Nouvelles recettes

Une lettre ouverte au père Noël : ma liste de souhaits de voyage 2014

Une lettre ouverte au père Noël : ma liste de souhaits de voyage 2014

Cher Père Noël,

À cette époque de l'année, je vois des tonnes de clubs _______ du mois annoncés. Il y a absolument un club pour tous les goûts : Bacon, cigare, friandises pour chiens, glaces, PB&J, vin, salsa, ours en peluche, fleur, huile d'olive, et même un club petit-déjeuner, qui fait rire cet enfant des années 80. Sérieusement, j'ai vu à peu près tout ce qu'une personne peut imaginer.

La seule chose que je n'ai pas trouvée, c'est un club de voyage, un club de voyage du mois. Ce serait certainement le cadeau de mes rêves. Ne serait-il pas excitant de savoir chaque mois que vous auriez déjà prévu un voyage ? Une taille ne convient pas à tous, alors évidemment, cela devrait être un cadeau personnalisable. Alors pour vous faciliter la tâche, Père Noël {ou n'importe qui d'autre}, voici ma liste de souhaits pour le club du voyage du mois 2014 actuellement inexistant.

janvier

Crédit

J'ai commencé mon année de voyage épique 2013 avec une courte pause à New York, donc je pense qu'il est seulement approprié de commencer 2014 avec un voyage dans une autre de mes villes préférées : Paris. C'est un endroit que j'ai visité deux fois, et je ne peux pas en avoir assez. J'ai tendance à penser que le Père Noël m'a apporté un cadeau de Noël en avance lorsqu'un vol aller-retour de Houston à Paris pour 281 $ TOTAL a été porté à mon attention. Je l'ai attrapé plus vite qu'un renne d'un toit.

février

Crédit

Enfant, je visitais le Colorado deux fois par an : une fois pour le ski et une fois pour l'été. C'est un endroit sentimental et que j'ai négligé depuis l'obtention de mon diplôme d'études secondaires. En 2012, je suis arrivé à Keystone et 2013 m'a emmené à Telluride. Ainsi, je dois continuer la séquence pour 2014. Je pense que février est le moment idéal pour skier dans le Colorado - les foules de Noël/Nouvel An sont parties et les vacances de printemps n'ont pas encore commencé. Alors, avec tant de merveilleuses stations de ski dans le Colorado, où est-ce que je veux aller ? Aspen et Snowmass feront très bien l'affaire.

Mars

Crédit

Peut-être que j'ai un peu la fièvre du ski {ou de l'après-ski}, et il n'y a aucun endroit qui me fera me sentir mieux que les Alpes. En janvier, j'ai goûté pour la première fois au ski européen à Verbier, en Suisse. Oh mon! Les Alpes suisses se classent parmi les trois plus beaux endroits que j'ai vus. Mais je ne suis pas pointilleux ; n'importe laquelle des Alpes fera l'affaire : la France, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie ou le retour en Suisse. Et pendant que je suis dans ce coin de bois, j'aimerais explorer davantage l'Autriche. Je suppose que regarder la terrible version live de The Sound of Music sur NBC la semaine dernière m'a fait rêver d'Innsbruck, de Salzbourg et de Vienne.

avril

Crédit

Ma vie de voyage a totalement manqué au temps des Caraïbes. Je pense qu'avril est une excellente occasion de rectifier cette situation. La saison des ouragans est passée depuis longtemps, et après tant de destinations par temps froid, un peu de vitamine D fournie par le soleil est de mise. Les îles Vierges britanniques ont appelé mon nom ces derniers temps. Avec les plages immaculées, l'eau magnifique et la proximité de la maison, inscrivez-moi. De plus, il y a la BVI Spring Regatta au début du mois. Je ne me suis jamais façonné comme un marin, mais j'aime habiller la pièce.

Peut

Crédit

Trois choses que vous ne savez probablement pas sur moi : j'aime les chapeaux ; J'aime la tradition ; et j'aime les juleps à la menthe. Il n'y a rien qui combine ces trois choses comme le Kentucky Derby. Oh oui, je meurs d'envie de visiter Churchill Downs enfilant mon plus grand chapeau de paille et de siroter des juleps à la menthe dans une tasse en argent tout en chantant "My Old Kentucky Home" à pleins poumons. Je suis prêt, je sais même prononcer Louisville comme les locaux.

juin

Crédit

Je ne suis pas vraiment un amateur de football {ou de football}, mais je suis un fan de sport. Après avoir regardé le brouhaha de la Coupe du monde en Afrique du Sud il y a quatre ans, j'ai décidé que je voulais vivre cet événement par moi-même. Cela ne fait pas de mal que la Coupe du monde se déroule au Brésil non plus. Salut! J'adorerais boire des caipirinhas et arborer les stars and stripes à Recife lorsque les États-Unis de A joueront contre l'Allemagne le 26 juin. États-Unis ! ETATS-UNIS! ETATS-UNIS!

juillet

Crédit

On pourrait penser que j'apprendrais ma leçon sur les voyages en Europe pendant l'été, mais hélas, je suis tout simplement trop têtu pour apprendre. Peut-être que si je reste en dehors des villes et que je visite le pays, je serai mieux. J'ai toujours voulu explorer davantage la France, n'ayant été qu'à Paris et en Bourgogne. Je pense que les Alpes françaises appellent mon nom. Une altitude plus élevée signifie des températures plus basses et la France signifie du vin et du fromage français. De plus, je pourrai voir ce qu'il y a sous toute cette neige et cette glace.

