Nouvelles recettes

8 techniques de cuisson disparues font leur retour

8 techniques de cuisson disparues font leur retour

La nostalgie est profondément ancrée dans ce que nous mangeons et cuisinons, quel que soit le climat culturel. Qu'il s'agisse d'économie, de conscience environnementale ou de détournement de modes vintage, nous avons remarqué que les méthodes de cuisson démodées ont retrouvé leur chemin dans les cuisines gastronomiques.

On est loin des techniques sous-vide et de la gastronomie moléculaire que l'on trouve dans de nombreuses cuisines de pointe, mais pour ces chefs, perfectionner le passé est un excellent moyen d'être créatif.

Le chef étoilé Eric Ripert, par exemple, fait des merveilles avec le four grille-pain, le même appareil longtemps apprécié par les étudiants qui cuisinent dans les dortoirs. On le trouve rarement dans les cuisines des restaurants, mais aujourd'hui, Ripert blogue et réalise des vidéos sur la façon de préparer des plats haut de gamme comme les figues de mission enveloppées de bacon, le clafouti aux framboises et les truffes au fromage de chèvre.

Et ils sont tous préparés dans un four grille-pain. Sérieusement.

D'autres chefs se tournent vers des produits de base tels que les autocuiseurs, les cuiseurs à riz, caquelons et les mijoteuses, mieux connues sous le nom de Crock Pots. Mais oubliez les recettes de votre maman. Il n'y a pas de viande grise ou de sauce au plafond alors que les chefs et les auteurs de livres de cuisine découvrent ce que ces casseroles peuvent bien faire.

Même les chefs qui ont grandi dans des pays étrangers revisitent leurs traditions. Le chef new-yorkais Tadashi Ono jette un autre regard sur les fondues et recrée ce plat réconfortant japonais pour les cuisines d'aujourd'hui.

Et ce ne sont pas seulement les appareils de cuisson et les casseroles d'hier qui font leur grand retour. Les gadgets aussi ont une nouvelle vie.

Par exemple, les moules à sucettes glacées, ces favoris des soirées Tupperware, sont remis au congélateur. Cette fois, les pops sont agrémentés de fruits frais mûrs, d'ingrédients en suspension et d'enrobages trempés à la main.

Venez voir comment les chefs redécouvrent les classiques rétro et les utilisent à leur avantage. Ils peuvent vous surprendre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « corridors de faune » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, 20 tigres sauvages de Chine auraient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « couloirs de faune sauvage » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, 20 tigres sauvages de Chine auraient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « corridors de faune » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, 20 tigres sauvages de Chine auraient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « corridors de faune » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, 20 tigres sauvages de Chine auraient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « corridors de faune » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, 20 tigres sauvages de Chine auraient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Le projet TX2 a été inauguré par les dirigeants des 13 pays où le nombre de tigres sauvages était en déclin lors du Tiger Summit 2010 à Saint-Pétersbourg, en Russie, explique le WWF. En partenariat avec leurs gouvernements respectifs et d'autres organisations, le WWF a décrit le projet TX2 comme "probablement l'effort de rétablissement mondial le plus ambitieux jamais entrepris pour une seule espèce".

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

Le projet est à long terme et vise à accroître la protection des tigres et à maintenir ou à restaurer des « corridors de faune » pour permettre aux tigres de se déplacer librement et de se reproduire en toute sécurité dans leur environnement naturel.

En 2020, les populations de tigres sauvages prospèrent dans cinq pays impliqués dans l'effort de conservation TX2 : le Bhoutan, la Chine, l'Inde, le Népal et la Russie. L'Inde abrite le plus grand nombre de tigres sauvages, constituant 75 pour cent de la population mondiale qui a doublé entre 2006 et 2018, totalisant quelque 3 350 animaux.

Au Népal, la population de tigres a presque doublé au cours d'une période similaire, passant de 121 en 2009 à 235 en 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Le nombre de tigres de l'Amour en Russie a augmenté de 15% au cours de l'effort de conservation de 10 ans, pour une population de 540. Le parc national Royal Manas du Bhoutan n'abritait que 10 tigres sauvages en 2010 en 2019, le parc en a enregistré 22.

