérieur simple, il abrite une statue du Christ en bois qui fut le modèle du Christ jaune de Gauguin.

Il y a un endroit parfait pour un pique-nique près de la chapelle, alors faites le plein de nourriture et de vin avant votre randonnée.

Pour plus d'informations : Appelez l'Office National du Tourisme au (213) 271-6665 ou écrivez (9454 Wilshire, Suite 303, Beverly Hills 90212) pour une brochure sur la Bretagne, les hôtels de la région, ainsi qu'une carte présentant les points d'intérêt du nord-ouest La France.


Parfum Bic

Autre cas d'aventure d'une marque qui a échoué, Bic a lancé un parfum en 1989. Tout dans l'image de marque du produit était excellent, de l'emballage au prix abordable. Les consommateurs n'ont cependant pas été impressionnés par le parfum et Bic a dû arrêter la production au bout d'un an seulement. Ils ont enregistré une perte estimée à 11 millions de dollars.

Parfum Bic


Munchpak (Mini)

  • Prix: 13,95 $/Mo & amp Livraison GRATUITE aux États-Unis/Expédition accélérée pour 3,95 $
  • Coupon: 5 $ de rabais avec l'inscription à la newsletter (8,95 $)
  • Date d'expédition : 24 heures après la 1ère commande / date de commande par la suite
  • Pays expédiés vers : États-Unis et certains internationaux
  • Programme de parrainage : OUI
  • Programme de récompenses : NON
  • Comment mettre fin aux options : Annuler / Suspendre
  • Type de produit: Nourriture

Pièce feuilletée : Quelle marque fabrique la feuilletée au fromage idéale ?

Lorsque j'ai commencé à penser au feuilleté au fromage idéal, mes recherches m'ont conduit à une excellente ressource : cette vidéo succincte, qui explique non seulement comment les feuilletés au fromage sont fabriqués, mais aussi les différences entre eux. Une bouffée est une pâte de semoule de maïs extrudée qui gonfle au contact de l'air. Les collations au fromage plus croustillantes ressemblant à des clubs (celles que vous trouverez généralement dans des sacs à portion individuelle) sont soumises à un processus d'étirement qui élimine l'excès d'air lors de son extrusion, d'où moins de poches. La poudre aromatisante est saupoudrée dans un gobelet, et le résultat est un en-cas bien trop convaincant.

Je considère les bouffées de fromage comme une collation à trois plats. Le premier cours est le traditionnel « mâcher et avaler » d'une bouffée, un trait partagé avec la plupart des aliments solides. Le deuxième cours est constitué des restes de bouffées hydratées qui se logent dans les dents, nécessitant généralement un objet long et fin pour aider à extraire. Le troisième plat (dessert?) Trois étapes différentes, trois textures différentes, trois présentations différentes, le tout dans une seule collation, convaincante, en effet !

Ce ne sont pas seulement ces plats qui dictent une bouffée de fromage idéale. Je considérerais les critères suivants :

  • Saveur: C'est une évidence, mais une bouffée doit avoir bon goût. Pour une bouffée de fromage, il devrait y avoir une saveur et une netteté modérées. Même s'il y a une saveur partenaire, le fromage doit être la star.
  • Texture: Cela inclut à la fois la densité de la bouffée, ainsi que la consistance de la structure. Une bouffée dense est moins satisfaisante qu'une bouffée plus aérée, et une bouffée lisse et aérée est proche de la perfection. Une fois mâché, il ne devrait pas y avoir beaucoup de résistance - pensez à la craie sur le béton.
  • Dissolution: En ce qui concerne la texture, une bouffée devrait fondre dans votre bouche en une bouillie détrempée avec un minimum d'effort. La bouillie restante devrait avoir une saveur de fromage plus concentrée que la bouffée sèche que vous mettez dans votre bouche.
  • Adhérence dentaire : C'est le seul cours qui est assez insatisfaisant car il n'y a pas de notes de saveur uniques, donc moins ça colle, mieux c'est.
  • Résidus de doigt : La poussière résiduelle de tremper vos doigts dans un sac ou un bol de bouffées est une caractéristique, pas un insecte, et une partie du plaisir de cette collation particulière. C'est un plaisir enfantin de gratter les résidus avec vos dents, surtout quand vous n'êtes pas en compagnie des autres. Plus on est de fous, dis-je. Le goût devrait à nouveau être une version concentrée de la bouffée globale.