août

Crédit

C'est un mois TRÈS spécial pour moi. Le 16 août, j'ai 40 ans. Tu sais ce qui se passe aussi le 16 août ? Le Palio à Sienne, en Italie, est géré. Cette course hippique historique est décidément plus ancienne que moi {étant courue depuis 1656}, mais elle ne manque pas une étape. Des milliers de personnes affluent sur la Piazza del Campo pour encourager leur contrada préférée. Il ne fait aucun doute qu'il y a de grandes quantités de vins et de plats italiens dévorés pendant les célébrations. Le Palio serait une grande fête d'anniversaire à thème italien. La seule chose qui améliorerait mon 40e anniversaire serait une villa dans les collines toscanes à partager avec quelques-uns de mes amis les plus chers. Splendide !

septembre

Crédit

Je pense que l'Amérique du Sud et moi allons être de bons amis en 2014. Dans la foulée de la Coupe du monde au Brésil, je pense que j'aurai envie de plus. J'aime le son du Chili en septembre. Les choses se réchauffent au sud de l'équateur et le pays produit des vins rouges brillants. Il y a comme un million de vignobles situés dans les vallées autour de Santiago, et tout le monde sait que le vin est toujours plus savoureux à sa source. Dommage que la saison des récoltes soit de février à mai, car il y a des festivals au son incroyable. Pourquoi ne pas simplement y aller pendant ce temps, demandez-vous? Eh bien, je veux visiter la Patagonie, et il fait vraiment trop froid à cette période de l'année. De plus, je pourrais peut-être attraper l'impossible à prédire, desierto florido {désert fleuri}. Peut-être que deux voyages au Chili sont de mise.

octobre

Crédit

Avec autant de voyages mondains, je pense que j'aimerais passer un peu de temps dans le grand état du Texas. La chaleur s'est calmée et c'est le cœur de la saison de football universitaire. C'est également à ce moment-là que se déroule la State Fair of Texas à Dallas. De Big Tex à la grande roue géante en passant par la rivalité de la rivière Rouge en passant par l'assortiment d'options de plats frits, c'est la seule fois que vous entendrez parler de moi qui réclame de visiter Dallas. C'est un truc de Houston, vous tous.

novembre

Crédit

L'Afrique du Sud, et vraiment la meilleure partie de l'Afrique, est ma destination convoitée depuis des années. Je n'ai pas encore mis les pieds sur le continent, mais j'en ai été obsédé plus que d'habitude ces derniers temps. Je dois voir le Big 5. Je dois conduire la Garden Route. J'ai besoin de boire du vin sud-africain. Je dois rayer cela de ma liste de choses à faire en 2014.

décembre

Crédit

Le douzième mois de l'année est mon préféré. J'aime la gaieté et, franchement, le froid. Des mains glacées, des orteils en glaçons, des bottes hautes, un nez rouge et des manteaux de laine sont quelques-unes de mes choses préférées, car avec elles viennent les tasses rouges Starbucks, le Casse-Noisette, la famille, la dinde et la vinaigrette et les lumières de Noël. Je ne peux pas imaginer une région qui résume cette période de l'année comme Budapest, Prague et Vienne. Connu pour leurs marchés de Noël {et leur vin chaud}, je meurs d'envie de visiter les trois en décembre. J'ai eu le plaisir de les voir en juillet de cette année, mais je ne peux qu'imaginer à quel point ils sont magiques aux alentours de Noël. Oui, je rêve d'un Noël dans la capitale des Habsbourg.

Alors, Père Noël, si quelqu'un peut concocter un club de voyage du mois à cette date tardive, c'est vous. Merci pour tous les beaux cadeaux que vous m'avez fait dans le passé, même quand j'aurais dû faire la liste des vilains. Et si tu veux me rencontrer à Paris ou à Aspen, ce serait vraiment cool. J'imagine que vous pourriez utiliser des vacances après la haute saison des vacances.

Amour,

Photo en vedette

L'article Une lettre ouverte au père Noël : Ma liste de souhaits de voyage 2014 est apparu en premier sur Leah Travels.


Vous avez oublié d'écrire au Père Noël ? Utiliser une application

Les lettres papier au Père Noël vont-elles disparaître ?

  • Icône de courrier électronique
  • Icône Facebook
  • Icône Twitter
  • Icône Linkedin
  • Icône de flipboard
  • Icône d'impression
  • Icône de redimensionnement

Symboles référencés

Espérons que les lutins du Père Noël sont doués avec les ordinateurs, car les listes de souhaits des enfants pour les vacances sont devenues numériques.

En cette période des Fêtes, plusieurs détaillants ont créé des versions de listes de souhaits en ligne pour les enfants et les parents.

Wal-Mart WMT, -0,23 %, avait pour la première fois des listes de souhaits disponibles sur son site Web l'année dernière, et cette saison des fêtes, il a rendu la fonctionnalité disponible sur l'application du magasin. L'application TGT de Target, -1,05 % de liste de souhaits pour enfants a fait ses débuts en 2014, et cette année, elle propose de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité d'écrire une lettre au père Noël - et de recevoir une réponse - au sein de l'application. Toys "R" Us a une "liste de souhaits" disponible en ligne depuis octobre 2008.

Bien que les listes de souhaits numériques des détaillants se limitent aux articles pouvant être achetés dans leurs magasins, une multitude de sites Web et d'applications indépendants permettant aux enfants et aux adultes de créer des registres de cadeaux auprès de plusieurs détaillants ont également fait leur apparition, notamment CheckedTwice et Giftster. Dans ces applications, les utilisateurs peuvent créer leurs listes et inclure des liens vers où les éléments sont disponibles. Les services incluent également des fonctionnalités pour les membres de la famille, qui peuvent afficher les listes de cadeaux de vacances des autres et marquer les cadeaux comme « achetés » pour éviter d'acheter le même cadeau sur sa liste plusieurs fois.