"Les tigres peuvent prospérer avec suffisamment d'espace, de nourriture et d'eau", a expliqué May à la BBC. « Donc, les progrès sont dus au fait que les tigres et leur habitat sont mieux protégés. »

En Chine, il existe même des preuves d'élevage actif.

En 2010, on pensait que 20 tigres sauvages de Chine avaient traversé la frontière depuis la Russie. Pourtant, quatre ans plus tard, des pièges photographiques chinois ont capturé des images encourageantes d'une tigresse et de ses petits dans la réserve naturelle de Jilin Wangqing, dans le comté de Wangqing, dans le nord-est de la Chine.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

Le WWF implore néanmoins que la clé pour soutenir l'augmentation de la population de tigres sauvages est de se concentrer sur la conservation des paysages qu'ils habitent et sur l'éducation des communautés qui soutiennent ces habitats, en les incluant en tant qu'acteurs clés dans l'effort de conservation.

"La raison pour laquelle les chiffres ont chuté au cours des 100 dernières années environ est due aux changements dans l'utilisation des terres", a déclaré May. « Les populations d'animaux sauvages sont également dévastées à cause des pièges mis en place pour attraper les animaux sauvages. » Le braconnage pour le commerce illégal d'espèces sauvages continue d'être une menace majeure pour la croissance de la population de tigres sauvages.

Alors que les efforts communautaires se mobilisent, les consommateurs peuvent également jouer leur rôle dans la préservation des habitats naturels. Nous devons tous lire les étiquettes et nous assurer que les articles que nous achetons proviennent de sources éthiques et durables, a déclaré May, ajoutant: "Nous devons partager notre enthousiasme pour les tigres et dire à nos amis et à notre famille à quel point c'est important."

Alors qu'il n'y a encore qu'environ 3 900 tigres au total vivant à l'état sauvage, le projet TX2 espère voir doubler leur population de départ de 3 200 d'ici 2022. Symboliquement, le prochain Nouvel An chinois sera celui du tigre.


Les tigres sauvages font un « retour » dans cinq pays grâce à un effort de conservation de 10 ans

Après un effort de conservation de 10 ans pour doubler la population mondiale de tigres d'ici 2022, les tigres font un « retour remarquable » au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Népal et en Russie. L'organisation caritative à la tête de l'initiative, le World Wildlife Fund (WWF), prend une pause pour célébrer tout en rappelant à ses partisans qu'il reste encore du travail à faire.

Malgré des progrès radicaux, selon le WWF, le braconnage et la destruction de l'habitat continuent de menacer cette espèce féroce mais vulnérable.

Au début du 21e siècle, environ 100 000 tigres sauvages parcouraient la terre. Lorsque l'ambitieux projet TX2 a été lancé en 2010, le WWF estimait qu'un peu plus de 3 200 tigres indigènes continuaient d'exister à l'état sauvage dans 13 pays.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

« Il y a dix ans, les tigres étaient dans un état si périlleux qu'il y avait un risque très réel qu'ils s'éteignent », a déclaré Becci May, directeur régional de l'équipe Asian Big Cats au WWF UK, à BBC Radio 1 à Newsbeat . “De cette faible population en 2010, ils font enfin un retour remarquable … grâce à des efforts de conservation coordonnés et concertés.

« C'est une réalisation qui offre non seulement un avenir aux tigres dans la nature, mais aussi aux paysages qu'ils habitent et aux communautés vivant aux côtés de ce grand félin emblématique.

Project TX2 was inaugurated by the leaders of the 13 countries where wild tiger numbers were in decline at the 2010 Tiger Summit in St. Petersburg, Russia, explains the WWF. In partnership with their respective governments, and other organizations, the WWF described project TX2 as “probably the most ambitious global recovery effort ever undertaken for a single species.”

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

The project is long-term, working toward increasing protection for tigers and either maintaining or restoring “wildlife corridors” to allow tigers to roam freely and breed in safety in their natural environment.

As of 2020, wild tiger populations are thriving in five countries involved in the TX2 conservation effort: Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. India is home to the greatest number of wild tigers, constituting 75 percent of the global population numbers doubled between 2006 and 2018, totaling some 3,350 animals.