J'ai cherché à examiner un échantillon de choux au fromage du marché de masse pour voir comment ils se comparaient à ces critères. Bien qu'aucun système de points n'ait été développé, j'ai reconnu ceux qui avaient les poches les plus prototypiques et qui avaient également bon goût. Les résultats ci-dessous sont présentés par ordre alphabétique.

Soufflés au cheddar blanc Boomchickapop d'Angie's

Ces bouffées cuites au four avaient une consistance prise entre une bouffée et une boule de fromage. La bouffée mâchée collait davantage à l'extérieur des dents, la seule marque qui provoquait cette sensation. Lorsqu'elle n'est pas mâchée dans la bouche, la bouffée se transforme très rapidement en bouillie. La poussière de doigt avait un goût de cheddar blanc beaucoup plus concentré que la bouffée elle-même. Cependant, vous deviez pratiquement plisser les yeux pour discerner la saveur de fromage sur la bouffée de maïs sans saveur. Outre la belle texture, il n'y a pas grand-chose d'autre à souligner.

Sourires au fromage et au cheddar biologique d'Annie's Homegrown

Les sourires cuits au four d'Annie avaient une arche plus prononcée que certaines des autres marques, mais ils avaient également une fermeté uniforme qui frôlait la consistance d'une cacahuète. Il y avait beaucoup de dents collantes, mais presque aucun résidu de doigt. Côté saveur, il était difficile de cerner les notes de cheddar. Dans l'ensemble, ceux-ci étaient assez décevants. J'ai peut-être retourné l'un d'entre eux et fait un froncement de sourcils ringard pour moi-même.

Bouffées de Cheetos

Ce sont les choux au fromage de Vegas Strip. Par rapport à tous les autres échantillonnés, ceux-ci ont été amplifiés dans presque tous les attributs. Ceux-ci étaient les plus grands en taille. Dense, mais pas en polystyrène, les bouffées se coincent très facilement dans les dents, nécessitant un effort décent pour se déloger. Mes doigts étaient recouverts de poussière de Cheeto, de loin la plupart des bouffées. Et la saveur ouvertement acidulée était difficile à classer comme du fromage. Comme la couleur orange fluorescente caractéristique, cette sensation gustative est un attribut présenté uniquement dans le Cheeto. Si vous aimez vos bouffées bruyantes, il n'y a pas de meilleur choix.

Curls de fromage aromatisé BAR-B-Q Sweet Heat de Herr's Stubb's

Ceux-ci avaient la meilleure texture. Léger et aéré, il y avait un gonflement uniforme qui encourageait le grignotage prolongé. L'adhérence des dents était minime, mais les résidus de doigts étaient abondants. Ce qui restait sur les doigts était une poudre sucrée teintée de cayenne avec peu de fromage ou de piquant. Faire fondre la bouffée en bouche accentuait les saveurs de chaleur. Bien qu'il s'agisse plutôt d'une bouffée de bar-b-q, ceux-ci étaient vraiment délicieux. Je les recommande fortement pour la texture et la saveur, mais je ne peux pas en toute conscience dire que ce sont de bons du fromage bouffée, ils reçoivent donc une mention honorable.

Bouffées de cheddar blanc vieilli Pirate's Booty

C'est la collation officielle de la parentalité en banlieue du 21e siècle. Cuits au four et non frits, ils sont souvent perçus comme une collation en sac plus saine que les autres alternatives de chips et de croustillants. Cette recette contient du riz mélangé à la semoule de maïs, ce qui a laissé des éléments légèrement déchiquetés dans la bouffée. Seule forme de pépite échantillonnée, celle-ci a été l'une des plus rapides à se dissoudre en bouche. Le cheddar blanc vieilli était un descripteur précis, avec une saveur de fromage plus modérée. Pris dans le contexte avec d'autres, il a un revêtement un peu plus fort. Les doigts ont développé un enrobage blanc aussi bon que la bouffée. Bien qu'il ne soit pas étonnant dans aucun domaine, Pirate's Booty a obtenu des notes moyennes à élevées dans tous les domaines.