Une fonctionnalité de "liste de souhaits" était une extension naturelle pour les détaillants, qui ces dernières années ont beaucoup investi dans l'expérience d'achat sur mobile, a déclaré Stephanie Wissink, analyste de recherche principale pour Piper Jaffray, une banque d'investissement et une société de gestion d'actifs.

Avec raison. Les acheteurs ont dépensé près de 3 milliards de dollars en ligne rien que pour le Cyber ​​Monday cette année, près de la moitié de ces achats étant effectués sur des appareils mobiles.

Pinterest, un tableau d'affichage en ligne où les gens partagent des recettes, de l'artisanat, des articles et des idées de design, a ajouté ces derniers mois un bouton « acheter » à ses épingles.

En particulier pour les jeunes parents, a déclaré Wissink, l'aspect gain de temps de la possibilité de naviguer et de faire des achats en ligne est important. « Il y a tout un mouvement vers la commodité », a-t-elle déclaré. « Vous allez voir de plus en plus cet engagement numérique et mobile avec les parents. »

CheckedTwice compte près de 100 000 utilisateurs, a déclaré Andrew Swick, qui a lancé le service avec sa sœur et co-fondatrice Rebecca Hyatt en 2012.

Giftster, qui a été disponible pour la première fois en 2008, compte une base d'utilisateurs de « centaines de milliers », a déclaré Ron Reimann, fondateur de Giftster.

CheckedTwice a commencé lorsque Hyatt, qui est développeur, a envoyé une liste de souhaits à sa famille en 2002. Trois membres de la famille ont décidé de lui acheter le même cadeau, une anthologie de poésie de Robert Frost. Elle a lancé un système en ligne informel pour sa propre famille l'année suivante, où ils pouvaient voir quels cadeaux d'autres avaient achetés pour les membres de leur famille. Elle et Swick ont ​​ensuite perfectionné les fonctionnalités du service jusqu'à ce qu'il soit mis à la disposition du public en 2012.

Malgré l'utilité et le gain de temps, Swick a déclaré qu'il y avait parfois des commentaires négatifs du public lorsqu'il s'agissait d'enfants créant un registre de cadeaux.

"Une liste de souhaits d'une seule personne peut sembler un peu égoïste ou un peu gourmande pour certaines personnes", a-t-il déclaré, notant que les registres sont toujours généralement associés aux mariages au lieu des achats de vacances.

Reimann, le fondateur de Giftster, a déclaré avoir entendu des commentaires similaires, tels que : « Oh mon Dieu, les enfants font des listes de choses qu'ils veulent, à quel point c'est égoïste ! »

Et Catherine Steiner-Adair, psychologue clinicienne et auteur de "The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age", dit qu'elle pense qu'il vaut mieux donner le mauvais cadeau et faire vivre à quelqu'un que c'était néanmoins sincère, que d'avoir l'expérience de simplement faire une liste et de se sentir en droit de la remplir.

"Cela prend vraiment du temps de penser à une personne qui fait partie de votre vie et à ce qui pourrait la rendre heureuse", a déclaré Steiner-Adair.

Pourtant, les enfants ont fait des listes bien avant qu'une version en ligne ne soit disponible, qu'il s'agisse d'encercler les articles qu'ils voulaient dans un catalogue de magasin ou d'écrire une lettre manuscrite au Père Noël.

Et certaines personnes qui utilisent les applications aiment les aspects organisationnels, et qu'elles créent "un sentiment de célébrer les bonnes choses de leur vie", a déclaré Reimann.

Les enfants d'aujourd'hui sont habitués à communiquer en ligne, ce type de liste de souhaits numérique équivaut donc à partager cette information dans la cour de l'école, a déclaré Carley Knobloch, experte en mode de vie numérique et mère de deux enfants.

"Ils demandent toujours un poney et quelle que soit la voiture de sport Barbie folle et chère, ou tout ce qui est inaccessible à beaucoup de gens", a-t-elle déclaré. "Les enfants comprennent que (une liste) ne signifie pas que le Père Noël apporte tout ce qu'il faut, ou que les parents devraient être poussés à penser qu'ils devraient acheter tout ce qu'il y a de plus."

De plus, comme il est devenu plus courant pour les membres de la famille de vivre loin les uns des autres, les listes peuvent aider les proches à trouver un cadeau mieux adapté pour un enfant et à éviter le gaspillage, ou le temps nécessaire pour effectuer les retours, a déclaré Wissink de Piper Jaffray.

"C'est l'enthousiasme d'un destinataire qui valide l'achat, pas le temps ou l'argent que vous avez dépensé", a-t-elle déclaré. « Quand vous entendez : « C'est ce que je voulais ! », vous savez que vous avez réussi. Il n'y a rien de mieux pour une grand-mère, un grand-père ou une maman ou un papa.

"Pour moi en tant que parent, je pense que c'est vraiment utile", a déclaré Knobloch. "Je ne veux pas me retrouver avec un tas de jouets en plastique dans ma maison dont mes enfants ne voulaient pas."

Il y a quelques choses que les parents peuvent faire pour gérer les attentes des enfants.

Knobloch dit à ses propres enfants d'inclure des articles sur leurs listes à des prix différents afin que les membres de la famille ne se sentent pas obligés d'acheter un cadeau coûteux et qu'elle puisse éviter la gêne de communiquer avec les membres de la famille sur le montant qu'ils veulent dépenser.

Steiner-Adair a également déclaré que les enfants devraient expliquer pourquoi ils veulent chaque cadeau sur leur liste, plutôt que d'ajouter des éléments sans penser à leur signification.