Nepal’s recorded tiger population almost doubled in a similar time period, rising from 121 in 2009 to 235 in 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Russia’s Amur tiger numbers have increased by 15 percent during the 10-year conservation effort, resulting in a population of 540. Bhutan’s Royal Manas National Park was home to only 10 wild tigers in 2010 in 2019, the park registered 22.

“Tigers can thrive happily given enough space, food, and water,” May explained to the BBC. “So the progress is a result of tigers and their habitat being better protected.”

In China, there is even evidence of active breeding.

In 2010, China’s 20 wild tigers were thought to have crossed the border from Russia. Yet four years later, Chinese camera traps caught encouraging footage of a tigress and her cubs at Jilin Wangqing Nature Reserve in Wangqing County, northeastern China.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

The WWF nonetheless implores that the key to sustaining wild tiger population increase is to focus on conserving the landscapes they inhabit and on educating the communities that support these habitats, including them as key players in the conservation effort.

“The reason why numbers have plummeted over the last 100 years or so is because of changes to land use,” said May. “Wildlife populations are also devastated because of snares being set to catch wildlife.” Poaching for the illegal wildlife trade continues to be a major threat to wild tiger population growth.

While community-based efforts rally on, consumers can also play their part in preserving natural habitats. We all need to read labels and ensure that the items we buy come from ethical, sustainable sources, said May, adding, “We need to share our enthusiasm for tigers and tell our friends and family how important it is.”

While there are still only around 3,900 tigers in total living in the wild, project TX2 hopes to witness a doubling of their starting population of 3,200 by 2022. Symbolically, the next Chinese New Year will be that of the tiger.


Wild Tigers Making a ‘Comeback’ in Five Countries Thanks to 10-Year Conservation Effort

After a 10-year conservation effort to double the world’s tiger population by 2022, tigers are making a “remarkable comeback” in Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. The charity spearheading the initiative, the World Wildlife Fund (WWF), is taking pause for celebration while reminding its supporters that there’s still work to be done.

Despite radical progress, says the WWF, poaching and habitat destruction continue to threaten this ferocious yet vulnerable species.

In the early 21st century, approximately 100,000 wild tigers roamed the earth. When the ambitious project TX2 launched in 2010, the WWF estimated that little more than 3,200 native tigers continued to exist in the wild across 13 countries.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

“Ten years ago, tigers were in such a perilous state that there was a very real risk of them becoming extinct,” Becci May, regional manager of the Asian Big Cats team at WWF UK, told BBC Radio 1’s Newsbeat. “From that population low in 2010, they are finally making a remarkable comeback … thanks to co-ordinated and concerted conservation efforts.

“This is an achievement that not only offers a future for tigers in the wild, but for the landscapes they inhabit and the communities living alongside this iconic big cat.”

Project TX2 was inaugurated by the leaders of the 13 countries where wild tiger numbers were in decline at the 2010 Tiger Summit in St. Petersburg, Russia, explains the WWF. In partnership with their respective governments, and other organizations, the WWF described project TX2 as “probably the most ambitious global recovery effort ever undertaken for a single species.”

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

The project is long-term, working toward increasing protection for tigers and either maintaining or restoring “wildlife corridors” to allow tigers to roam freely and breed in safety in their natural environment.

As of 2020, wild tiger populations are thriving in five countries involved in the TX2 conservation effort: Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. India is home to the greatest number of wild tigers, constituting 75 percent of the global population numbers doubled between 2006 and 2018, totaling some 3,350 animals.

Nepal’s recorded tiger population almost doubled in a similar time period, rising from 121 in 2009 to 235 in 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Russia’s Amur tiger numbers have increased by 15 percent during the 10-year conservation effort, resulting in a population of 540. Bhutan’s Royal Manas National Park was home to only 10 wild tigers in 2010 in 2019, the park registered 22.

“Tigers can thrive happily given enough space, food, and water,” May explained to the BBC. “So the progress is a result of tigers and their habitat being better protected.”

In China, there is even evidence of active breeding.