Planters Cheez Balls

Quand j'étais préadolescent, nous en recevions des boîtes comme cadeaux de Noël de mes grands-parents. J'étais sentimentalement en faveur de ceux-ci, mais ils n'ont pas offert l'expérience globale de la bouffée. Petits et durs, ceux-ci croquaient plus que les autres. J'aspirais à plus de revêtement au doigt, ce que j'ai obtenu était bien, mais la saveur ne semblait tout simplement pas se faire sentir. La plus petite taille a entraîné la dissolution la plus rapide dans la bouche. En termes de couleur, c'était le genre d'orange vif que vous trouveriez plus tôt sur les chaussures de course que sur la nourriture. Moi, huit ans, j'adorerais ça, tout comme mes enfants y ont afflué pendant les tests. Pour être juste, mes enfants ont afflué vers toutes les variétés, mais cette boîte avait disparu à la fin de la journée. La taille, la couleur et le plaisir de manger de la boîte les ont le plus attirés.

Cheddar blanc soufflé Simply Cheetos

Celles-ci étaient plus longues et plus fines que toutes les autres bouffées, avec encore une fois une texture dense. La bouffée collait aux dents, mais pratiquement aucune poudre n'adhérait aux doigts. J'ai eu du mal à les dissoudre et, malheureusement, il n'y avait pas beaucoup de saveur à savourer après coup. Le sac sentait le plus aigre des cépages de cheddar blanc, et l'assaisonnement aurait pu utiliser un peu de sel. Il existe tout simplement de meilleures alternatives au cheddar blanc.

Whole Foods 365 soufflés au fromage

Semblables aux boucles de Herr, celles-ci avaient une texture uniformément idéale qui n'était pas trop poreuse. Le résidu de bouffée avait le moins d'adhérence, il n'a pas élu domicile dans les dents, ce qui était surprenant. Une quantité acceptable de résidus de doigts est restée après quelques bouffées, et c'était bon, avec une saveur de cheddar très vive et piquante. Ils ont mis du temps à se dissoudre dans ma bouche, et quand ils l'ont fait, cela a concentré encore plus le fromage piquant. Ceux-ci vaudraient à nouveau la peine d'être achetés, et ils se sont représentés avec précision comme des choux au fromage.

Conclusion

Je n'avais pas prévu autant de variance que j'en ai trouvé entre toutes les bouffées. Sur le plan de la texture, ils étaient des nuances de gris, seuls les Cheetos et Annie étaient trop denses. Les offres Pirate's Booty et Whole Foods avaient les saveurs les plus proches du vrai fromage, tandis que les Cheetos et les Planters étaient audacieusement aromatisés mais moins ringards. Les bouffées du Herr étaient de la dynamite, mais encore une fois, il n'y avait pas assez de saveur de fromage pour les considérer comme un pair des autres échantillonnés. Franchement je m'attendais à plus de résidus, mais à part les Cheetos et les Herr's ce n'était pas très prononcé sur les autres bouffées.

Gagnant : Aliments entiers 365

Finaliste : Butin de pirate

Mention honorable : Herr's

Nick Leggin est un professionnel de la technologie, écrivain, passionné de croustilles et ancien participant à un jeu télévisé.


Doolin, Charles Elmer [C. E.] (1903&ndash1959)

Charles Elmer Doolin, fondateur de la Frito Company, homme d'affaires, inventeur, agriculteur et membre du conseil d'administration, est né le 10 janvier 1903 à Kansas City, Kansas. Il était le fils de Charles Bernard Doolin et Daisy Dean (Stephenson) Doolin. Quand il était un petit enfant, la famille a déménagé à San Antonio. C. E. Doolin graduated from Brackenridge High School. He married Faye Floree Richards in 1928, and their son Ronald Elmer Doolin was born in 1929. The marriage ended in 1941, and Doolin was awarded custody of Ronald.