Et faire une liste peut aussi être l'occasion de parler de l'importance d'écrire un mot de remerciement et d'utiliser les vacances comme un moment pour faire des dons ou donner à ceux qui en ont besoin.

Reimann a déclaré qu'il considérait Giftster non pas comme une source de cupidité, mais comme un moyen d'aider les membres de la famille à être précis dans leurs achats et à respecter leurs budgets.

"Si les gens savaient ce dont les autres ont vraiment besoin ou veulent, ils n'auraient pas à courir à la dernière minute et à dépenser trop d'argent ou à obtenir la mauvaise chose", a-t-il déclaré.


Vous avez oublié d'écrire au Père Noël ? Utiliser une application

Les lettres papier au Père Noël vont-elles disparaître ?

  • Icône de courrier électronique
  • Icône Facebook
  • Icône Twitter
  • Icône Linkedin
  • Icône de flipboard
  • Icône d'impression
  • Icône de redimensionnement

Symboles référencés

Espérons que les lutins du Père Noël sont bons avec les ordinateurs parce que les listes de souhaits des enfants pour les vacances sont passées au numérique.

En cette période des Fêtes, plusieurs détaillants ont créé des versions de listes de souhaits en ligne pour les enfants et les parents.

Wal-Mart WMT, -0,23 %, avait pour la première fois des listes de souhaits disponibles sur son site Web l'année dernière, et cette saison des fêtes, il a rendu la fonctionnalité disponible sur l'application du magasin. L'application TGT de Target, -1,05 % de liste de souhaits pour enfants a fait ses débuts en 2014, et cette année, elle propose de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité d'écrire une lettre au père Noël et de recevoir une réponse dans l'application. Toys "R" Us a une "liste de souhaits" disponible en ligne depuis octobre 2008.

Bien que les listes de souhaits numériques des détaillants se limitent aux articles pouvant être achetés dans leurs magasins, une multitude de sites Web et d'applications indépendants permettant aux enfants et aux adultes de créer des registres de cadeaux auprès de plusieurs détaillants ont également fait leur apparition, notamment CheckedTwice et Giftster. Dans ces applications, les utilisateurs peuvent créer leurs listes et inclure des liens vers où les éléments sont disponibles. Les services incluent également des fonctionnalités pour les membres de la famille, qui peuvent afficher les listes de cadeaux de vacances des autres et marquer les cadeaux comme « achetés » pour éviter d'acheter le même cadeau sur sa liste plusieurs fois.

Une fonctionnalité de "liste de souhaits" était une extension naturelle pour les détaillants, qui ces dernières années ont beaucoup investi dans l'expérience d'achat mobile, a déclaré Stephanie Wissink, analyste de recherche principale pour Piper Jaffray, une banque d'investissement et une société de gestion d'actifs.

Avec raison. Les acheteurs ont dépensé près de 3 milliards de dollars en ligne rien que pour le Cyber ​​Monday cette année, près de la moitié de ces achats étant effectués sur des appareils mobiles.

Pinterest, un tableau d'affichage en ligne où les gens partagent des recettes, de l'artisanat, des articles et des idées de design, a ajouté ces derniers mois un bouton « acheter » à ses épingles.

En particulier pour les jeunes parents, a déclaré Wissink, l'aspect gain de temps de la possibilité de naviguer et de faire des achats en ligne est important. « Il y a tout un mouvement vers la commodité », a-t-elle déclaré. « Vous allez voir de plus en plus cet engagement numérique et mobile avec les parents. »

CheckedTwice compte près de 100 000 utilisateurs, a déclaré Andrew Swick, qui a lancé le service avec sa sœur et co-fondatrice Rebecca Hyatt en 2012.

Giftster, qui était disponible pour la première fois en 2008, compte une base d'utilisateurs de « centaines de milliers », a déclaré Ron Reimann, fondateur de Giftster.

CheckedTwice a commencé lorsque Hyatt, qui est un développeur, a envoyé par courrier électronique une liste de souhaits à sa famille en 2002. Trois membres de la famille ont décidé de lui acheter le même cadeau, une anthologie de poésie de Robert Frost. Elle a lancé un système en ligne informel pour sa propre famille l'année suivante, où ils pouvaient voir quels cadeaux d'autres avaient achetés pour les membres de leur famille. Elle et Swick ont ​​ensuite perfectionné les fonctionnalités du service jusqu'à ce qu'il soit mis à la disposition du public en 2012.

Malgré l'utilité et le gain de temps, Swick a déclaré qu'il y avait parfois des commentaires négatifs du public lorsqu'il s'agissait d'enfants créant un registre de cadeaux.

"Une liste de souhaits d'une seule personne peut sembler un peu égoïste ou un peu gourmande pour certaines personnes", a-t-il déclaré, notant que les registres sont toujours généralement associés aux mariages au lieu des achats de vacances.

Reimann, le fondateur de Giftster, a déclaré avoir entendu des commentaires similaires, tels que : « Oh mon Dieu, les enfants font des listes de choses qu'ils veulent, à quel point c'est égoïste ! »

Et Catherine Steiner-Adair, psychologue clinicienne et auteur de "The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age", dit qu'elle pense qu'il vaut mieux donner le mauvais cadeau et faire vivre à quelqu'un que c'était néanmoins sincère, que d'avoir l'expérience de simplement faire une liste et de se sentir en droit de la remplir.

"Cela prend vraiment du temps de penser à une personne qui fait partie de votre vie et à ce qui pourrait la rendre heureuse", a déclaré Steiner-Adair.