In 2010, China’s 20 wild tigers were thought to have crossed the border from Russia. Yet four years later, Chinese camera traps caught encouraging footage of a tigress and her cubs at Jilin Wangqing Nature Reserve in Wangqing County, northeastern China.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

The WWF nonetheless implores that the key to sustaining wild tiger population increase is to focus on conserving the landscapes they inhabit and on educating the communities that support these habitats, including them as key players in the conservation effort.

“The reason why numbers have plummeted over the last 100 years or so is because of changes to land use,” said May. “Wildlife populations are also devastated because of snares being set to catch wildlife.” Poaching for the illegal wildlife trade continues to be a major threat to wild tiger population growth.

While community-based efforts rally on, consumers can also play their part in preserving natural habitats. We all need to read labels and ensure that the items we buy come from ethical, sustainable sources, said May, adding, “We need to share our enthusiasm for tigers and tell our friends and family how important it is.”

While there are still only around 3,900 tigers in total living in the wild, project TX2 hopes to witness a doubling of their starting population of 3,200 by 2022. Symbolically, the next Chinese New Year will be that of the tiger.


Wild Tigers Making a ‘Comeback’ in Five Countries Thanks to 10-Year Conservation Effort

After a 10-year conservation effort to double the world’s tiger population by 2022, tigers are making a “remarkable comeback” in Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. The charity spearheading the initiative, the World Wildlife Fund (WWF), is taking pause for celebration while reminding its supporters that there’s still work to be done.

Despite radical progress, says the WWF, poaching and habitat destruction continue to threaten this ferocious yet vulnerable species.

In the early 21st century, approximately 100,000 wild tigers roamed the earth. When the ambitious project TX2 launched in 2010, the WWF estimated that little more than 3,200 native tigers continued to exist in the wild across 13 countries.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

“Ten years ago, tigers were in such a perilous state that there was a very real risk of them becoming extinct,” Becci May, regional manager of the Asian Big Cats team at WWF UK, told BBC Radio 1’s Newsbeat. “From that population low in 2010, they are finally making a remarkable comeback … thanks to co-ordinated and concerted conservation efforts.

“This is an achievement that not only offers a future for tigers in the wild, but for the landscapes they inhabit and the communities living alongside this iconic big cat.”

Project TX2 was inaugurated by the leaders of the 13 countries where wild tiger numbers were in decline at the 2010 Tiger Summit in St. Petersburg, Russia, explains the WWF. In partnership with their respective governments, and other organizations, the WWF described project TX2 as “probably the most ambitious global recovery effort ever undertaken for a single species.”

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

The project is long-term, working toward increasing protection for tigers and either maintaining or restoring “wildlife corridors” to allow tigers to roam freely and breed in safety in their natural environment.

As of 2020, wild tiger populations are thriving in five countries involved in the TX2 conservation effort: Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. India is home to the greatest number of wild tigers, constituting 75 percent of the global population numbers doubled between 2006 and 2018, totaling some 3,350 animals.

Nepal’s recorded tiger population almost doubled in a similar time period, rising from 121 in 2009 to 235 in 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Russia’s Amur tiger numbers have increased by 15 percent during the 10-year conservation effort, resulting in a population of 540. Bhutan’s Royal Manas National Park was home to only 10 wild tigers in 2010 in 2019, the park registered 22.

“Tigers can thrive happily given enough space, food, and water,” May explained to the BBC. “So the progress is a result of tigers and their habitat being better protected.”

In China, there is even evidence of active breeding.

In 2010, China’s 20 wild tigers were thought to have crossed the border from Russia. Yet four years later, Chinese camera traps caught encouraging footage of a tigress and her cubs at Jilin Wangqing Nature Reserve in Wangqing County, northeastern China.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

The WWF nonetheless implores that the key to sustaining wild tiger population increase is to focus on conserving the landscapes they inhabit and on educating the communities that support these habitats, including them as key players in the conservation effort.

“The reason why numbers have plummeted over the last 100 years or so is because of changes to land use,” said May. “Wildlife populations are also devastated because of snares being set to catch wildlife.” Poaching for the illegal wildlife trade continues to be a major threat to wild tiger population growth.