Doolin’s father, C. B. Doolin, was an engineer who invented a laminated fabric for tire casings (this may have been the precursor of the steel belt in steel-belted tires) and a mechanical oil can for automotive oil, among other things. He taught both of his sons (Charles Elmer Doolin and Earl Bernard Doolin) about mechanical engineering and about writing patent applications for their inventions. As a teenager, C. E. Doolin worked in his father’s auto repair garage/tire shop. He later used this early training to teach his sales force how to get more wear out of their tires. The family also owned the Highland Park Confectionary in San Antonio, and it was at the confectionary that the Frito corn chip was born.

Ice cream sold at the confectionary wasn’t as creamy at it had been because the two companies who made it, Mistletoe Ice Cream and Dairyland, were engaging in a price war, and Doolin was looking for a new treat in order to diversify. On July 10, 1932, he responded to an ad in the San Antonio Express. The ad, placed by Gustavo Olguin, listed for sale an original recipe for fried corn chips along with an adapted potato ricer and nineteen retail accounts. Doolin sampled the chips at Olguin’s store. He liked them and bought the small business venture for $100. He began to manufacture the chips in his mother’s kitchen with the help of his father, mother, and brother Earl.

At first the family made corn chips using Olguin’s adapted potato ricer and premade masa (corn dough) that they bought in bulk from a tortilla factory across town. They thinned the masa and extruded it through slots cut in the bottom plate of the ricer, then snipped the extruded ribbons of masa straight into boiling oil. They named their corn chips Fritos and chartered the Frito Company in September of 1932. In 1933 C. E. Doolin applied for a patent for a “hammer press” to mass produce the chips.

Thanks to Doolin’s enterprising spirit, wide-ranging interests, and attention to detail, the company quickly expanded. By 1947 it had five manufacturing plants, including offices and a plant on the West Coast, and franchises all around the country, and it had expanded to include many new snack foods like roasted peanuts, peanut butter crackers, potato chips, and fried pork skins.

C. E. Doolin came up with many innovations that are taken for granted as standard business practices today. These include his “store-door” delivery policy, which involved company salesmen stocking the product directly onto the shelves, and which he staunchly defended to grocery store managers who wanted to stock the shelves themselves. He pioneered the engineering of sales routes to assure that salesmen had adequate time for product servicing as well as their usual sales activities, and he was a leader in the area of research and development, investing substantially in research to improve performance of raw materials, manufacturing processes, and packaging. He also had the idea for clip-racks, which displayed fresh products within easy reach of customers, and he instructed his newly-minted marketing department to create signage, tear-sheets printed with Fritos-ingredient recipes, and seasonal and other grocery store displays (such as the stuffed “Frito Kid” model who rotated on a regular basis from store to store). In his travels he frequently made roadside stops to collect examples of effective or innovative advertising he frequently brought examples back to the Fritos marketing department.

Doolin had a reputation for fairness and generosity toward his employees. He considered— and called— them collectively the “Frito Family,” and he sold them discounted company shares, gave them sizeable pensions, and often personally presented them with rewards for excellence or years of service. He mingled with his employees and invited them to socialize with each other regularly at holiday parties and other celebrations.

The Frito Company purchased Champion Chili in 1952 and purchased controlling interest in Texas Tavern (which made bean dip, among other things) in 1956. The business of both canned food companies became the new Champion Foods Division of the Frito Company. (In 1962 Champion Foods became Austex Food Division.) C. E. Doolin had numerous plans for his newly-purchased canned food. He opened an experimental fast-food stand called Tango Dairy Mart, which served Mexican-inspired canned foods like chili, tamales, enchiladas, and bean dip, and became one of the first Tex-Mex fast food places in the country. It was also the first place in Dallas to have a microwave, known back then as a radarange. Doolin diversified into other fast food enterprises, buying Dixie Enterprises, which owned Pigstands—fast food places that served barbecue sandwiches and sold bags of Fritos on the counter attached to clip-racks —and Cheesesteak of Texas. He invented cup-shaped fried tortilla shells, called Ta-cups, and served them in the Tango Dairy Mart, Pigstands, and Cheesesteaks, because fold-over fried shells, or “walking tacos,” broke when customers bit into them.