Pourtant, les enfants ont fait des listes bien avant qu'une version en ligne ne soit disponible, qu'il s'agisse d'encercler les articles qu'ils voulaient dans un catalogue de magasin ou d'écrire une lettre manuscrite au Père Noël.

Et certaines personnes qui utilisent les applications aiment les aspects organisationnels, et qu'elles créent "un sentiment de célébrer les bonnes choses de leur vie", a déclaré Reimann.

Les enfants d'aujourd'hui sont habitués à communiquer en ligne, ce type de liste de souhaits numérique équivaut donc à partager cette information dans la cour de l'école, a déclaré Carley Knobloch, experte en mode de vie numérique et mère de deux enfants.

"Ils demandent toujours un poney et quelle que soit la voiture de sport Barbie folle et chère, ou tout ce qui est inaccessible à beaucoup de gens", a-t-elle déclaré. "Les enfants comprennent que (une liste) ne signifie pas que le Père Noël apporte tout ce qu'il faut, ou que les parents devraient être poussés à penser qu'ils devraient acheter tout ce qu'il y a de plus."

De plus, comme il est devenu plus courant pour les membres de la famille de vivre loin les uns des autres, les listes peuvent aider les proches à trouver un cadeau mieux adapté pour un enfant et à éviter le gaspillage, ou le temps nécessaire pour effectuer les retours, a déclaré Wissink de Piper Jaffray.

"C'est l'enthousiasme d'un destinataire qui valide l'achat, pas le temps ou l'argent que vous avez dépensé", a-t-elle déclaré. « Quand vous entendez : « C'est ce que je voulais ! », vous savez que vous avez réussi. Il n'y a rien de mieux pour une grand-mère, un grand-père ou une maman ou un papa.

"Pour moi en tant que parent, je pense que c'est vraiment utile", a déclaré Knobloch. "Je ne veux pas me retrouver avec un tas de jouets en plastique dans ma maison dont mes enfants ne voulaient pas."

Il y a quelques choses que les parents peuvent faire pour gérer les attentes des enfants.

Knobloch dit à ses propres enfants d'inclure des articles sur leurs listes à des prix différents afin que les membres de la famille ne se sentent pas obligés d'acheter un cadeau coûteux et qu'elle puisse éviter la gêne de communiquer avec les membres de la famille sur le montant qu'ils veulent dépenser.

Steiner-Adair a également déclaré que les enfants devraient expliquer pourquoi ils veulent chaque cadeau sur leur liste, plutôt que d'ajouter des éléments sans penser à leur signification.

Et faire une liste peut aussi être l'occasion de parler de l'importance d'écrire une note de remerciement et d'utiliser les vacances comme un moment pour faire des dons ou donner à ceux qui en ont besoin.

Reimann a déclaré qu'il considérait Giftster non pas comme une source de cupidité, mais comme un moyen d'aider les membres de la famille à être précis dans leurs achats et à respecter leurs budgets.

"Si les gens savaient ce dont les autres ont vraiment besoin ou veulent, ils n'auraient pas à courir à la dernière minute et à dépenser trop d'argent ou à obtenir la mauvaise chose", a-t-il déclaré.


Vous avez oublié d'écrire au Père Noël ? Utiliser une application

Les lettres papier au Père Noël vont-elles disparaître ?

  • Icône de courrier électronique
  • Icône Facebook
  • Icône Twitter
  • Icône Linkedin
  • Icône de flipboard
  • Icône d'impression
  • Icône de redimensionnement

Symboles référencés

Espérons que les lutins du Père Noël sont bons avec les ordinateurs parce que les listes de souhaits des enfants pour les vacances sont passées au numérique.

En cette période des Fêtes, plusieurs détaillants ont créé des versions de listes de souhaits en ligne pour les enfants et les parents.

Wal-Mart WMT, -0,23 %, avait pour la première fois des listes de souhaits disponibles sur son site Web l'année dernière, et cette saison des fêtes, il a rendu la fonctionnalité disponible sur l'application du magasin. L'application TGT de Target, -1,05 % de liste de souhaits pour enfants a fait ses débuts en 2014, et cette année, elle propose de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité d'écrire une lettre au père Noël - et de recevoir une réponse - au sein de l'application. Toys "R" Us a une "liste de souhaits" disponible en ligne depuis octobre 2008.

Bien que les listes de souhaits numériques des détaillants se limitent aux articles pouvant être achetés dans leurs magasins, une multitude de sites Web et d'applications indépendants qui permettent aux enfants et aux adultes de créer des registres de cadeaux auprès de plusieurs détaillants ont également fait leur apparition, notamment CheckedTwice et Giftster. Dans ces applications, les utilisateurs peuvent créer leurs listes et inclure des liens vers où les éléments sont disponibles. Les services incluent également des fonctionnalités pour les membres de la famille, qui peuvent afficher les listes de cadeaux de vacances des autres et marquer les cadeaux comme « achetés » pour éviter d'acheter le même cadeau sur sa liste plusieurs fois.

Une fonctionnalité de "liste de souhaits" était une extension naturelle pour les détaillants, qui ces dernières années ont beaucoup investi dans l'expérience d'achat sur mobile, a déclaré Stephanie Wissink, analyste de recherche principale pour Piper Jaffray, une banque d'investissement et une société de gestion d'actifs.

Avec raison. Les acheteurs ont dépensé près de 3 milliards de dollars en ligne rien que pour le Cyber ​​Monday cette année, près de la moitié de ces achats étant effectués sur des appareils mobiles.

Pinterest, un tableau d'affichage en ligne où les gens partagent des recettes, de l'artisanat, des articles et des idées de design, a ajouté ces derniers mois un bouton « acheter » à ses épingles.