While community-based efforts rally on, consumers can also play their part in preserving natural habitats. We all need to read labels and ensure that the items we buy come from ethical, sustainable sources, said May, adding, “We need to share our enthusiasm for tigers and tell our friends and family how important it is.”

While there are still only around 3,900 tigers in total living in the wild, project TX2 hopes to witness a doubling of their starting population of 3,200 by 2022. Symbolically, the next Chinese New Year will be that of the tiger.


Wild Tigers Making a ‘Comeback’ in Five Countries Thanks to 10-Year Conservation Effort

After a 10-year conservation effort to double the world’s tiger population by 2022, tigers are making a “remarkable comeback” in Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. The charity spearheading the initiative, the World Wildlife Fund (WWF), is taking pause for celebration while reminding its supporters that there’s still work to be done.

Despite radical progress, says the WWF, poaching and habitat destruction continue to threaten this ferocious yet vulnerable species.

In the early 21st century, approximately 100,000 wild tigers roamed the earth. When the ambitious project TX2 launched in 2010, the WWF estimated that little more than 3,200 native tigers continued to exist in the wild across 13 countries.

(Illustration – Archna Singh/Shutterstock)

“Ten years ago, tigers were in such a perilous state that there was a very real risk of them becoming extinct,” Becci May, regional manager of the Asian Big Cats team at WWF UK, told BBC Radio 1’s Newsbeat. “From that population low in 2010, they are finally making a remarkable comeback … thanks to co-ordinated and concerted conservation efforts.

“This is an achievement that not only offers a future for tigers in the wild, but for the landscapes they inhabit and the communities living alongside this iconic big cat.”

Project TX2 was inaugurated by the leaders of the 13 countries where wild tiger numbers were in decline at the 2010 Tiger Summit in St. Petersburg, Russia, explains the WWF. In partnership with their respective governments, and other organizations, the WWF described project TX2 as “probably the most ambitious global recovery effort ever undertaken for a single species.”

(Illustration – F. JIMENEZ MECA/Shutterstock) (Illustration – Kirill Dorofeev/Shutterstock)

The project is long-term, working toward increasing protection for tigers and either maintaining or restoring “wildlife corridors” to allow tigers to roam freely and breed in safety in their natural environment.

As of 2020, wild tiger populations are thriving in five countries involved in the TX2 conservation effort: Bhutan, China, India, Nepal, and Russia. India is home to the greatest number of wild tigers, constituting 75 percent of the global population numbers doubled between 2006 and 2018, totaling some 3,350 animals.

Nepal’s recorded tiger population almost doubled in a similar time period, rising from 121 in 2009 to 235 in 2018.

(Illustration – Anuradha Marwah/Shutterstock)

Russia’s Amur tiger numbers have increased by 15 percent during the 10-year conservation effort, resulting in a population of 540. Bhutan’s Royal Manas National Park was home to only 10 wild tigers in 2010 in 2019, the park registered 22.

“Tigers can thrive happily given enough space, food, and water,” May explained to the BBC. “So the progress is a result of tigers and their habitat being better protected.”

In China, there is even evidence of active breeding.

In 2010, China’s 20 wild tigers were thought to have crossed the border from Russia. Yet four years later, Chinese camera traps caught encouraging footage of a tigress and her cubs at Jilin Wangqing Nature Reserve in Wangqing County, northeastern China.

(Illustration – Travel Stock/Shutterstock)

The WWF nonetheless implores that the key to sustaining wild tiger population increase is to focus on conserving the landscapes they inhabit and on educating the communities that support these habitats, including them as key players in the conservation effort.

“The reason why numbers have plummeted over the last 100 years or so is because of changes to land use,” said May. “Wildlife populations are also devastated because of snares being set to catch wildlife.” Poaching for the illegal wildlife trade continues to be a major threat to wild tiger population growth.

While community-based efforts rally on, consumers can also play their part in preserving natural habitats. We all need to read labels and ensure that the items we buy come from ethical, sustainable sources, said May, adding, “We need to share our enthusiasm for tigers and tell our friends and family how important it is.”

While there are still only around 3,900 tigers in total living in the wild, project TX2 hopes to witness a doubling of their starting population of 3,200 by 2022. Symbolically, the next Chinese New Year will be that of the tiger.