Doolin was an early investor in Disneyland, which opened in 1955, and built Casa de Fritos Restaurant in the amusement park. Casa de Fritos was first located across from the steamboat ride in ‘Main Street’ and later moved to a larger lot across from the exit to the jungle ride in Frontierland. At the restaurant they served the company’s canned Mexican-inspired foods and had a mechanical Frito Kid who talked, rolled his eyes, licked his lips, and dispensed small bags of Fritos.

In 1945 Doolin married Mary Kathryn Coleman. They had five children: Charles, Earl, Kaleta, Willadean, and Patrick Daniel. In 1980 Patrick Daniel was killed in an auto accident at the age of twenty-three.

Doolin was a follower of Dr. Herbert Shelton, an advocate of “natural hygiene,” an early system of alternative health practices. Doolin had an avid interest in what today is called health food and in the wholesomeness of the food his company manufactured.

C. E. Doolin was a master entrepreneur and had numerous business interests. With the help of an agronomist, he worked on hybridizing to create corn with the perfect flavor and texture for his corn chips. He was also involved in improving the oil the company used for frying. He was one of the first importers of sesame oil and grew corn, soybean, safflower, and sesame crops for the health food market and for his vegetable oil blend. He was involved in developing, selling, and finding new uses for cold-rolled sesame oil, and he designed recipes for and made sesame candy for the health food market.

He owned “Frito Farms” located throughout Texas. The farms were in Ellis County (near Midlothian) Denton County (near Lewisville) Guadalupe County (500 acres near Seguin) Grayson County (near Tioga) Atascosa County (near Poteet) and Dimmit County (1,200 acres near Big Wells). In an interview Doolin said, “The motivating factor for establishing the farms was cultivation of the soil, for from good soil grows good corn.” His interest in fostering a healthy environment led him to seek advice from the Texas Department of Agriculture about crop rotation, composting, and soil conservation, and to conduct experiments in these areas. The farms were also used to develop products for his businesses, to raise cattle and hogs, and to test his experimental animal feed on his own livestock. He also crossbred Brangus cattle and experimented with developing hog and cattle feeds from his own industrial waste byproducts, such as potato skins and stale chips, and from agricultural waste products such as ground mesquite trees, sesame hulls, and corn stalks.

Doolin was a member of the Southwest Agricultural Institute. He was on the board of trustees of the Texas Research Foundation (the foundation developed TRF-3, a corn hybrid used in Fritos). He was a board member of Texas Bank and Trust Company, Liberty Mutual Insurance Company, Natural Food Associates (an organization to promote the growing and use of better foods from living soil), and American Natural Hygiene Society. He was a member of Texas Livestock Marketing Association of Fort Worth, San Antonio Inventors Association (charter member June 26, 1956), Dallas Athletic Club, Société des Gentilshommes Chefs de Cuisine, and National Food Distributors Association (Chicago). He was a trustee of the Dallas Museum of Fine Arts and committeeman of the Boy Scouts of America (Pack 579). He also belonged to the Amarillo Chamber of Commerce and was a sponsor member of the Dallas Council on World Affairs.

The Frito Company became publically traded in 1953. C. E. Doolin served as president of the company until June 10, 1959, when he became the chairman of the board. His leadership had changed a small kitchen-operated business into a leader in the snack food industry.

C. E. Doolin died of a heart attack on July 22, 1959, in Baylor Hospital in Dallas. He was fifty-six. He was buried in Restland Abbey (now Restland Memorial Park) in Dallas. At the time of his death the Frito Company employed 3,500 people and produced products throughout the nation and in foreign countries, with sales at an annual rate of $60 million. In 1961 the company merged with H. W. Lay and Company and became Frito-Lay.