En particulier pour les jeunes parents, a déclaré Wissink, l'aspect gain de temps de la possibilité de naviguer et de faire des achats en ligne est important. « Il y a tout un mouvement vers la commodité », a-t-elle déclaré. « Vous allez voir de plus en plus cet engagement numérique et mobile avec les parents. »

CheckedTwice compte près de 100 000 utilisateurs, a déclaré Andrew Swick, qui a lancé le service avec sa sœur et co-fondatrice Rebecca Hyatt en 2012.

Giftster, qui a été disponible pour la première fois en 2008, compte une base d'utilisateurs de « centaines de milliers », a déclaré Ron Reimann, fondateur de Giftster.

CheckedTwice a commencé lorsque Hyatt, qui est développeur, a envoyé une liste de souhaits à sa famille en 2002. Trois membres de la famille ont décidé de lui acheter le même cadeau, une anthologie de poésie de Robert Frost. Elle a lancé un système en ligne informel pour sa propre famille l'année suivante, où ils pouvaient voir quels cadeaux d'autres avaient achetés pour les membres de leur famille. Elle et Swick ont ​​ensuite perfectionné les fonctionnalités du service jusqu'à ce qu'il soit mis à la disposition du public en 2012.

Malgré l'utilité et le gain de temps, Swick a déclaré qu'il y avait parfois des commentaires négatifs du public lorsqu'il s'agissait d'enfants créant un registre de cadeaux.

"Une liste de souhaits d'une seule personne peut sembler un peu égoïste ou un peu gourmande pour certaines personnes", a-t-il déclaré, notant que les registres sont toujours généralement associés aux mariages au lieu des achats de vacances.

Reimann, le fondateur de Giftster, a déclaré avoir entendu des commentaires similaires, tels que : « Oh mon Dieu, les enfants font des listes de choses qu'ils veulent, à quel point c'est égoïste ! »

Et Catherine Steiner-Adair, psychologue clinicienne et auteur de "The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age", dit qu'elle pense qu'il vaut mieux donner le mauvais cadeau et faire vivre à quelqu'un que c'était néanmoins sincère, que d'avoir l'expérience de simplement faire une liste et de se sentir en droit de la remplir.

"Cela prend vraiment du temps de penser à une personne qui fait partie de votre vie et à ce qui pourrait la rendre heureuse", a déclaré Steiner-Adair.

Pourtant, les enfants ont fait des listes bien avant qu'une version en ligne ne soit disponible, qu'il s'agisse d'encercler les articles qu'ils voulaient dans un catalogue de magasin ou d'écrire une lettre manuscrite au Père Noël.

Et certaines personnes qui utilisent les applications aiment les aspects organisationnels, et qu'elles créent « un sentiment de célébrer les bonnes choses de leur vie », a déclaré Reimann.

Les enfants d'aujourd'hui sont habitués à communiquer en ligne, donc ce type de liste de souhaits numérique est juste l'équivalent du partage de ces informations dans la cour de l'école, a déclaré Carley Knobloch, experte en mode de vie numérique et mère de deux enfants.

"Ils demandent toujours un poney et quelle que soit la voiture de sport Barbie folle et chère, ou tout ce qui est inaccessible à beaucoup de gens", a-t-elle déclaré. "Les enfants comprennent que (une liste) ne signifie pas que le Père Noël apporte tout ce qu'il faut, ou que les parents devraient être poussés à penser qu'ils devraient acheter tout ce qu'il y a de plus."

De plus, comme il est devenu plus courant pour les membres de la famille de vivre loin les uns des autres, les listes peuvent aider les proches à trouver un cadeau mieux adapté pour un enfant et à éviter le gaspillage, ou le temps nécessaire pour effectuer les retours, a déclaré Wissink de Piper Jaffray.

"C'est l'enthousiasme d'un destinataire qui valide l'achat, pas le temps ou l'argent que vous avez dépensé", a-t-elle déclaré. « Quand vous entendez : « C'est ce que je voulais ! », vous savez que vous avez réussi. Il n'y a rien de mieux pour une grand-mère, un grand-père ou une maman ou un papa.

"Pour moi en tant que parent, je pense que c'est vraiment utile", a déclaré Knobloch. "Je ne veux pas me retrouver avec un tas de jouets en plastique dans ma maison dont mes enfants ne voulaient pas."

Il y a quelques choses que les parents peuvent faire pour gérer les attentes des enfants.

Knobloch dit à ses propres enfants d'inclure des articles sur leurs listes à des prix différents afin que les membres de la famille ne se sentent pas obligés d'acheter un cadeau coûteux et qu'elle puisse éviter la gêne de communiquer avec les membres de la famille sur le montant qu'ils veulent dépenser.

Steiner-Adair a également déclaré que les enfants devraient expliquer pourquoi ils veulent chaque cadeau sur leur liste, plutôt que d'ajouter des éléments sans penser à leur signification.

Et faire une liste peut aussi être l'occasion de parler de l'importance d'écrire un mot de remerciement et d'utiliser les vacances comme un moment pour faire des dons ou donner à ceux qui en ont besoin.

Reimann a déclaré qu'il considérait Giftster non pas comme une source de cupidité, mais comme un moyen d'aider les membres de la famille à être précis dans leurs achats et à respecter leurs budgets.

"Si les gens savaient ce dont les autres ont vraiment besoin ou veulent, ils n'auraient pas à courir à la dernière minute et à dépenser trop d'argent ou à obtenir la mauvaise chose", a-t-il déclaré.


Vous avez oublié d'écrire au Père Noël ? Utiliser une application

Les lettres papier au Père Noël vont-elles disparaître ?

  • Icône de courrier électronique
  • Icône Facebook
  • Icône Twitter
  • Icône Linkedin
  • Icône de flipboard
  • Icône d'impression
  • Icône de redimensionnement

Symboles référencés

Espérons que les lutins du Père Noël sont doués avec les ordinateurs, car les listes de souhaits des enfants pour les vacances sont devenues numériques.

En cette période des Fêtes, plusieurs détaillants ont créé des versions de listes de souhaits en ligne pour les enfants et les parents.

Wal-Mart WMT, -0,23 %, avait pour la première fois des listes de souhaits disponibles sur son site Web l'année dernière, et cette saison des fêtes, il a rendu la fonctionnalité disponible sur l'application du magasin. L'application TGT de Target, -1,05 % de liste de souhaits pour enfants a fait ses débuts en 2014, et cette année, elle propose de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité d'écrire une lettre au père Noël - et de recevoir une réponse - au sein de l'application. Toys "R" Us a une "liste de souhaits" disponible en ligne depuis octobre 2008.

Bien que les listes de souhaits numériques des détaillants se limitent aux articles pouvant être achetés dans leurs magasins, une multitude de sites Web et d'applications indépendants permettant aux enfants et aux adultes de créer des registres de cadeaux auprès de plusieurs détaillants ont également fait leur apparition, notamment CheckedTwice et Giftster. Dans ces applications, les utilisateurs peuvent créer leurs listes et inclure des liens vers où les éléments sont disponibles. Les services incluent également des fonctionnalités pour les membres de la famille, qui peuvent afficher les listes de cadeaux de vacances des autres et marquer les cadeaux comme « achetés » pour éviter d'acheter le même cadeau sur sa liste plusieurs fois.

Une fonctionnalité de "liste de souhaits" était une extension naturelle pour les détaillants, qui ces dernières années ont beaucoup investi dans l'expérience d'achat sur mobile, a déclaré Stephanie Wissink, analyste de recherche principale pour Piper Jaffray, une banque d'investissement et une société de gestion d'actifs.

Avec raison. Les acheteurs ont dépensé près de 3 milliards de dollars en ligne rien que pour le Cyber ​​Monday cette année, près de la moitié de ces achats étant effectués sur des appareils mobiles.

Pinterest, un tableau d'affichage en ligne où les gens partagent des recettes, de l'artisanat, des articles et des idées de design, a ajouté ces derniers mois un bouton « acheter » à ses épingles.

En particulier pour les jeunes parents, a déclaré Wissink, l'aspect gain de temps de la possibilité de naviguer et de faire des achats en ligne est important. « Il y a tout un mouvement vers la commodité », a-t-elle déclaré. « Vous allez voir de plus en plus cet engagement numérique et mobile avec les parents. »

CheckedTwice compte près de 100 000 utilisateurs, a déclaré Andrew Swick, qui a lancé le service avec sa sœur et co-fondatrice Rebecca Hyatt en 2012.

Giftster, qui a été disponible pour la première fois en 2008, compte une base d'utilisateurs de « centaines de milliers », a déclaré Ron Reimann, fondateur de Giftster.

CheckedTwice a commencé lorsque Hyatt, qui est un développeur, a envoyé une liste de souhaits à sa famille par courrier électronique en 2002. Trois membres de la famille ont décidé de lui acheter le même cadeau, une anthologie de poésie de Robert Frost. L'année suivante, elle a lancé un système en ligne informel pour sa propre famille, où ils pouvaient voir quels cadeaux d'autres avaient achetés pour les membres de leur famille. Elle et Swick ont ​​ensuite perfectionné les fonctionnalités du service jusqu'à ce qu'il soit mis à la disposition du public en 2012.

Malgré l'utilité et le gain de temps, Swick a déclaré qu'il y avait parfois des commentaires négatifs du public lorsqu'il s'agissait d'enfants créant un registre de cadeaux.

"Une liste de souhaits d'une seule personne peut sembler un peu égoïste ou un peu gourmande pour certaines personnes", a-t-il déclaré, notant que les registres sont toujours généralement associés aux mariages au lieu des achats de vacances.

Reimann, le fondateur de Giftster, a déclaré avoir entendu des commentaires similaires, tels que : « Oh mon Dieu, les enfants font des listes de choses qu'ils veulent, à quel point c'est égoïste ! »

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

“A recipient’s enthusiasm is what validates the purchase, not the time or money you spent,” she said. “When you hear, ‘This is what I wanted!’, you know you nailed it. There’s nothing better for a grandma, grandpa or a mom or a dad.”

“For me as a parent, I think it’s really helpful,” Knobloch said. “I don’t want to end up with a bunch of plastic toys in my house that my kids didn’t want.”

There are a few things parents can do to manage kids’ expectations.

Knobloch tells her own children to include items on their lists at different price points so that family members don’t feel pressure to buy an expensive gift, and she can avoid the awkwardness of communicating with family members about how much they want to spend.

Steiner-Adair also said children should explain why they want each gift on their list, rather than add items without thinking of their meaning.

And making a list can also be an opportunity to talk about the importance of writing a “thank you” note, and using the holidays as a time for making donations or otherwise giving to those in need.

Reimann said he views Giftster not as a source of greed, but as a way to help family members to be specific in their purchases and stick to budgets.

“If people knew what other people really needed or wanted, they would not have to run out at the last minute and overspend or get the wrong thing,” he said.


Forgot to write to Santa? Use an app

Will paper letters to Santa disappear?

  • Email icon
  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • Linkedin icon
  • Flipboard icon
  • Print icon
  • Resize icon

Referenced Symbols

Hopefully Santa’s elves are good with computers because kids’ holiday wish lists have gone digital.

This holiday season, several retailers have created versions of wish lists online for kids and parents to use.

Wal-Mart WMT, -0.23% first had wish lists available on its website last year, and this holiday season it made the feature available on the store’s app. Target’s TGT, -1.05% Kids’ Wish List app debuted in 2014, and this year has new features including the ability to write a letter to Santa — and receive a response — within the app. Toys “R” Us has had a “wish list” available online since October of 2008.

Although the retailers’ digital wish lists are limited to items that can be purchased at their stores, a crop of independent websites and apps that allow children and adults to create gift registries from multiple retailers have also popped up, including CheckedTwice and Giftster. Within these apps, users can build their lists and include links to where the items are available. The services also include features for family members, who can view others’ holiday gift lists and mark presents as “purchased” to avoid buying the same gift on one’s list multiple times.

A “wish list” feature was a natural extension for retailers, who in recent years have invested heavily in the mobile shopping experience, said Stephanie Wissink, a senior research analyst for Piper Jaffray, an investment bank and asset management firm.

With good reason. Shoppers spent nearly $3 billion online on Cyber Monday alone this year, with close to half of those purchases being made on mobile devices.

Pinterest, an online pinboard where people share recipes, crafts, articles and design ideas, in recent months added a “buy” button to its pins.

Particularly for younger parents, Wissink said, the time-saving aspect of being able to browse and shop online is important. “There’s a whole movement toward convenience,” she said. “You’re going to see more and more of this digital and mobile engagement with parents.”

CheckedTwice has almost 100,000 users, said Andrew Swick, who released the service with his sister and co-founder Rebecca Hyatt in 2012.

Giftster, which was first available in 2008, has a user base in the “hundreds of thousands,” said Ron Reimann, Giftster’s founder.

CheckedTwice started when Hyatt, who is a developer, emailed a wish list to her family in 2002. Three family members decided to buy her the same gift, a Robert Frost poetry anthology. She started an informal online system for her own family the next year, where they could see which gifts others had purchased for their family members. She and Swick then honed the service’s features until it was made available to the public in 2012.

Despite the utility and time-saving aspects, Swick said there is sometimes negative feedback from the public when it comes to children creating a gift registry.

“A single person wish list can feel a little selfish, or a little greedy to some people,” he said, noting that registries are still typically associated with weddings instead of holiday shopping.

Reimann, the founder of Giftster, said he has heard similar feedback, such as, “Oh my gosh, kids are making lists of things they want, how selfish is that!”

And Catherine Steiner-Adair, a clinical psychologist and the author of “The Big Disconnect: Protecting Childhood and Family Relationships in the Digital Age,” says she thinks it’s better to give the wrong gift and have somebody experience that it was nonetheless heartfelt, than to have the experience of just making a list and feeling entitled to have it fulfilled.

“It really does take time to think about a person who is in your life and what might make them happy,” said Steiner-Adair.

Still, kids have been making lists since long before an online version was available, whether it was circling items they wanted in a store catalog or writing a handwritten letter to Santa.

And some people who use the apps like the organizational aspects, and that they create “a sense of celebrating the good things in their life,” said Reimann.

Kids today are used to communicating online, so this type of digital wish list is just the equivalent of sharing that information in the school yard, said Carley Knobloch, a digital lifestyle expert and mother of two.

“They always ask for a pony and whatever the crazy expensive Barbie sports car is, or whatever else is unattainable to a lot of people,” she said. “Kids understand that (a list) doesn’t mean Santa is bringing every last thing, or that parents should be pressured to feel they should buy every last thing.”

Plus, because it has become more common for family members to live far away from one another, lists can help relatives find a better-matched gift for a child and avoid waste, or the time required to make returns, Wissink of Piper Jaffray said.

"C'est l'enthousiasme d'un destinataire qui valide l'achat, pas le temps ou l'argent que vous avez dépensé", a-t-elle déclaré. « Quand vous entendez : « C'est ce que je voulais ! », vous savez que vous avez réussi. Il n'y a rien de mieux pour une grand-mère, un grand-père ou une maman ou un papa.

"Pour moi en tant que parent, je pense que c'est vraiment utile", a déclaré Knobloch. "Je ne veux pas me retrouver avec un tas de jouets en plastique dans ma maison dont mes enfants ne voulaient pas."

Il y a quelques choses que les parents peuvent faire pour gérer les attentes des enfants.

Knobloch dit à ses propres enfants d'inclure des articles sur leurs listes à des prix différents afin que les membres de la famille ne se sentent pas obligés d'acheter un cadeau coûteux et qu'elle puisse éviter la gêne de communiquer avec les membres de la famille sur le montant qu'ils veulent dépenser.

Steiner-Adair a également déclaré que les enfants devraient expliquer pourquoi ils veulent chaque cadeau sur leur liste, plutôt que d'ajouter des éléments sans penser à leur signification.

Et faire une liste peut aussi être l'occasion de parler de l'importance d'écrire un mot de remerciement et d'utiliser les vacances comme un moment pour faire des dons ou donner à ceux qui en ont besoin.

Reimann a déclaré qu'il considérait Giftster non pas comme une source de cupidité, mais comme un moyen d'aider les membres de la famille à être précis dans leurs achats et à respecter leurs budgets.

"Si les gens savaient ce dont les autres ont vraiment besoin ou veulent, ils n'auraient pas à courir à la dernière minute et à dépenser trop d'argent ou à obtenir la mauvaise chose", a-t-il déclaré.


Voir la vidéo: - Lettre ouverte dun qualiticien au Père Noël (Décembre 2021).